Pesticides: en Gironde, la nouvelle réglementation sème la discorde

Par Jérémy Jeantet
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Là aussi bien sur comme pour tous les autres sujets : AUCUNE CONFIANCE et pour cause nous voyons bien encore la manœuvre macroniste, "en même temps " le tout et son contraire la recette magique de l'escroc MACron qui fait perpétuellement semblant .................quand on pense que le Bordelais est la région la plus pesticidée de France ! Il était temps de virer la droite pour y mettre un écolo !!!! ( enfin on va voir...)

le Droit Constitutionnel prévoit le droit de vivre dans un environnement qui préserve la santé

la règlement du préfet aux ordres des puissants est potentiellement criminel

le nouveau ministre choisi par la FNSEA sera t il aussi coulant qu'un camembert face au diktat des empoisonneurs publics?

 

Le Bordelais est la région la plus pesticidée de France !...la plus pesticidée, qu'est-ce à dire; quelle est la mesure utilisée, employée?

A quels prix tous ces produits dits "naturels".

On trouve des vins bios à moins de 5 euros la bouteille.

Pour mémoire, en Bio, le soufre (contre l'oïdium) et la bouillie bordelaise-Cuivre (mildiou) sont autorisés.

On peut traiter de manière raisonnée et raisonnable. Mais quel riverain sait ce que fait le viticulteur qui pulvérise à la souffleuse à coté  sa maison qui se trouve sous le vent ?

Compliqué...

Un viticulteur de Champagne se met aux huiles essentielles pour remplacer soufre et cuivre. Est-ce viable pour lui ? Quelles conséquences, a priori improbables, vont survenir (si elles surviennent !) ? Au moins, accordons-lui me mérite de tenter une autre voie.

Les systèmes anti-dérive ? On les utilise dans les vergers : les filets. Il n'y en a pas dans les vignes.

Des buses anti-dérives ? Ah oui ? Mais les viticulteurs n’utilisent pas de rampe, que je sache ? Car ces rampes peuvent être équipées de buses anti-dérive, à condition toutefois de ne pas traiter par plus de 5km/h de vent !!!

Bref, tant que la méfiance sera dans les esprits et la production dans le tiroir caisse, on n'en sortira pas !

"Les paysans qui n'ont pas encore compris que l'agriculture dite "conventionnelle" est vouée à disparaître dans un avenir proche vont bientôt se retrouver gros Jean comme devant !" Si seulement vous aviez raison... L'agriculture dite conventionnelle (ce qui ne correspond à rien, hormis à non-bio) a encore de beaux jours devant elle. Ne serait-ce que parce que la majorité de la population préfère encore gratter des euros pour s'offrir l'iPhone Z et autres écrans 500 pouces des la sortie. Sans compter que le vin français a un débouché largement international et que de nombreux consommateurs étrangers sont bien loin des préoccupations françaises. Le plafond de la surproduction est peut être plus haut dans le vin AB, mais il existe !

"Pour mémoire, en Bio, le soufre (contre l'oïdium) et la bouillie bordelaise-Cuivre (mildiou) sont autorisés"

Ce sont d'ailleurs eux qui, chaque année depuis trois ans, font augmenter la consommation nationale de pesticides. Et permettent de confondre les (trop nombreux) journalistes qui lisent la première ligne du rapport du ministère de l'agriculture et sortent sans délai un article racoleur sur le ton de l'indignation. Ce qui arrange bien certaines associations de défense de l'environnement...

Etre favorable voir militant pour l'AB, ne doit pas conduire à occulter les efforts des agriculteurs dits "conventionnels" vis à vis des phytos !

Cela dit, ça ne concerne que peu le vignoble bordelais ou, d'après les conseillers que je rencontre, la conscience professionnelle se fait de plus en plus rare. Pas étonnant quand les châteaux n'ont pas vocation à produire de la qualité, mais du prestige et/ou un retour sur investissement maximal. 

Je n'achète plus que du vin bio.

Le vin est une boisson plaisir, donc je préfère en prendre moins et payer le prix réel du travail du viticulteur, en sachant que de cette façon:

1) je ne bois pas un liquide qui a contribué à empoisonner tous les habitants du département

2) je ne prends pas une dose de pesticides et CMR en plus des tanins.

Un petit nombre de traitements sont autorisés sur la vigne en agriculture biologique. Des ajouts, comme les sulfites sont autorisés, pour la vinification. Pas pour les vins naturels. Il est très loin le temps où vin naturel rimait souvent avec piquette ! On trouve désormais d'excellents nectars. À prix très doux, entre 5 et 10 € la bouteille, comme nombre de vins biologiques ou biodynamiques. Dans toutes les appellations. Cheval blanc n'est pas plus cher que d'autres crus classés du bordelais bourrés de résidus de pesticides d'ailleurs.

En te remerciant

Une bonne partie des maisons du bordelais ne sont pas tenues par des agriculteurs (meme quand u' viticulteur occupe la maison, celui-ci n'est parfois qu'une façade œuvrant sur les consignes du chinois qui a pris les reines du château pour se la péter avec ses amis) . Et les notables / nantis qui possèdent une grande partie du bordelais n'ont cure du résidu trouvé dans leur vin : pour eux seul le classement compte !

Le Buzet est effectivement bon et pas trop cher. Cependant, les vignobles se trouvant en Lot-et-Garonne, il faut savoir que ce département agricole détient les records de ventes de pesticides. Aussi, je serai assez réservée sur ce point.

Il faut surtout que chacun modifie ses habitudes de consommation de produits frais. Délaisser les grandes surfaces, privilégier les circuits courts et choisir les producteurs locaux, si possible bio, reste la solution.

 

Mais puisqu'on vous dit que les pesticides se promènent avec leur petite réglette et s'assurent bien qu'ils ne vont pas déborder du périmètre imparti! Alors qu'on retrouve des polluants dans l'Antarctique ou au Groenland... il faudrait gober cette fumisterie de distances de 3 ou 10 mètres (lesquelles sont déjà inadmissibles pour les agro-industriels pour qui toute réduction de leur liberté d'empoisonner en paix est un affront).

Poids terrifiant du lobby de la FNSEA - FDSEA - Jeunes agriculteurs pour qui une surface non traitée en pesticides est "une surface perdue" comme il est dit dans l'article.

C'est la cogestion des empoisonneurs entre producteurs et  utilisateurs de pesticides.

Madame CARBAJAL

Je ne partage pas votre opinion sur le buzet

Je vous invite à consulter le site Les Vignerons du Buzet .qui rassemblent la très grande partie de l'AOC . Vous verrez que l'orientation choisie c'est pas d'engrais chimique ,pas de CMR ,pas de désherbant chimique résiduaire ,pas de nicotinoide .

Bien à Vous 

 

Il faut modifier la loi, oui !

Surtout en promulguer une nouvelle, comme le réclame Que Choisir depuis qu'elle a analysé de nombreuses bouteilles de vin, où les résidus de pesticides abondaient. Il faut une loi limitant drastiquement ces résidus, voire les interdisant totalement. FNSEA et Coordination rurale seraient ainsi contraints de changer leurs pratiques.

C'est tous les vins du sud-ouest qui sont montés en gamme, et le plus souvent avec des pratiques environnementales vertueuses, à prix doux. 

Ce n'est pas un hasard si Lydia et Claude Bourguignon ont créé un domaine situé dans l'appellation Cahors, La Roque d'Antan.

 

 

Appeler Madame Pompilli, elle va régler cela.

Un chouette article à la hauteur des enjeux

!

Exact  ! 

Business as usual... et silence on tue. Le seul moyen dont dispose le citoyen consommateur, voter avec ses pieds, et acheter bio.

C'est quand même rassurant d'être intoxiqué que d'un peu plus loin. Quelques mètres d'écran poreux gracieusement offerts par la FN SEA se traduiront peut être par quelques jours d'espérance de vie de plus pour les riverains.

Une vraie avancée pour les "kmers verts" qui obtiennent cette grande victoire par le spectre des  urnes. A ce tarif là, demain, c'est la Révolution prolétarienne !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Que les consommateurs tirent les conclusions : boycott des produits les plus 'traités" chimiquement . En particulier les vins de Bordeaux , champions en la matière. Il y a très longtemps que je n'en consomme plus.

  • Nouveau
  • 13/07/2020 13:44
  • Par

En fait tout est là: les citoyens sont échaudés par des promesses non tenues...est pas seulement dans le monde agricole sauce FNSEA mais à tous les échelons !

"Une catastrophe industrielle annoncée", qui sera également une catastrophe sanitaire et agricole pour le bordelais. Les vins bordelais  comme leurs sols, leur terroir, sont morts, juste quelques grands crus bourgeois qui sortent des jus à papa, sans intérêt ni surprise, juste bon à contenter les "investisseurs d'étiquettes" !

À côté, la plupart des bordelais ont refusé de voir la nouvelle vague des vignerons qui s'engagent d'abord pour leur vin, et ensuite, par leurs pratiques en bio ou en biodynamique, pour protéger leur terroir, l'environnement et les consommateurs, qui ne craignent même plus d'avoir mal à la tête !!

Merci aux viticulteurs et viticultrices qui se battent pour une culture viticole française, moderne et réjouissante pour les consommateurs avertis !! ENSEMBLE, levons le coude et le poing pour défendre nos terroirs contre les empoisonneurs ! 

je n'achète que du BIO de différentes régions de france (il faut bien goûter...) il faut vraiment que les gens n'achètent que ça.

Les paysans crétins sont encore nombreux qui préfèrent s'empoisonner , empoisonner les consommateurs , les terres et les eaux ,avec l'aide du Crédit Agricole bien sûr , plutôt que retourner à l'école pour apprendre à cultiver sans les pesticides des usines chimiques où les gentils salariés travaillent pour le pire . Nous nous plaignons mais nous ne sommes pas décidés à nous passer de tous ces produits délicieusement empoisonnés .

Nous nous plaignons mais nous ne sommes pas décidés à nous passer de tous ces produits délicieusement empoisonnés.
Et si vous parliez plutôt pour vous ? (“Je me plains mais je ne suis pas décidé·e à me passer de tous ces produits délicieusement empoisonnés.”)
Se passer de vin pollué et toxique est devenu assez facile parce qu’il y a de plus en plus de vins bio. La sociologie des amateurs et buveurs de vin a beaucoup changé en quelques décennies, et ils sont les plus à même de convaincre les viticulteurs en délaissant les “mauvais” vins.
À moins que ce ne soit les industriels de la pesticidie eux-mêmes, quand ils décideront d’arrêter de produire leur m… parce qu’elle ne rapporte plus suffisamment. Mais eux le feront sans crier gare, sans délais, sans tergiverser, et ce jour-là, les viticulteurs n’auront vraiment plus que leurs yeux pour pleurer car ils se retrouveront avec une terre polluée et épuisée, une vigne fragilisée, et n’auront plus le temps de se convertir. Ils devraient y réfléchir vite…

C.Q.F.D!

"Nous nous plaignons mais nous ne sommes pas décidés à nous passer de tous ces produits délicieusement empoisonnés ."

BOSSUET :

Nous sommes d’étranges créatures  qui nous affligeons des effets, mais continuons à adorer les causes !

La FNSEA signe, en se frottant les mains... tout en émettant des réserves pour  faire croire que ces adhérents empoisonneurs sont lésés. Et la protection de la nature et des humains dans tout ça ?

Au-delà des désordres directs sur le voisinage, les pesticides passent dans leur vin. Une bonne raison de réfléchir à deux fois avant d'acheter.

Bonjour Mediapart,

pour vous permettre de réellement apprécier l'apéro, (et on parle pas encore des cacahouètes!)

dans-un-verre-de-vin

tchin tchin!

Oui, ça fait peur de lire la liste des ingrédients.

Avec la malbouffe, personne ne devrait se souhaiter "Bon appétit" mais "Bonne chance".

Devant un verre de vin, ce n'est plus "Santé" mais "Bonne chance" aussi.

Ouech , met ta source steuplé

Bonjour,

j'ai pas retrouvé... j'ai eu le livre entre les mains, j'ai vu la page, je l'ai photocopiée et magnet sur la porte du frigo...

peut-être ça, mais je suis pas sûr, désolé :

Guide In Vino & Veritas

Vin & Santé, sélection 2018

Adrien Tréchot

Vins et Santé

A lire , l'index Acta , pour tout ceux qui s'intéressent a ce sujet. Attention a la dose a l hectare ...

Maintenant pour tous les gens qui lisent cet article , qui soutiennent le mouvement pour une autre agriculture.

Entre la bourgeoise de province , et les bobos des villes. Ne venez pas vous plaindre , que vous fruits et les légumes , sont pas bien calibrés , tachés , ou "abimés" ,   difficile a éplucher... ou que sais je encore.

Quand c'est Bio , c'est bon , mais pas toujours "beau" selon les critères de " La grande distrib" ,et pour le coup du consommateur,  qui au final a plus de 70% de la population , ni connait pas grands choses .

La tavelure sur les pommes n 'a jamais tuer personne.. si ce n 'est le rendement, et pour le coup la rémunération de l'exploitant.

T'as capté?

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous