A Montreuil, la police tire, un manifestant perd un œil

Par

Lors d'un rassemblement, organisé mercredi 8 juillet dans la soirée à Montreuil, pour dénoncer l'évacuation d'une ancienne clinique occupée depuis le début de l'année, des policiers ont tiré avec leurs flashball. Cinq personnes ont été touchées, dont Joachim Gatti, atteint en plein visage. Hospitalisé à Paris, ce militant de 34 ans, réalisateur, a perdu un œil. Il doit subir diverses opérations pour réparer les fractures. Les policiers ont visé «au-dessus de la ceinture», selon plusieurs témoins. L'AFP relaie la version de la préfecture: «Nous avons bien eu connaissance qu'un jeune homme a perdu son œil mais pour le moment il n'y a pas de lien établi de manière certaine entre la perte de l'œil et le tir de flashball.» De son côté, la maire de Montreuil, Dominique Voynet, «constate que le travail de restauration d'une police républicaine n'est pas encore achevé» dans sa ville.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Joachim Gatti a 34 ans, il est réalisateur et habite Montreuil depuis plusieurs années, où il participe à différentes luttes, comme la résistance aux arrestations des sans-papiers. Il a été atteint d'une balle de flashball en plein visage, tirée par un policier, mercredi 8 juillet à Montreuil. Hospitalisé à Paris, il a perdu l'usage de son œil droit et doit subir diverses opérations pour réparer les fractures. Quatre autres personnes, réunies le même jour après l'expulsion d'un squat dans la ville, ont été visées «au-dessus de la ceinture», indiquent plusieurs témoins.