Fillon compte lui aussi faire mentir «l’establishment»

Par

Dopé par la victoire de Trump, François Fillon rêve de bousculer le duel annoncé de la primaire. À dix jours du premier tour, l’ancien premier ministre, dont les meetings font le plein, est persuadé de créer la surprise. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lille (Nord), envoyée spéciale.-  « Vous êtes sûrs que vous ne vous êtes pas trompés de salle ? Parce que vous venez soutenir un candidat dont tous les médias vous disent matin, midi et soir qu’il n’a aucune chance », entame sur la scène du Grand Palais de Lille un François Fillon visiblement ragaillardi par la victoire surprise, la veille, de Donald Trump ou, du moins, par la cinglante défaite « des sondages et de l’establishment ». Ce qui ne manque pas de sel, compte-tenu de sa longue carrière au sommet de l'Etat.