mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Mediapart jeu. 28 juil. 2016 28/7/2016 Dernière édition

Eric Woerth: encore une Légion d'honneur suspecte

13 août 2010 | Par Mathilde Mathieu et Michaël Hajdenberg
L'ex-ministre du budget a accordé la Légion d'honneur à Bernard Godet, expert-comptable qui a certifié les comptes de son parti de poche. Après l'affaire de la médaille remise à Patrice de Maistre, cette décoration interroge sur l'usage que le ministre fait des décorations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après la Légion d'honneur remise par Eric Woerth à Patrice de Maistre (employeur de sa femme et gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt), Mediapart est tombé sur une autre décoration accordée par le ministre qui exhale le conflit d'intérêts. Le 13 juillet 2008, en effet, un expert-comptable inconnu du grand public, Bernard Godet, a été nommé officier de la Légion d'honneur sur le contingent d'Eric Woerth (alors ministre du budget). Le décret paru au Journal officiel déclinait sobrement ses titres: «35 ans d'activités professionnelles et de services militaires»... Deux mois plus tôt, Bernard Godet avait surtout visé les comptes de campagne du ministre, candidat victorieux aux municipales de Chantilly dans l'Oise, avant que ces derniers ne soient remis à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

Plus gênant encore: Bernard Godet est l'homme qui a certifié les comptes 2008 du micro-parti du ministre – déjà dévoilés par Mediapart. Fin juin, il était apparu que cette formation politique «maison», créée dans l'Oise en toute discrétion et baptisée «association de soutien à l'action d'Eric Woerth», avait bénéficié de la générosité de Liliane Bettencourt (qui lui aurait signé un chèque de 7.500 euros en 2010, selon l'entourage du gestionnaire de fortune de la milliardaire). Légale sur le papier, cette structure contribue comme tous les autres «partis de poche» à «détourner» l'esprit de la loi sur le financement de la vie politique – pour reprendre le mot du président de la CNCCFP, autorité administrative indépendante...

Interrogé sur les raisons pour lesquelles il a souhaité récompenser Bernard Godet, Eric Woerth n'a pas répondu à nos questions. L'heureux bénéficiaire, sollicité par l'intermédiaire de son cabinet parisien, n'a pas non plus retourné nos appels. Les interrogations soulevées par l'attribution de cette Légion d'honneur sont pourtant multiples.

Premièrement, Bernard Godet a-t-il pu, en 2009, quelques mois après avoir reçu la Légion d'honneur, se plonger dans les comptes 2008 du parti de poche du ministre et les certifier (c'est-à-dire évaluer leur sincérité et leur régularité) en toute indépendance? Avait-il l'absolue liberté de dénoncer d'éventuelles tricheries?

Le code de déontologie des commissaires aux comptes, dans son article consacré aux conflits d'intérêts, précise que «le commissaire aux comptes évite de se placer dans une situation qui compromettrait son indépendance à l'égard de la personne ou de l'entité dont il est appelé à certifier les comptes, ou qui pourrait être perçue comme de nature à compromettre l'exercice impartial de cette mission». En clair, la seule apparence d'un mélange des genres pose déjà problème.

16.450 euros de frais de réception

Au passage, on peut se demander si Bernard Godet a aussi certifié les comptes 2009 de «l'association de soutien» à Eric Woerth. Ces derniers n'ayant pas encore été rendus publics, nous avons posé la question au trésorier du micro-parti, Patrick Wallut. «Je ne pourrais vous dire», s'est-il contenté de nous répondre. Quant à la Légion d'honneur, il a déclaré l'ignorer jusque-là.

L'enjeu de la certification des comptes est d'autant plus net que l'activité du parti de poche d'Eric Woerth paraît floue. En 2008, les recettes avaient atteint 86.000 euros environ, soit 19.500 euros de dons de personnes physiques et 66.500 euros de subventions allouées par le trésorier de l'UMP (Eric Woerth en personne....). Du côté des dépenses, on notait bien 16.450 euros de «frais de réception» ou 10.190 euros de «locations immobilières» (pour une structure minimaliste sans salariés ni adhérents!), mais on saisissait mal la destination de tout l'argent amassé. Malgré nos multiples relances, le ministre n'a jamais livré d'explication sur les activités de cette «association»... Bizarrement, pas un centime n'a été lâché dans la campagne municipale de 2008 – le micro-parti n'a guère accordé qu'un prêt de 1.300 euros à son champion, contraint d'aller emprunter 6.500 euros à la banque... «Quoi qu'il en soit, la Commission nationale a jugé que la signature de ce M. Godet était valable et elle a validé les comptes!», tient à souligner Patrick Wallut, le trésorier.

 

Cliquez ici pour télécharger les comptes 2008.

 

Une autre question se pose: cette mission remplie par Bernard Godet en tant que commissaire aux comptes était-elle compatible, sur un plan éthique, avec d'autres prestations vendues à Eric Woerth, cette fois en tant qu'expert-comptable?

Bernard Godet a en effet été payé 1.500 euros en 2008 pour «présenter» le compte de campagne d'Eric Woerth aux municipales de Chantilly, ainsi que 500 euros pour celui des législatives de 2007. Son rôle, juridiquement, se limitait alors à la compilation des factures et des justificatifs de recettes, sans véritable dimension d'audit ni de contrôle. Sur une campagne électorale, un expert-comptable n'est recruté, en fait, que pour mettre en forme le bilan financier, avant transmission à la CNCCFP.

Pourquoi Eric Woerth a-t-il confié, au fil des ans, toutes ces missions de nature différente à un seul homme? Pourquoi avoir fidélisé Bernard Godet? L'avoir gratifié de la Légion d'honneur entre deux prestations?

Interrogé par Mediapart, le Haut conseil du commissariat aux comptes, organe de contrôle de la profession (institué auprès du garde des Sceaux), n'a pu livrer aucun commentaire sur la situation de Bernard Godet. En l'absence de saisine en bonne et due forme, aucun de ses membres n'est habilité à juger du respect – ou non – du code de déontologie...