Hauts-de-Seine: « La Sarkozie, c'est fini »

Par

Aucun député de l'UMP n'a été élu au premier tour. Pire, pour le parti du président sorti, plusieurs circonscriptions pourraient basculer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« La Sarkozie, c'est fini. » C'est le verdict d'un élu UMP, venu assister, dimanche soir, à la traditionnelle soirée électorale au conseil général des Hauts-de-Seine, un des départements les plus à droite de France et qui fut si longtemps le fief de l'ancien président. L'élu est plus inquiet que ses camarades qui n'ont cessé de répéter qu'il n'y avait ni raz-de-marée rose, ce qui est vrai ; ni menace, ce qui est faux. D'habitude, dans cette terre habilement découpée par Charles Pasqua pour éviter toute invasion socialiste et ne laisser que quelques miettes aux communistes, on compte toujours deux ou trois députés de droite élus dès le premier tour haut la main. En 2007, ils étaient cinq, cette année, zéro.