Insultes et tapage en plein confinement: la soirée d’un élu RN visée par la justice

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il s’agissait au départ d’un simple litige de voisinage. Le 13 décembre dernier, vers 23 h 30, Sabrina*, qui habite avec son mari et ses trois enfants dans un immeuble du VIIIe arrondissement de Paris, n’arrive pas à dormir. Son voisin d’en face organise une petite soirée en plein confinement. « Ils parlaient fort, fumaient à la fenêtre et avaient la musique à fond », témoigne-t-elle. Depuis son appartement, Sabrina leur demande alors de baisser le volume. « Les gens de cet appartement se fichaient de ce que je leur disais. Au contraire, ils ont augmenté le son de la musique. »