Parcoursup ne réduit pas les inégalités mais les conforte

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sitôt que Parcoursup a rendu ses premiers résultats, une musique tenace s’est fait entendre dans la communauté éducative. Les lycéens des quartiers populaires seraient personæ non gratæ dans les universités parisiennes. L’hypothèse, vu la spécificité du système scolaire français, qui agit comme une véritable machine à reproduire les inégalités, est plus que plausible. Seulement, les données permettant d’attester une discrimination induite par le nouveau système d’admission post-bac ne sont pas (encore ?) disponibles. Sur les réseaux sociaux, « la cartographie de l’exclusion avec Parcoursup » est devenue virale.