Lycées bloqués à Paris: «Personne ne veut entendre ce qu’on a à dire sur le fond»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Assise sur une poubelle, une lycéenne pianote sur son téléphone, tandis que deux autres camarades, posés sur le même mobilier ramassé dans les rues parallèles à la place de la Nation, jouent aux cartes sur le rebord de la fenêtre du lycée Arago, dans le XIIe arrondissement de Paris. On ne le dirait pas, mais ces trois adolescents participent au blocage de leur établissement dans un joyeux calme. Un peu de musique, étouffée par le bruit de la circulation, s’élève des téléphones de certains.