A l’Assemblée, le groupe LREM chahuté par les tenants d’un virage social

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La réponse a été coordonnée. Alors que Le Parisien, le jeudi 10 janvier, vient de faire fuiter que, dans le cadre du futur plan d’action contre les violences scolaires, le gouvernement pourrait instaurer des sanctions financières contre les familles d’adolescents à problèmes, un groupe de députés La République en marche (LREM) fait part publiquement, sur Twitter, de son profond désaccord. Et critique vertement Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale et symbole du macronisme issu de la société civile.