Business, Afrique et préjugés : le Paris Football Club dans la tourmente

Par

Dans l'ombre du PSG, un projet de deuxième grand club de foot à Paris se construit. Mais le changement d'actionnariat du PFC se fait dans la tourmente : le porteur du projet, Jean-Marc Guillou, est accusé de vouloir se faire un maximum d'argent sur le dos de jeunes footballeurs africains. La Mairie de Paris, qui subventionne le club, est prise à partie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le PSG n’a pas le monopole du psychodrame footballistique parisien. Si le PFC (Paris Football Club) n’a pas la même renommée – il joue en National (troisième division) –, il n’en traverse pas moins une phase de turbulences aiguë. Le club, aidé à hauteur d’environ 1 million d’euros par an par la Mairie de Paris, se cherche de nouveaux actionnaires. Le processus est suivi d'un œil inquiet par les politiques et la Fédération française de football, car l'affaire mêle gros sous, subventions publiques et soupçons de discriminations.