mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Mediapart mer. 27 juil. 2016 27/7/2016 Édition de la mi-journée

Comment les services ont raté les terroristes

12 janvier 2015 | Par Fabrice Arfi

Les frères Kouachi ont fait l’objet, entre 2011 et 2014, de quinze mois d’écoutes et quatre mois de surveillance physique (pour Saïd Kouachi) et deux ans de surveillance téléphonique (pour Chérif, son cadet). En vain. Amedy Coulibaly, condamné dans une affaire de terrorisme en 2013, n'était plus dans les radars des services après sa sortie de prison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La surveillance s’était interrompue six mois avant le massacre. Saïd et Chérif Kouachi, les deux auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo, ont fait l’objet entre 2011 et 2014 de quinze mois d’écoutes et quatre mois de surveillance physique (pour Saïd) et deux ans de surveillance téléphonique (pour Chérif), selon des informations obtenues par Mediapart. Les services de renseignements français ont mis fin aux interceptions à l’été 2014 faute d’éléments probants permettant de raccrocher la fratrie à un groupe terroriste identifié ou à un projet d’attentat précis.