A la Convention citoyenne pour le climat, Macron prône la «frugalité énergétique»

Par et

« Responsabilité », « discipline »... : face aux 150 citoyens de la Convention pour le climat, le président de la République a prôné vendredi soir des changements de comportement individuels. Mais il s’est gardé de fixer des objectifs macro, et s’est montré confus sur son engagement de reprendre « sans filtre » les conclusions des travaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’année 2020 sera celle où « un nouveau modèle écologique doit se déployer », avait assuré solennellement le président de la République lors de ses vœux le 31 décembre. Vendredi soir, dans le vaste hall du palais d’Iena, siège du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Emmanuel Macron s’est montré plus prudent. Devant les 150 citoyens de la Convention pour le climat, réunis ce week-end pour leur quatrième session de travail depuis octobre, le chef de l’État s’est prêté pendant deux heures et demie au jeu des questions-réponses. Apportant, comme à son habitude, peu de clarté sur les thématiques soulevées, tout en encourageant ce processus démocratique inédit dans laquelle la France s’est engagée.