La police confirme que Tapie n'a pas été lésé lors de la vente d'Adidas

Par

Les policiers de la brigade financière affirment que « les faits ayant pu être établis par les investigations ne permettent pas de donner crédit à la thèse de M. Tapie et aux conclusions des arbitres ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Monde révèle, jeudi 11 septembre, les conclusions d’un rapport de police confirmant que Bernard Tapie n’a pas été lésé lors du rachat d’Adidas par le Crédit lyonnais en 1993, un conflit à l’origine de la procédure d’arbitrage à l’issue de laquelle l’homme d’affaires avait obtenu 405 millions d’euros de dédommagement.