Médecins, chefs, paramédicaux: à l’hôpital public, les colères commencent à s’agréger

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est qu’un début, mais les hospitaliers ont été surpris de se retrouver aussi nombreux, jeudi 10 octobre dans la soirée, massés dans trois amphithéâtres de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Toutes catégories mêlées (chefs de service, médecins, infirmières, internes, etc.), ils étaient plusieurs centaines, réunis à la première assemblée générale du Collectif inter-hôpitaux, créé il y a quelques semaines, sur le modèle du Collectif inter-urgences qui anime depuis le printemps un mouvement social circonscrit jusqu’ici aux paramédicaux des urgences (et qui persiste dans 267 établissements).