L’ENA n’est pas supprimée, l’oligarchie non plus

Par

Emmanuel Macron renonce à supprimer l’École nationale d’administration et l’Inspection des finances. C’était prévisible depuis le début, car ce n’est évidemment pas lui, le porte-drapeau de l’oligarchie, qui allait remettre en cause son principal centre de formation et son quartier général.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand, le 25 avril 2019, pris dans les turbulences du mouvement des « gilets jaunes », et voulant faire croire qu’il avait entendu la colère venue de tous les ronds-points de France, Emmanuel Macron a annoncé qu’il entendait supprimer l’École nationale d’administration (ENA) ainsi que les grands corps de l’État, dont l’Inspection générale des finances et le Conseil d’État, il n’était guère besoin d’avoir beaucoup de flair pour renifler l’embrouille. Et se faisant l’écho de ces annonces, Mediapart ne s’était pas privé le jour même de mettre en doute la sincérité du propos présidentiel.