Accusations d’islamophobie: la direction de Sciences Po Grenoble a laissé le conflit s’envenimer

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est midi mardi 9 mars lorsqu’une vingtaine d’étudiants de l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble déploient une banderole au pied de l’université. « Islam ≠ Terrorisme », peut-on lire en plus de deux autres inscriptions affichées sur des cartons pour rappeler que le « racisme est un délit » et pour dire « stop à l’islamophobie ». En face, quelques journalistes attendent de pouvoir interroger les étudiants. Le climat est tendu. Les jeunes se méfient de la presse accusée de « manquer de rigueur » depuis le début de cette polémique. Un étudiant prend la parole.