Edouard Philippe à l’Assemblée ou la comédie de «l’acte II»

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Édouard Philippe l’a annoncé d’emblée. Le discours de politique générale qu’il prononçait, mercredi 12 juin à l’Assemblée nationale, n’avait d’autre but que de planter le décor de ce que l’exécutif aime à qualifier d’« acte II » du quinquennat. Un décor censé se différencier de celui qui a entouré les politiques conduites par son gouvernement jusqu’à l’éclatement, en novembre 2018, du mouvement des « gilets jaunes ».