Pédophilie dans l'église : le cardinal Barbarin admet des «erreurs»

Par

L'archevêque de Lyon doit être jugé au début de l'année 2018 pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles sur mineurs d'un prêtre.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon accusé d’avoir couvert des affaires de pédophilie au sein de l’église, admet, dans un entretien publié samedi 12 août par Le Monde, avoir commis des « erreurs de gouvernance ».

« Ma réponse d’alors n’était pas à la mesure de l’enjeu », a-t-il reconnu au sujet des agressions sexuelles commises par le père Bernard Preynat sur des enfants de la troupe scouts de Saint Luc dont il était l’aumônier durant vingt années. Le prêtre pourrait avoir fait une dizaine de victimes.

Lire aussi

Arrivé au diocèse de Lyon en 2002, le cardinal Barbarin a été alerté à plusieurs reprises des actes pédophiles du père Preynat. Mais l’archevêque s’était contenté de le muter, sans prévenir la justice.

Le cardinal Barbarin fait l’objet d’une plainte pour non dénonciation d’agressions sexuelles sur mineur déposée par des victimes réunies au sein de l’association La Parole libérée. Selon le Monde, il sera jugé au début de l’année 2018 en compagnie de six autres ecclésiastes.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale