PSA, Fralib, Doux : trois dossiers lourds pour Montebourg

Par

Le rapport commandé par le gouvernement sur PSA a été rendu. Certes, le plan de suppression de 8 000 postes et la fermeture du site d'Aulnay sont jugés aujourd'hui inévitables, mais la faute en revient principalement à la stratégie du groupe. Lundi, le couperet tombait sur le pôle frais de Doux : plus de 800 emplois sacrifiés. Quant à Fralib, l'intransigeance d'Unilever complique la donne pour le projet de Scop des salariés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois dossiers emblématiques se télescopent dans les agendas médiatique et politique ces derniers jours : PSA, avec la publication ce mardi du rapport Sartorius demandé par le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg ; Doux, dont la décision lundi du tribunal de commerce a mis de fait un millier de salariés sur le carreau ; Fralib enfin, l'usine occupée depuis plus d'un an par les salariés.