Du nucléaire pour Kadhafi: le réquisitoire de l’ex-patronne d’Areva contre Sarkozy

Par et

Entendue par un juge, Anne Lauvergeon a révélé que le géant du nucléaire français n’avait « pas été associé » à l’accord de coopération nucléaire signé avec Tripoli en 2007. Un accord « atypique » voulu par l’Élysée. L’ancienne présidente d’Areva dit avoir « enterré le dossier », au grand dam de Nicolas Sarkozy et de Claude Guéant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Anne Lauvergeon a « enterré le dossier » du nucléaire libyen, et cette position a « fortement détérioré » sa relation avec Nicolas Sarkozy. L’ex-présidente d’Areva, entendue le 25 mai dernier dans l’affaire des financements libyens, a expliqué au juge Serge Tournaire le bras de fer qui l’a opposée au président de la République, entre 2007 et 2010, sur le sujet de la vente de réacteurs à la Libye de Mouammar Kadhafi.