La police se met aux drones pour surveiller les étrangers en rétention

Par

D’après nos informations, la police recourt à un drone pour surveiller des étrangers placés en rétention, au moins dans un établissement à Rennes. Une mesure jugée disproportionnée par des associations et les « sans-papiers » eux-mêmes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De mémoire de militants, c’est du jamais vu. Un drone est désormais utilisé par la police pour surveiller des étrangers placés en rétention, au moins dans l’un des vingt-cinq centres de rétention administrative (CRA) de France – ces lieux où les préfets enferment des personnes en situation irrégulière en vue de leur expulsion (ou « éloignement forcé », dans le jargon).