France insoumise ne retrouve pas son élan présidentiel

Par

Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon qualifie environ 75 candidats pour le second tour des législatives. L’abstention, très élevée, lui coûte cher, alors qu’il s’était enorgueilli d’avoir ramené les citoyens aux urnes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lundi dernier, Jean-Luc Mélenchon, le porte-parole de La France insoumise, s’interrogeait sur la lassitude qui gagnait les électeurs à la veille du premier tour des législatives, se demandant si les premiers lassés seraient les électeurs FI ou bien ceux de La République en marche d’Emmanuel Macron. Dimanche soir, au vu des résultats du premier tour, Mélenchon a une partie de la réponse : vraisemblablement, les électeurs d’Emmanuel Macron se sont plus déplacés dans les urnes que ceux de Jean-Luc Mélenchon. Le parti du nouveau président peut viser une très large majorité dimanche prochain, quand La France insoumise devra se contenter de 15 à 40 sièges à l’assemblée. Environ 75 candidats insoumis sont qualifiés pour le second tour. Pour un mouvement qui a un peu moins de deux ans, c’est beaucoup, pour un parti dont le chef de file a fait 19,58 % au premier tour de la présidentielle, ce n’est pas tant que ça.