Migrants: l'Elysée entre silence, contradictions et ligne droitière

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après Leonarda, La Chapelle. L’expulsion violente des migrants sur le parvis de la Halle Pajol, lundi à Paris, renvoie la gauche au pouvoir à ses contradictions. Ou plutôt à ses silences. Très peu de voix se sont élevées depuis pour critiquer la démesure de l’action des forces de l’ordre, et rappeler le gouvernement aux principes d’accueil et d’asile dont le PS se fait de moins en moins le porte-voix.