Macron fustige "les professionnels du désordre" dans les universités

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

La pétition contre la sélection à l'université approche les 6000 signatures...  Si sa ministre des universités est une pro de l'enseignement, elle n'est pas une pro de l'organisation d'un système complexe d'universités et elle le démontre tous les jours... Plutôt que de se battre pour obtenir plus de moyens elle réussit l'exploit à se faire battre entre eux les étudiants... En tout cas il a recruté une non-professionnelle de l'ordre...

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Avec la bénédiction des évêques de France...... la politique du sabre et du goupillon.....Macron devait soi-disant casser les codes et bouger les lignes..... en fait il restaure un ordre ancien, très ancien !

Le 22 mars 1968 c'était aussi des professionnels du désordre pour le sauveur de la nation qui n'a jamais reconnu lea réalité.

Le voleur a aussi remercié les retraités de s'être laissé prendre l'argent dans leurs poches.

Gonflé le mec.

  • Nouveau
  • 12/04/2018 16:26
  • Par

Les étudiants du Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy ont voté pour la reprise des cours mercredi et donc pour la levée du blocage de la faculté. 62,7% des étudiants inscrits (9252 électeurs) ont répondu "oui" à la question suivante : "avec la garantie de la mise à disposition de lieux pour le débat, approuvez-vous la reprise des cours le 11 avril à 8h permettant le maintien du calendrier des examens ?"

 

Une très bonne nouvelle.

 

 "Les professionnels du désordre", une nouvelle expression novlangagière pour désigner ceux qui ne plient pas l'échine devant les ordres somme toute toujours "phynanciers" du roitelet ubuesque, du "despote parasitaire". Il s'agite? Agissons!

À Nanterre (début 2000), Macron a dû sécher le cours sur Bergson: Le désordre est l’ordre qu’on n’attendait pas.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 12/04/2018 17:31
  • Par

Il y a peut-être pas d'examen en chocolat pour la république...par contre un président en chocolat ça c'est certain il y en a un !  très amer même lol

Ce type, Macron, est finalement tres con....Un enfant- Roi, completement a cote de la plaque... Je ne donne plus cher de sa peau, il va finir plus bas que Hollande, qui avait franchit precocement dans son quinquennat, la temperature critique de la combustion......

Le professionnel du désordre, c'est lui !

  • Nouveau
  • 12/04/2018 18:54
  • Par

Je n’ai pas l’occasion de discuter avec des étudiants et des professeurs d’universités, mais avec des professeurs du cycle primaire, de collèges et lycées, aussi je m’interroge. Vue de l’extérieur, il semble que la loi « Orientation et réussite des étudiants » (ORE) et de Parcoursup ait un volet " sélection » … mais auparavant il y avait aussi une sélection, mais en plus un tirage au sort …

Il apparait, aussi, qu’actuellement dans la première année ou dans les deux premières années de l’université il y ait aujourd'hui une «sélection de facto».

Je lisais que certains professeurs  disaient : « Ce qui fait la noblesse de notre métier n'est-il pas d'élever le niveau de ceux qui ne l'ont pas, c'est-à-dire pas encore ? » … et de «donner leur chance à tous ceux qui ont le degré minimum, à savoir le baccalauréat"... on peut les comprendre, cependant on peut émettre quelques doutes sur le niveau actuel du baccalauréat.  

Etant donné que les passages d’une classe à l’autre dans le cycle primaire, au collège et dans les lycées est quasiment automatique, les redoublemenys étant « proscrits », les niveaux de certains bacheliers actuels ne peuvent, aujourd’hui, leur permettre pas de suivre des études supérieures … on ne pourra malheureusement pas les « remettre tous à niveau » dans le cycle universitaire … on part de trop loin… on pourra, éventuellement, remettre à niveau certains.

Aussi je me pose des questions :

  • Selon les sources, il y a en première année d’université un taux d’échec de 40 à 60 %, le rôle des professeurs d’universités doit-il être de remettre à niveau les 40 à 60 % d’étudiants ?
  • Mais que faire pour ces collégiens et lycéens «sacrifiés» par le système actuel de l’Education Nationale ?
  • Bloquer les universités est-il la meilleure solution ?
  • Le véritable combat ne devrait-il pas se focaliser sur le début de l’enseignement, i.e. le primaire ?

Je suppose que certains lecteurs de MDP pourront m'éclairer laughing

Le gouvernement à commencé avec ceux qui partent d'encore plus loin avec les classes de 12 élèves, je comprend que c'est effectivement la logique de partir à la source et non rajouter une énième couche de plâtre sur la jambe de bois.

 

Macron défend la thèse de l'UNI.

« Agitateurs professionnels » « professionnels du désordre » « État d’ordre » « très peu d’universités » bloquées...Macron voudrait qu’il y en ait davantage qu’il ne parlerait pas autrement...
  • Nouveau
  • 16/04/2018 12:06
  • Par

L'expression des "professionnels du désordre" est à mettre en face de celle des "spécialistes de l'optimisation fiscale". 
On voit bien que moralement, il condamne les uns et protège les autres.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale