Une maire au tribunal pour avoir interdit les expulsions et les coupures d'eau

Par
Chaque année, la maire de Vénissieux prend des arrêtés visant à interdire dans sa commune les expulsions locatives, ainsi que les coupures d'eau et d'électricité pour impayés. Chaque année, le préfet du Rhône l'attaque. Mardi, devant le tribunal administratif de Lyon, l'édile a plaidé pour au moins pouvoir faire appliquer la loi, au nom de l'urgence sociale et de la dignité humaine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’audience est devenue rituelle. Chaque année, Michèle Picard, maire (PCF) de Vénissieux, édicte des arrêtés qui visent à interdire les expulsions locatives, les saisies mobilières, ainsi que les coupures d’eau, de gaz et d’électricité dans sa commune. Et chaque année, le préfet du Rhône attaque ces arrêtés, que la justice suspend en référé puis annule.