Procès du Carlton: DSK s'insurge contre une «logique fausse»

Par

Au deuxième jour d’audience pour Dominique Strauss-Kahn, le tribunal correctionnel de Lille a continué l'examen du déroulement des onze « parties fines ». Sans que surgisse un élément décisif dans un sens ou l’autre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lille, de notre envoyée spéciale.-  DSK pouvait-il ignorer la qualité de prostituées des femmes amenées et rémunérées à son insu par ses amis entrepreneurs ? Non, au vu de la rudesse de ses pratiques sexuelles, ont répondu mardi deux ex-prostituées qui se sont constituées partie civile. « Fausse logique », s’est insurgé Dominique Strauss-Kahn, 65 ans, qui a dénoncé cette « cheville » qui voudrait que « c’est de l’abattage, donc c’était des prostituées ». « Je dois avoir une sexualité qui est plus rude par rapport à la moyenne des hommes, mais j’ai le même comportement sexuel avec toutes les femmes, estime-t-il. Ça n’implique en rien un quelconque lien avec la prostitution. » Et de s’étonner du retour du mot « abattage », utilisé en l’occurrence par une jeune standardiste pour décrire une soirée dans un hôtel lillois. « Quand un même terme revient, ça me paraît bizarre », glisse-t-il, sans développer.