Européennes: sur les terres de Ruffin, «ras-le-bol des promesses»!

Par

François Ruffin, Jean-Luc Mélenchon et Manon Aubry étaient rassemblés, à Amiens, lors d’un meeting pour les européennes. Objectif : ranimer la campagne de La France insoumise qui a démarré doucement, et peine à mobiliser les classes populaires. Pas gagné.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Amiens, la ville d’Emmanuel Macron. La ville de François Ruffin, de Goodyear et de Whirlpool, aussi. Devant l’entrée de Mégacité, où a lieu le meeting de La France insoumise (LFI), une chorale entonne du Bernard Lavilliers : « Travailler encore, travailler encore. » Sur ces terres de la Somme, les fermetures d’usine se suivent et se ressemblent. Après la lente mort de l’industrie textile, il y a trente ans, le reste de l’industrie s’y est mis à son tour : Goodyear, Flodor, l’an dernier, Whirlpool et Prima. Toutes ces entreprises tombées comme des mouches face au capitalisme mondialisé.