Le changement de nom, un débat vieux comme le FN

Par Valérie Igounet
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ils peignent la girafe, et tout ça pour ne pas s'appeler "les fascistes".

Changer la façade sans s'attaquer au fond est vain .
Le débat qui vient de s'engager au FN me parait normal en ce sens que la défaite est plus lourde que prévue et que cette dernière est surtout consécutive à la prestation de Le Pen devant Macron durant 3 h de débat .
Le Pen a été lamentable c'est vrai . Mais elle ne pouvait rien produire en matière de programme face à l'assuarnce tranquille de Macron .
Le FN ne pourra jamais compte tenu de ces handicaps gagner la présidentielle .
Il va commencer à refluer .
La nièce est bien consciente de la situation et son retrait peut être interprété comme la perception d'une impasse .

JP N

Je pense peu ou prou la même chose que vous, à une nuance près, toutefois, je pense que le FN peut envisager la victoire en cas d'abstention majeure, cumulée à un fort vote blanc ou nul. Dans ce contexte et dans hypothèse d'un échec cuisant de Macron ces 5 prochaines années, une Marine Le Pen peut très bien être élue à la raclette. Toute autre est l'hypothèse d'obtenir une majorité, même relative aux Législatives qui suivraient. 

Maintenant, dans l'hypothèse de la création d'un nouveau parti entre LR et le FN qui ratisserait un large éventail des droites réactionnaires, ce serait encore plus difficile, surtout si le FN restait en lice avec, disons 2-3% d'aficionados pérennes. La droite serait alors morcelée entre le FN, un parti nationaliste et LR. Une dispersion qui ouvrirait le champ politique à gauche, pour autant que le gourou de la FI arrête de la jouer perso et parvienne à aspirer une bonne partie du PS, ou ce qui en reste, tout en récupérant le PCF, le NPA et les Troskistes d'Artaud. 

Bref, la conjoncture est très favorable à Macron et son centre-droite-gauche qui reste dans une certaine réalité moins idéologique. A suivre...

Proposition de nom:

IUS (Idiot Utile du Système)

Le FHAINE tout simplement... et plus parlant.

Le P.A. aussi comme Parti Anti-démocratique 

Autre proposition:

DCO ( Diable de Confort de l'Oligarchie)

Changer d'nom a du sens : ça change !

  • Nouveau
  • 11/05/2017 14:01
  • Par

On change de nom, donc, tout a changé. Combien de fois avons vu cela :
Crédit Lyonnais qui devient LCL
GDF Suez qui devient Engie
PPR qui devient Kerig
Et même UMP qui devient LR
Front de Gauche qui devient Les Insoumis
Et j'en passe ....
Quand cesseront-ils de nous prendre pour des imbéciles ?

B'en tant que la mémoire de l'électeur moyen restera de 70 jours, il n'y a aucune raison qu'ils arrêtent de prendre ledit électeur moyen pour autre chose qu'un imbécile utile. 

Cela dit, dans un contexte de crise, un changement de nom permet de se refaire une façade d'honorabilité et de crédibilité perdues dans ledit scandale. On le voit bien avec l'UMP, dont le nom est tjs accolé au scandale Bygmalion et aux frasques de Sarkozy. On ne parle pas de LR et Bygmalion, mais de l'UMP-Bygmalion... De la même façon que le RPR est devenu l'UMP après la réélection d'un Chirac plus roi fainéant que jamais et en fin de carrière dans sa tour d'ivoire élyséenne. Le RPR était trop marqué Chirac, il fallait donc un nouveau nom pour un nouvel élan, et vous remarquerez que ça a très bien fonctionné auprès de l'électorat. 

Bref, les changements cosmétiques n'existeraient pas s'ils étaient inutiles. C'est le même mécanisme intellectuel que celui qui consiste à la résurrection d'une marque disparue, mais qui a conservé beaucoup de prestige dans l'inconscient collectif. 

Has-been il faut évoluer avec son temps. Les temps changent !

JAMAIS!

Il y a pusieurs avantages à non pas seulement changer de nom, mais créer un nouveau parti portant un nom différent :

D'abord se débarasser de Le Pen père sans attendre qu'il casse sa pipe car il a l'air solide malgré ses 86 piges. Aujourd'hui, il est Président d'honneur du FN et continue à leur mettre des batons dans les roues devant la justice.

Ensuite se débarasser du passif éventuel du FN, autrement dit transmettre les actifs du FN au nouveau parti, mais laisser la coquille vidée que sera devenu le FN se débrouiller avec d'éventuelles condamanations judiciares suite aux tripatouillages opérés par le Fn au pseudo Parlement Européen. Ils réclament maintenant 5 M€, alors autant organiser l'insolvabilité du FN..  

Je ne crois pas qu'un changement de nom suffise à se débarrasser des casseroles (actions en justice) et des dettes. On le voit bien avec l'UMP et Bygmalion où LR reste redevable des scandales del'UMP, qui elle-même restait redevables des conneries du RPR. D'ailleurs, les banques refuseraient tout nouveau financement à un parti renommé tant qu'il n'aurait pas épongé ses dettes.

Or le plus dur pour un nouveau parti est justement de se financer. C'est pour ça que les partis changent de nom tout en conservant leur trésor de guerre et leurs actifs (siège du parti, placements immobiliers ou boursiers, etc.). Dans le cas d'une absorption d'un petit parti par un gros ou une fusion de plusieurs partis, les actifs et passifs sont en général repris ou transférés.

S'il s'agit de la création d'un nouveau parti, alors il faut tout construire et ça coûte un bras. Il faut donc surtout trouver des financements. En France, on a vu que le banques opposent une fin de non-recevoir au FN qui doit aller mendier à Moscou. Pas sûr non plus que Fifille bénéficie elle aussi du gros héritage d'un cimentier sénile et nationaliste comme papa en son temps. Je suis sûr que Nonoeil a assuré ses arrières et que c'est lui qui tient encore et toujours les rênes de la caisse du FN, directement ou indirectement.

Et je pense que l'exemple Mégret doit encore résonner dans la tête des marinistes. Mieux vaut attendre que le vieux claque pour ensuite avoir les coudées franches que de prendre le risque de l'aventure d'un nouveau parti. Et, soyons honnêtes Nonoeil est plus près du cimetière que de sa première gégène. Il leur suffit donc de prendre patience.

D'autre part, je crois que ces prêts et financements politiques sont tjs garantis par une ou des personnes physiques, dès l'instant où il ne s'agit pas d'une entreprise inscrite au RdC avec des actifs assurant au moins une partie de la solvabilité.

Les 5 millions carottés à l'UE par le FN sont exigés globalement au parti, mais en cas de disparition-résurrection du FN sous un autre nom, je suis presque sûr que Marine Le Pen et ses sbires-assistants y iraient de leur poche. Ces indemnités ont été accordées et versées à des personnes physiques, et non pas au parti. Ces sont elles qui restent redevables. Et je doute fort que papy Nonoeil, qui tient à la marque FN comme à ses souvenirs de guerre, accepte de laisser filer sa fille sans qu'elle solde ses comptes de campagne avant de décamper.

  • Nouveau
  • 11/05/2017 14:35
  • Par

ils auront beau changer de nom, le vieux fond puera toujours la haine donc; le Fascime.!!!!

!

Un facho reste un facho et il meurt facho. 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 11/05/2017 16:51
  • Par

Simplement Parti Natioonal: le PN, non? Puisqu'au mains d'une famille.

AUTODESTRUCTION EN COURS.

Le processus d'autodestruction de cet épouvantail qu'est le FN est entamé . Ce machin aura bien servi a tous nos responsables depuis 20 ans en épouvantail utile pour se maintenir au pouvoir tout en autorisant une paresse intellectuelle absolue.

Reste que cette petite PME  batie sur le sable de la haine périra comme beaucoup de  petites PME en querelles familiales misérables .Soyons rassurés c'est plutôt Au Bon Beurre que les Atrides et au niveau de la boutique que du drame national.

Probléme pour les Politiques : Comment remplacer cet épouvantail a faire bien voter ?

Même si le FN venait à complètement disparaitre, un parti ou mouvement analogue naitrait de ses cendres, tant il existe un espace politique à ces idées nauséabondes et rétrogrades. Il y aura donc toujours un alibi "fasciste" pour servir les intérêts de la classe politique dominante. 

La preuve, à gauche, la quasi disparition du PCF n'a pas éradiqué l'extrême-gauche ou la gauche radicale, on a vu naitre une kyrielle de petits partis ou mouvements à gauche du PS. Là aussi l'espace politique existe qui ne demande qu'à se remplir et être utilisé par la même classe politique dominante comme repoussoir républicain. 

Donc même si le FN venait à totalement disparaitre du jeu politique, le nouvel épouvantail existe déjà, il s'appelle la France Insoumise. ;-)

Il aurait d'ailleurs été très intéressant d'avoir un second tour Le Pen - Mélenchon. Pas du tout sûr que Mélenchon l'eût emporté. Il crée au centre et à droite au moins autant de crainte et de dégoût que Le Pen, même si les mécanismes de rejet sont radicalement différents.

... Plutot Hitler que le Front Populaire ...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

CHANGEMENT  de NOM    ??

Pas si  sure

........... et que  !  2M LP    veuille se faire une breack Maman ........!!!   ...... explication  pour le populo  prolo plus tôt   !!!!!     .......

...Grossier tour de passe passe  qui se prépare  comptetenu  des DOssiers  Judiciaires !!!!

On pari  ? 

Chiche  ! 

  • Nouveau
  • 14/05/2017 10:35
  • Par

Coquille: Jean-Marie Le Pen a réagit (réagi)

Lu ce commentaire intéressant et sociologique sur Marianne:

Michael Specht  Padiran • il y a 4 jours

Au contraire, Marion Maréchal-Le Pen entretient de nombreux désaccords idéologiques avec son grand-père, à propos notamment de l'obsession algérienne, du rattachement au passé, d'une vision économique ultralibérale. Elle verse plutôt du côté de cette jeune génération des catholiques traditionalistes, ouverts sur l'avenir, en rupture complète avec les antiques images de la droite française (ils se désintéressent complètement du pétainisme), attentifs à l'économie sociale et revendicateurs d'une Nation vivante et optimiste dans la continuité d'une identité assumée.

Vous-même pensez selon d'anciens schémas, votre esprit s'est figé sur des représentations de votre âge, Pétain, le nazisme, le fascisme de grand-papa et des vieilles confrontations gauche/droite. Tout ceci est terminé, des convictions religieuses (ici chrétiennes) et identitaires remplacent les anciennes oppositions, et ceci est valable pour d'autres groupes, par exemple les jeunes issus de l'immigration nord-africaine qui se revendiquent ouvertement de la continuité de leurs origines ethniques, plutôt que d'adopter la culture du pays d'accueil. Le phénomène est global.

https://www.marianne.net/politique/comment-marion-marechal-le-pen-decide-de-lacher-le-fn-apres-le-debat-catastrophique-de-sa

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

[1] Entretien de Jean-François Touzé avec l’auteur, 11 septembre 2013.

[2] Entretien de Louis Aliot avec l’auteur, 16 décembre 2013.

[3] Entretien de Jean-Marie Le Pen avec Emmanuel Blanchard, Jean-Charles Deniau et Grégoire Kauffmann, 24 mai 2011, Le Diable de la République. 40 ans de Front national, France 3, 2011.


[4] Dans Caroline Monnot et Abel Mestre, « Marine Le Pen imprime sa marque au Front national », Le Monde, 10 mars 2010.

[5] Entretien de Jacques Olivier avec l’auteur, 16 octobre 2013.


[6] Entretien de Pierre Vial avec Emmanuel Blanchard, Jean-Charles Deniau et Grégoire Kauffmann, 27 mai 2011, doc. cit.

[7] Boulevard Voltaire, 24 février 2017.

[8] « Les deux responsables de ce fiasco s’appellent Marine et surtout Philippot », interview de Jean-Yves Le Gallou par Pierre Cassen, publiée le 10 mai 2017 sur le site Riposte laïque.

[9] MN, « L’université d’été du Mouvement national. Construire le Mouvement national », non daté, document interne.