Sur les terres du RN, les héros des courses camarguaises sont des enfants d’immigrés

Par Prisca Borrel (Le D'Oc)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le public, les chapeaux de cow-boy, les bottes épaisses, et autres chemises provençales sont légion. Les Camarguais les moins jeunes revendiquent encore leurs traditions de pied en cap. Mais lorsqu’un taureau frôle le fessier d’un coureur, le public retient son souffle comme un seul homme. « Avise ! », s’écrit l’un d’eux en provençal. Dans l'arène, les jeunes champions sont, eux, bien souvent d'origine maghrébine. Comme avant eux, les enfants d'Italiens ou d'Espagnols.