21 mesures pour réconcilier les Français avec les maths

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

................ et supprimer l usage de la  Calculatrice  dans  le primaire les Collèges  .......!!!!!

.......l asservicement "casse  "  l imaginantion et l' envie  de  chercher et de creer  ............ nous sommes dnas une  degré crasse  de soumission  intellectuel  et les Maths n en sont que la partie visible de L ICEBERG    !!!

...... simple  revenir au   fondamentaux   pour la formations  pour mieux  bondir  dnas  le  2.0  après  ayantune assise intellectuelle de base .....l inverse amène au crash  !!!! de la créativité et au reoncemment ....... notamment de l effort minimum  !!!

...... NOUS  TUONS L IMAGINAIRE    .....creuset  de la RECHERCHE   !!!!

La  FRANCE des  COLLEGES   c est  MOZART   que l  on ASSASSINE  !!!

!

 

De mon expérience personnelle, c'est largement plus du tiers des profs des écoles qui n'aiment pas enseigner les mathématiques.

Lorsque j'ètais à l'Ecole Normale nous étions 2 sur 24 dans ma classe à avoir eu un bac scientifique.

beaucoup de mes collègues peinaient à résoudre un problème un peu complexe de CM1.

J'ai pu observer pendant 40 ans que ça changeait peu.

Problème : si les collègues trouvent naturel de décloisonner pour échanger enseignement de l'EPS et Arts Plastiques, ils ne veulent pas en faire de même pour les maths. C'est bien dommage.

  • Nouveau
  • 12/02/2018 18:23
  • Par

Il faudrait commencer par réconcilier le ministère avec les mathématiques, car c'est bien le ministère qui a multiplié les déclarations et les mesures pour relativiser l'importance des mathématiques et en marginaliser l'enseignement. D'autre part, si on veut recruter des enseignants qui aient quelques compétences en mathématiques, il va falloir les payer en conséquence. Car pour quelqu'un qui est doué en maths, choisir l'enseignement relève du sacrifice. Il en est malheureusement de même pour la recherche publique. 

et oui !...

il faudrait faire une enquête sur le niveau en math des candidats qui rentrent dans les espe. Les enseignants font leur possible mais à l'impossible nul n'est tenu ...

Interroger les enseignants de maths de l'espe de Paris par ex. Ce qu'ils m'en disent est délirant. Ils n'ont même pas le niveau d'école primaire et beaucoup veulent compter sur leurs doigts. Même le calcul mental leur pose un problème.

Oui : il y a un pb de salaire en région parisienne. On recrute donc des enseignants qui ne maitrisent pas le programme de l'école primaire. Comment voulez-vous que leurs élèves le maîtrisent ?

Charles Torossian est attaché aux mathématiques et au service public. C'est un collègue de valeur. Ce choix pour le rapport avec Cédric Villani a été un bon choix. 

Si la France s'écroule en Mathématiques (elle st au bord du gouffre). Vu les défis qui s'annoncent car les maths sont partout, c'est la France qui s'effondrera avec.

Comment en est-on arrivé là ? (j'ai ma petite idée : le libéralisme, l'effondrement des salaires du public avec le passage à l'euro qui n'a pas suivi la courbe (réelle pas la politisée de l'insee)des prix , la valeur fric avant tout ...)

Oui, mais parmi les causes de cet effondrement, il ne faut pas négliger la bêtise, l'immense bêtise des politiciens français qui n'ont pas compris le rôle central que jouer les mathématiques dans l'histoire de l'humanité. Rôle toujours croissant. Ils n'ont eu de cesse de casser l'école mathématique française une des plus productives au monde et dont Cédric Villani est un des acteurs contemporains.

Pourquoi personne ne relève que les petits Singapouriens sont près de 75 % à prendre des cours particuliers en maths en plus de ceux dispensés dans leur école ?

Il faudrait déjà revoir le travail des professeurs des écoles, leur rôle est d'apprendre aux enfants à savoir lire, écrire, compter, quelques bases en histoire, en sciences de la vie et de la Terre.

Maintenant, en plus de ça, faut qu'ils apprennent le dessin, le sport, la musique, les langues étrangères, l'écologie etc... A moins d'avoir des formations de 15 ans, c'est impossible pour un professeurs de connaître bien tous ces domaines.

On devrait baisser le nombre d'heures de classe et y enseigner les bases avec des enseignants formés que sur ces bases et garder un temps de journée avec des intervenants extérieur diplômés pour l'enseignement du reste.

Franchement, ces notions de base sont accessibles à tout un chacun.

Le problème de l' Ecole française n'est pas là.

Il se situe au niveau de l'école maternelle : nous mettons 28 à 35 enfants dans un lieu clos à partir de l'âge de trois ans : que d'agitation, que de bruit. Pour l'enfant, l'école est un lieu bruyant et il devient, dès lors, très compliqué de lui apprendre que le calme et la concentration sont nécessaires à tout bon apprentissage.

Il faut que les classes de maternelles soient limitées à 16 élèves au maximum, ce qui est le cas dans les jardins d'enfants étrangers.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale