Violences sexuelles dans le sport: des agresseurs qui restent en poste

Par Daphné Gastaldi et Mathieu Martiniere (Disclose)
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Évidemment ! Toute la France est là, dans ce constat.

La France se regarde dans un miroir et elle n'a pas de haut-le-cœur face à son reflet. Pourtant qu'est-ce qu'elle voit ? Une gigantesque poubelle. Aux remugles bien dégueulasses. 

Avec le pouvoir actuel les français ont en quelque sorte contribué à institutionnaliser saloperies, escroqueries, corruption, mensonge, arrogance, incompétence, bêtise. Une galère innommable. La gerbe en cinémascope !

  • Nouveau
  • 12/12/2019 17:04
  • Par
Lors des embauches les directeurs devraient exiger obligatoirement un extrait du casier judiciaire ou bien être informés s'il y a eu des condamnations prononcées par les autorités judiciaires sous peine de sanctions du club par la justice.

oui c'est pas possible qu'un entraîneur condamné à deux ans ferme puisse encore servir sévir pendant 10 ans comme si de rien n'était !!! combien de viols encore ?

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous