Le maire et la lingère, procès d'une agression sexuelle en Bourgogne

Par

Début 2014, une femme chargée du linge pour la mairie de Chevigny-Saint-Sauveur porte plainte contre le maire pour agression et harcèlement sexuels. Accusée par l'élu d'ourdir un complot politique, traitée de « garce » au village, détruite, elle est aujourd'hui soignée en hôpital psychiatrique. Le procès du maire se tenait mercredi à Dijon, comme un écho à l'affaire Baupin, à l'échelle d'une bourgade.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dijon (Côte-d'Or), envoyé spécial.- Leïla (lire en boîte noire) est une femme broyée. Dans la salle d’audience du tribunal correctionnel de Dijon, on entend à peine ce qu’elle dit. Sous multiples calmants et antidépresseurs, elle ne formule que des phrases courtes, quand elle en prononce. Cela fait deux ans qu’elle a porté plainte contre le maire de sa ville, Michel Rotger (LR), qu’elle accuse de harcèlement et agressions sexuels. Deux ans qu’elle est en arrêt maladie. Cinq mois qu’elle a été internée en hôpital psychiatrique. Au tribunal, l’ont accompagnée un psychiatre, une infirmière et un cadre de santé.