Frêche ou la rénovation: balle au centre après les régionales

Par
Après avoir dressé l'état des lieux du «frêchisme» et des rapports de force entre socialistes en Languedoc-Roussillon, Mediapart conclut sa série par cette question basique: si Georges Frêche gagne les régionales le 21 mars (comme annoncé par les sondages), la rénovation voulue par Martine Aubry aura-t-elle la moindre chance de passer par Montpellier?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le PS n'en a pas fini avec Georges Frêche. Donné vainqueur par tous les sondages, le président sortant du Languedoc-Roussillon devrait rempiler pour quatre ans. Dès lors, quid de la rénovation? «Elle est en marche!», clame Hélène Mandroux (maire de Montpellier), depuis le jour où le bureau national du parti l'a investie tête de liste contre son ancien mentor. «Nous allons réconcilier le dire et le faire!», jure encore Arnaud Montebourg, chargé de la rénovation au PS depuis un an, qui mène dans le Sud son premier test grandeur nature. Pour preuve de sa détermination, Martine Aubry a déjà fait exclure les colistiers de Georges Frêche (à titre provisoire) – parmi lesquels nombre de parlementaires et de conseillers généraux.