Porno français : deux plaintes pour incitation à la haine raciale

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

En quoi la pornographie en soi pose la question de l'atteinte à la dignité de la personne ?

A propos du porno, il faut distinguer la monstration de scène de pénétrations filmée (vidéo) de photos sexy ou de nus sans humiliation qui ne peuvent être interdites sauf société bigote autoritaire !

Ce sont des pratiques malheureusement communes dans le monde du travail. Pourquoi le porno y échapperait-il ?

Vous êtes passés outre le "en soi" de ma question. Autrement dit, vous pointez du doigt des pratiques "culturelles" associées au "monde" du porno. Celles-ci dérivent de la volonté de la société de marginaliser la pornographie. En d'autres termes, c'est la manière et non le fait de se montrer en train de copuler qui pose un problème de dignité. Ce n'est pas comme les cigarettes, qui elles sont toujours dangereuses, certains films pornographiques comme d'autres vidéos (je pense à des interventions de Macron) portent atteinte à la dignité et d'autres non, ce qui rend votre solution puritaine par opportunisme (pas vous je précise, mais la mesure proposée)

Dans le principe, pourquoi pas. Mais en pratique, peut-il exister des conditions satisfaisantes de production d'oeuvres montrant uniquement du sexe ?

Nous pourrions tout à fait être moins puritains sur les autres films : si le scénario le justifie pourquoi pas montrer une scène de sexe non simulée au sein d'une oeuvre plus vaste.

Mais le fait de faire de l'acte sexuel le sujet principal du film pose problème au niveau de la vision que l'on en a et que l'on montre.

> Mais le fait de faire de l'acte sexuel le sujet principal du film pose problème au niveau de la vision que l'on en a et que l'on montre.

Personne n'est obligé de regarder. innocent

L'acte sexuel ''sujet principal du film'' ne pose pas de problème de dignité. La gene ressentie relève d'une hypocrisie culturelle d'origine religieuse et/ou capitaliste (détourner les désirs vers de buts socialement productifs)

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Sidérant !

  • Nouveau
  • 11/01/2022 21:50
  • Par

Monsieur l'avocat : apprenez à éviter les "euh". C'est fatigant. Merci pour toutes celles et ceux qui vous écouteront

il n'est que des curieuses façons de jouir... ou bien, c'est au travers d'un draps troué, sous l'injonction des curés.

Oblitérer dites-vous, c'est exactement ce que notre jeune impétrant, euh, fait d'avance à toute discussion, le point Godwin de la traite est atteint avant même qu'elle ne débute. Mais c'est normal, n'est-ce pas, cela (le porno) n'est pas discutable.

L'histoire et le bavardage ne font pas bon ménage. Pourquoi le catalogue est-il facteur d'érection ? Pour comprendre cette mentalité (car l'excitation relève également du dressage publicitaire, du fer rouge de la mémoire esclavagiste appliqué avec l'habileté du marketing), écoutez le détail des rubriques. Vous comprendrez qu'il n'y a nul point Godwin. Où tout cela baigne-t-il de nos jours ? L'«homme prédateur» sans complexe, anti-Noir et anti-musulman, est un argument de campagne électorale qui fait délirer des foules. L'avez-vous remarqué ? L'auteur français, décoré de la Légion d'honneur, multi-traduit à l'étranger et dont les livres se vendent comme des petits pains, parle dans son dernier bouquin encore d'un ministre de fiction qui n'a «pas fait l'amour depuis six mois», la vie de sa femme se résumant à d'«improbables étreintes» ; de son collaborateur qui n'a pas fait l'amour «depuis dix ans» ; de hordes d'«asexuels» errants ; de prostituées éthiopiennes, de Burundi, d'Afrique aux «cocktails de merde», de «putain de congrès» à Addis Abeba et d'une fonctionnaire du Trésor végane dont l'horizon amoureux se limite au désir d'une «pénétration par...». Détresses à tout point de vue rentables.

Que serait l'offre sans la demande ? Je conçois que le client soit roi pour certaines mentalités. On en aura pour sa carte de crédit.

Chacun ses goûts aussi pour le ménage, pour certains c'est le porno, pour d'autres c'est l'histoire qui en font les frais... que ne le faites vous aussi dans les campagnes électorales.
Attention à trop de bavardage, vous laissez paraître ce sur quoi vous m'invitiez à la discrétion, dans un singulier effrayant.

On connaît le principe polémique de Steve Bannon : «inonder la zone de merde» !

Les «réseaux-sociaux», l'édition, les médias, les meetings étant déjà saturés, comment s'étonner de la tranquillité avec laquelle on continue à cracher en masse à la figure de victimes présentées comme consentantes ?

Mais n'insistons pas ! La situation est bien au-delà du marasme.

Je suis d'accord avec Jacou, il n'y a pas de mal à faire remarquer à quelqu'un qu'il a un tic de langage, c'est plutôt lui rendre service d ailleurs 

  • Nouveau
  • 11/01/2022 21:56
  • Par

Ambivalence ou ambiguïté ?

On vous dit, pour comprendre le catalogue raciste et sexiste, qu'il s'agit des plantations et de la traite négrière, du viol systématique comme dressage de masse déshumanisateur, du commerce triangulaire industriel, et vos oreilles s'arrêtent à Bertolucci !

Les voies du Fantasme (cinématographique et vidéo) sont impénétrables !

Oui, interdisons tout cela !

Le racisme et le viol sont interdits, à juste raison. Le bavardage ne l'est pas.

Le politique, processus de résolution des pulsions, îci d'extrême-droite (1) pour le porno dont il est question, est en effet la seule clé pour unifier l'anthropologie de ces faits. Les deux invité-ée sont particuilièrement légitimes à parler au nom des victimes de cette violence. 

1 - le politique est ici d'obtenir satisfaction brutale, violente et humiliante pour la victime de pulsions agressives, autre mot pour "extrême-droite". Factuellement c'est de l'éthico-politique pure.

A propos du porno, il faut distinguer la monstration de scène de pénétrations filmée (viols en vidéo) de photos sexy ou de nus sans humiliation qui ne peuvent être interdites sauf société bigote autoritaire !

Comme disait Breton, la pornographie c'est l'érotisme des autres. innocent

Le viol n’est évident pas tolérable puisqu’il est par définition non consentie.

pour le reste il ne faut pas non plus se faire dictateur de bonne conscience et si un homme fantasme sur un stéréotype je ne vois pas où est le mal et je ne vois pas pourquoi il ne faut pas appeler un chat, un chat.

Le porno tout comme la prostitution est probablement nécessaire à la société et évite peut être de créer des psychopathes après il y a probablement des abus mais comme partout en ce monde.

L’art porno des hommes de Cro-Magnon 

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20121015_00218494

Grotte Chauvet : les chercheurs ont découvert dans la partie la plus profonde de la caverne un ensemble tout à fait étrange, dessiné sur une lame de rocher : deux cuisses féminines enserrant un sexe féminin, au contact d’une tête de bison.

Le pouvoir personnel attire et renforce les psychopathes en puissance. L'exemple le plus évident est Macron et son manque total d'empathie.

Or, la pornographie produite aujourd'hui s'appuie sur les mêmes ressorts de domination que Macron.

Dès lors, il faut également se demander si la pornographie ne favorise pas ces dérives.

Autant, le fait de regarder ces films, empêche le potentiel psychopathe de passer à autre chose et de guérir ?

Faute de matériel moderne (photos et films) les hommes d'avant 1850 dessinaient des femmes, des sexes et tous ce qui pouvaient les exciter ! 

"pour le reste il ne faut pas non plus se faire dictateur de bonne conscience"

--> les 2 avocats signalent autre chose que les viols : la pornographie est, par nature, de la prostitution et du proxénétisme. Des types se font du blé en exploitant la sexualité des acteurs et actrices.

"et si un homme fantasme sur un stéréotype je ne vois pas où est le mal"

--> le problème est que la pornographie construit ces fantasmes et ces stéréotypes, et formate l'imaginaire des consommateurs. Ces fantasmes ne sont pas pré-existants. Le mal, c'est que ça a ensuite des implications concrètes a minima dans la sexualité de ces consommateurs, incapables de respecter leur partenaire.

"et je ne vois pas pourquoi il ne faut pas appeler un chat, un chat."

--> Vous voulez dire par là "appeler une noire à grosses fesses, noire à grosses fesses" ? Pour que vous ne voyiez pas le problème, c'est que vous avez déjà du consommer une sacrée quantité de porno et êtes déjà sacrément atteint...

Pour appeler un chat, un chat, il faut appeler tous ces termes racisme, sexisme, incitation à la haine...

"Le porno tout comme la prostitution est probablement nécessaire à la société et évite peut être de créer des psychopathes après il y a probablement des abus mais comme partout en ce monde."

--> C'est exactement l'inverse, elle les crée en formatant leur imaginaire d'une manière violente et haineuse.

  • Nouveau
  • 12/01/2022 12:25
  • Par

Et pourquoi ne pas reconnaitre qu'il s'agit d'un exutoire autorisé et encouragé par les sociétés libérales en réponse à l'immense pression au travail, au consumérisme compulsif , à la disparition de la démocratie , 

Le débat est bien plus large que celui du racisme , qui n'est pas niable , sans quoi la société civile aurait mis un haut là, de manière aussi efficace que pour le pass vaccinal!

Voyons!

Dans la planque de Ben Laden, des quantités considérables de film porno furent trouvés.

Je ne savais pas que Ben Laden était un adepte du consumérisme compulsif.

Info intéressante. 

Le minitel " rose" et le grand avenir de son fondateur !!

Il n'y a que les hommes misogynes et racistes qui se défoulent dans le porno, et en fait ils ne se "défoulent" pas, ils apprennent des methodes d'humiliations à infligé aux femmes et aux personnes racisées. Si le porno défoulait vraiment les hommes ils seraient moins agressifs et dangereux que les femmes or les hommes sont les auteurs de 98% des violences sexuelles.

> Et pourquoi ne pas reconnaitre qu'il s'agit d'un exutoire autorisé et encouragé par les sociétés libérales en réponse à l'immense pression au travail, au consumérisme compulsif , à la disparition de la démocratie , 

Il est vrai que les dictatures détestent la pornographie.

La pornographie, la prostitution et le viol font parti des butins-leviers de la dominance qui jongle allègrement entre sexisme et racisme pour imposer sa loi et ses privilèges-abus de pouvoir, cachée derrière faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Voir Zemmour qui en connait un rayon sur le sujet !

C'est vrai que Zemmour c'est le genre de type qui peut nous donner des leçons sur le sujet hahaha

  • Nouveau
  • 12/01/2022 15:28
  • Par

Le porno  c'est bon pour l'économie !  Ce systéme mortifére s' est construit sur le crime !

Des milliards de dollars d’argent de la drogue ont maintenu à flot le système financier au plus fort de la crise mondiale, a déclaré à The Observer le tsar de la lutte contre la drogue et le crime aux Nations Unies.

Wow je suis surpris d'entendre autant de propos réducteurs, d'amalgame et de généralisations sur Médiapart. Je ne remets pas et je ne remettrais jamais en cause les préjudices subis par les victimes, mais parlons de ce dont on doit parler. On parle du porno amateur français, véreux et opaque qui profite des allégations libertaires du porno pour piéger des pauvres meufs en errances contre 3 billets. Oui c'est du proxénétisme violent et illégal, le plus immonde qu'on puisse trouver. Et d'un seul coup l'intégralité du porno devient de la dominance patriarcale, du racisme et de l'exploitation blanche? Soyons sérieux 5 minutes. Le porno c'est un exhutoire, c'est de la psychanalyse si vous voulez, comme la prostitution en soi. Il y a énormément de problème de proxénétisme et de traite humaine dans le monde de la prositution, est-ce qu'on diabolise pour autant la prostitution? Je ne suis pas sûr que ça soit le discours idéologique qu'on retrouvera ici. Condamnons les gens à condamner, qu'ils prennent cher, mais ne condamnons pas un monde qui a toujours été émancipateur et libertaire. Par ailleurs j'ai vu récemment un doc sur Arte "les ados, le sexe et internet" où il y a un passage très rigolo où un psy allemand déclare qu'il faut arrêter de croire que les ados ne savent pas distinguer le porno de la sexualité, la très grande majorité d'entre eux sont bien moins idiots que ça. Je conseille pour ceux qui voudraient voir un jour un peu plus clair et bienveillant dans cette industrie qu'on diabolise depuis ses débuts la trilogie "After porn ends" et le film éponyme "Rocco" sur l'acteur masculin que nous connaissons tous. Si vous n'avez pas peur d'être surpris n'hésitez pas

"Le porno (...), c'est de la psychanalyse si vous voulez"

Euh... non.

  • Nouveau
  • 14/01/2022 19:13
  • Par

"en pratique, peut-il exister des conditions satisfaisantes de production d'oeuvres montrant uniquement du sexe ?"

...en tout cas, il y a des personnes (en particulier des femmes) qui essaient d'assurer ce genre de conditions, et ça peut être intéressant d'écouter d'autres sons de cloche à ce sujet (ce qui n'enlève rien au fait que certaines vidéos montrent du viol, et des pratiques qui relèvent de la torture, rien non plus au fait que les catégories dont se sert le porno mainstream sont dérangeantes, qu'elles soient "raciales" ou d'ailleurs qu'elles fassent référence à l'inceste - dont cet entretien ne parle pas). Voici une autre discussion très récente à ce sujet (du côté de chez Binge audio) qui me paraît un complément intéressant : https://www.youtube.com/watch?v=xDp3Wq9z2Nk

  • Nouveau
  • 17/01/2022 18:53
  • Par

Bonjour,

Pourquoi ne pas avoir invité sur la plateau des acteur-ices / travailleur-euses du sexe pour en discuter ?

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous