Ayrault soutient Moscovici et juge «indécent» un retour de Cahuzac

Par

Le premier ministre a affirmé vendredi matin sur RTL que son ministre de l'économie, Pierre Moscovici, lui avait assuré qu'il « n'avait pas d'information » en décembre sur l'existence d'un compte caché de Jérôme Cahuzac à l'étranger.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le premier ministre a affirmé vendredi matin sur RTL que son ministre de l'économie, Pierre Moscovici, lui avait assuré qu'il « n'avait pas d'information » en décembre sur l'existence d'un compte caché de Jérôme Cahuzac à l'étranger.

« J'ai demandé à Pierre Moscovici au mois de décembre quelles étaient les informations dont il disposait, il a dit exactement ce qu'il a dit à l'Assemblée nationale, aux journalistes, aux présidents des commissions des Finances de l'Assemblée nationale et du Sénat : il n'avait pas d'information », a assuré Jean-Marc Ayrault.

Interrogé sur l'envoi d'une mission en Suisse pour enquêter sur un éventuel compte, comme le sous-entendait hier l'hebdomadaire Valeurs actuelles, il a répondu : « à ma connaissance, non ».

Quant à savoir si Pierre Moscovici a « instrumentalisé l'administration fiscale », Jean-Marc Ayrault a ajouté : « Je ne le crois pas un seul instant. » « Quand il y a eu cet article de Mediapart (...), j'ai posé les questions à Pierre Moscovici qui n'avait pas d'information et, le 5 décembre, Jérôme Cahuzac s'exprime devant l'Assemblée nationale dans les termes que vous savez et vous-même vous avez réagi comme nous : quelqu'un qui parle dans un lieu pareil, c'est qu'il dit la vérité », a expliqué le chef du gouvernement.