Sondages de l'Elysée: Bernard Accoyer, vrai-faux rebelle, exaspère l'UMP

Par
Contre toute attente, le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), n'a pas déclaré irrecevable la demande socialiste de création d'une commission d'enquête sur l'affaire des sondages de l'Elysée. Dans un sursaut d'indépendance, il a choisi – pour l'instant – de ne pas suivre les recommandations du gouvernement. Ce contretemps, toutefois, n'empêchera pas la majorité d'enterrer l'affaire, dans les semaines qui viennent. Jean-François Copé s'en fait un devoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La majorité UMP a décidé de faire avorter la commission d'enquête sur les sondages de l'Elysée (réclamée par les députés PS), mais se heurte à un sacré contretemps. Mardi 10 novembre, le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), a compliqué la vie de son camp, en refusant d'endosser tout seul cette responsabilité. Alors qu'il aurait pu déclarer d'emblée la requête socialiste irrecevable, en arguant de la séparation des pouvoirs (comme le lui avait «recommandé» la ministre de la Justice jeudi dernier), Bernard Accoyer a refusé d'arbitrer.