L’instance unique du personnel fait (presque) l’unanimité contre elle

Par

Le ministère du travail a dévoilé les pistes de réforme des instances représentatives du personnel. La fusion obligatoire de l’ensemble des entités représentant les salariés braque les syndicats, la gauche et une partie du monde des ressources humaines.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une idée « de bon sens ». L’argument de Muriel Pénicaud, la ministre du travail, coule de source – en apparence – concernant la fusion des instances représentatives du personnel, l’une des mesures phares du projet de loi d’habilitation qui permettra au gouvernement de légiférer par ordonnances pour réformer le code du travail : pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? L’idée de base est lumineuse : plutôt que d’avoir plusieurs instances, une seule suffit afin de discuter de l’ensemble des orientations économiques et sociales dans une entreprise. Être rationnel pour être efficace, plaide le ministère. Comme un mantra.