Nucléaire: ces signes de vieillissement qu’EDF voudrait faire disparaître

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Mais... Je ne comprends pas. 

Les 16 milliards dont vous parlez font-il référence à la provision actuelle de EDF pour le démantèlement futur de ses centrales...?

Si vous confondez cout du démantèlement et cout de la transition (qui prend en compte les externalités comme l'impact sur les sous-traitants, sur l'emploi, etc.), votre raisonnement n'a aucun sens.

Avez-vous une source fiable sur le cout de 300 milliard?

Et enfin, pour être brillant à vos yeux, suffit-il d'aller dans votre sens?

"Et enfin, pour être brillant à vos yeux, suffit-il d'aller dans votre sens?"

allez lire son commentaire, on en reparle après wink

De 16 à 1 700 milliards d'euros

Aujourd'hui, personne ne peut évaluer avec certitude le coût final de l'abandon du nucléaire en Allemagne. En mai 2011, Berlin avançait un chiffre de 16 milliards d'euros d'ici à 2015. "Cela peut représenter de 1 à 2 milliards d'euros" par an, jugeait alors le ministre de l'Énergie Norbert Röttgen. La Süddeutsche Zeitung, qui citait "des évaluations internes du gouvernement", parlait à l'époque d'une note plus proche de... 3 milliards d'euros par an. Plus récemment, RWE évoquait une enveloppe comprise entre 250 et 300 milliards d'euros. Et en janvier, Siemens tablait sur un budget de... 1 700 milliards d'euros d'ici à 2030.

Aujourd'hui, ce sont les estimations de déchets nucléaires à entreposer qui sont revues à la hausse.

La facture pour désamorcer la centrale nucléaire de Fukushima Daichi a été revu à la hausse. Très forte hausse, puisse qu’elle va atteindre € 178 milliards selon la nouvelle estimation du gouvernement nippon ( indemnisations des victimes est réévaluée à 65 milliards €).. En 2011, une première estimation envisageait une sommede € 42 milliards. En 2013, la deuxième estimation doublait la mise à € 80 milliards.

On sera à combien dans 10 ans ???

 

Alberteins,

Si les estimations économiques dont vous parlez représentent le cout de l'abandon du nucléaire, alors vous diffusez des arguments favorables au nucléaire en prétendant qu'ils ne le sont pas.

Du point de vue strictement économique, si sortir coute plus cher que rester , alors il ne faut pas sortir...

Quand à votre dernière phrase, l'expression "les estimations de déchets nucléaires à entreposer" n'a tout simplement aucun sens.

Les interprétations voire affabulations que nous ont servies pendant longtemps EDF et souvent pour des affaires mineures donc vérifiables, font qu'il est difficile de la croire aveuglément, alors que devant le problème complexe de la gestion du parc nucléaire, EDF a intérêt à nous servir la vérité, en supposant quelle la connaisse .

La teneur des renseignements rapportés dans cet article est plutôt réconfortante car elle témoigne d'une politique de suivi en service et d'analyse du comportement de son parc vieillissant .Le matériel en fonctionnement évolue par des phénomènes de vieillissement dont les causes et les mécanismes sont variés et pas forcément complètement connus en ambiance nucléaire . S'agissant des propriétés mécanique on sait qu'en dessous d'un état de contrainte limite il n’y aura pas de rupture par fatigue quelque soit le nombre de sollicitations, ou chargements ou "occurrences" en anglais .

Lors du calcul des appareils l'utilisation de "coefficients de sécurité" qui sont d'abord une façon de paramétrer notre ignorance sur la phénoménologie et la dynamique de l’endommagement font que le dimensionnement du matériel est choisi de façon confortable afin de le faire travailler dans la zone des non ruptures quelque soit le nombre de cycles imposés, donc son temps d'utilisation (dans le cas de l'aéronautique la démarche est différente car l'avion doit pouvoir s'envoler un certain nombre de fois) . La validité de cette approche est contredite par la présence de défauts congénitaux, telle la ségrégation en carbone des fonds d'EPR, ou la création de défauts structurels liés à l'utilisation, telle la fissuration/corrosion des tubes des échangeurs primaires .Il est donc primordial d'écouter le matériel souffrir en travaillant et de donner aux personnels des consignes sur la conduite des appareils critiques, voir à ce sujet les vitesses de chauffage et de refroidissement qui engendrent de redoutables contraintes d'origine thermiques . Un appareil ayant été utilisé et son comportement enregistré et analysé est, à priori, plus fiable qu'un appareil neuf non dévermiculé .

Un lecteur rappelle que les Français n'ont pas la culture de la maintenance, ce qui est vrai, mais dans le cas du nucléaire les spécialistes du béton qui ont construit les barrages et les mécaniciens et soudeurs des centrales électriques sont depuis longtemps à la retraite et doivent suivre avec effarement la longue listes des malfaçons découvertes lors de la construction, toujours inachevé de notre EPR .

La lecture des "avis" de l'ASN montre que cet organisme est compétent, indépendant et semble arriver à rendre plus efficace un EDF toujours content de lui même . L'ensemble du scénario suivi par le parc nucléaire français, conduite et création, semble montrer une déficience certaine dans la connaissance et l'observation des phénomènes physiques et une crédulité malsaine devant les résultats des "modélisations" et des calculs; n'insistons pas sur le savoir faire perdu, notion triviale qui surtout n'intéresse pas les "politiques" . Une visite annuelle à Fukushima devrait être rendue obligatoire pour tous les intervenants .

Du point de vue strictement économique, si sortir coute plus cher que rester , alors il ne faut pas sortir...

Mais là on ne peut plus parler d'économie, d'ailleurs si on avait pris en compte des critères économiques, il ne fallait pas construire les centrales, le nucléaire est une ineptie, il faut donc en sortir le plus rapidement possible avant qu'il ne soit trop tard. Pensez à vos enfants et/ou petits enfants. Vous attendez l'incident pour ouvrir les yeux, remarquez il ne devrait pas tarder.

Vous martelez des chiffres économiques (que vous n'interprétez pas correctement...) pour justifier la sortie. Puis vous dites qu'on ne peut plus parler d'économie.

J'arrête d'essayer de vous comprendre.

Cdt.

Nico

Ne peut-on pas également dire que le recours systématique à la sous-traitance (ce qui est le cas depuis toujours chez EDF) est une autre façon "d'opacifier" ? Qui dit sous-traitance dit délitement des responsabilités, réduction des exigences, etc.

Règle numéro un : Alberteins a toujours raison.

Règle numéro deux : si Alberteins a tort, la règle numéro un s'applique tout de même.

-----

Un indice sur l'ego de ce personnage fat, accompagné d'une cour aussi ridicule qu'aveugle :

> un économiste brillant qui était intervenu sur mon billet

Grand est Alberteins !

Et encore, Albert n'a posté qu'un seul lien sur ce coup ci ... :-)

Ceci dit le nucléaire est une vraie question et on comprend dans cet article qu'EDF ne fait pas son boulot aujourd'hui quelles que soient les options à venir de transition écologique.

Ce qui est un vrai scandale.

inutile de minimiser si l'on veut que les peuples et les autres prennent un minimum conscience du monde dans lequel on vit quand il n'est pas encore capable de se passer de sacs en plastique au bout de combien d'années d'alerte ? Là aussi on peut faire des calculs !

 JACQUES MILAN  "Si le coût de démantèlement d'un réacteur nucléaire est de 100 milliards en Allemagne, on doit donc évaluer en première analyse le coût de 58 réacteurs à 5800 milliards d'euros (soit 5800/2200 = 2,6 fois le PIB de la France).

Cependant, d'un point de vue économique, il y a des économies d'apprentissage, qui réduisent ces coûts : plus on sait démanteler un réacteur nucléaire, moins cela coûte. Pour un chiffre rond, comme évaluation, si l'on veut sortir du nucléaire d'ici 2050 et commencer à démanteler dès aujourd'hui, on peut donc dire que l'on aura 33 ans d'apprentissage, qui peuvent réduire ce coût - à la louche - de moitié soit 1,3 fois le PIB. Etalé sur 33 ans , cela fait environ 87 milliards par an soit  4% environ du PIB par an. Donc, c'est tout à fait possible.

Ces calculs de coûts n'ont rien de "libéraux", dans la mesure où ce sont des dépenses publiques concernant des centrales nucléaires appartenant à l'Etat. Ce sont des coûts qui sont estimés, sans savoir si le marché va les baisser ou les augmenter.

Si l'on fait des calculs d'un point de vue socio-économique, en intégrant les questions écologiques, la question s'éclaire un peu mieux et se complexifie :

- d'un point de vue écologique, les centrales nucléaires produisent pendant 40 ans de l'électricité et maintiennent en gros pendant au moins 1000 ans des déchets nucléaires hautement dangereux. Le coût de maintenance de ce centre de radioactivité est important.

L'évaluation de ces coûts, sur une durée longue, dépend de ce que les économistes appellent " le taux de préférence pour le présent" ou " taux de dépréciation du futur" ou " taux d'actualisation", manifesté par le proverbe "un tiens vaut mieux que deux tu l'auras". Les êtres humains préfèrent le plus souvent un bien ou un service aujourd'hui plutôt qu'un bien ou un service demain, du fait de la finitude de la vie humaine.

Dans le proverbe, où le temps n'est pas défini précisément, un bien aujourd'hui vaut deux fois un bien demain. Si le temps est d'une année, on voit que le taux annuel de dépréciation du futur est de 50 % par an. Au bout de 10 ans, le coût du futur est quasiment nul : si vous dépréciez de 50 % un bien chaque année, et si sa valeur initiale est 100, au bout de 10 ans sa valeur est de 100 X 0,5 (puissance 10) soit  0,1. La socio-économie écologique qui raisonne sur le temps long prend souvent une valeur faible de 2% pour le taux d'actualisation, pour faire des calculs sur 50 ou 100, soit le temps de 2 ou 4 générations.

Ce démantélement, d'un coût évalué à 87 milliards d'euros- en 2017 - nous protège d'un risque d'explosion d'une centrale dans un accident de type Fukushima (par exemple par une marée de tempête sur la centrale du Blayais près de Bordeaux ; ou un secousse sismique sur celle de Fessenheim). Ce coût des dommages en cas d'accident de type Fukushima a été aussi évalué par un organisme du Ministère de l'Environnement à environ 1200 milliards d'euros soit les 2/3 environ du PIB de la France. La probabilité de cet accident n'est pas donnée. Mais on peut supposer que si l'on ne fait rien, en 33 ans, un accident de ce type, avec notamment le réchauffement climatique qui accroît l'intensité des tempêtes, peut se produire. Si on donne une probabilité de 10 % à cet accident , le coût du risque est de 120 milliards, soit moins que celui du démantèlement (87 milliards). Dans une analyse coûts-avantages, assez courante en économie,  nous avons donc intérêt à démanteler tout de suite les centrales nucléaires en France.

- d'un point de vue socio-économique, il faut organiser une transition et une subsitution d'une électricité d'origine à 75 % nucléaire en France à une production à partir d'énergies renouvelables d'ici à 2050. C'est possible et ce n'est pas si coûteux que cela si on l'organise bien selon une planification écologique (cela n'a rien de libéral et suppose au contraire un pôle public de l'énergie considérée comme un bien ou un service commun). Il existe des scénarios de transition énergétique dans ce sens, qui prévoient de sortir du nucléaire d'ici 2050 élaborés par l'Ademe, qui dépend du Ministère de l'Environnement (Hulot, au boulot !) et par l'association Negawatt (à faire mieux connaître et à discuter)."

Noted ;-)

"Si le coût de démantèlement d'un réacteur nucléaire est de 100 milliards en Allemagne, on doit donc évaluer en première analyse le coût de 58 réacteurs à 5800 milliards d'euros (soit 5800/2200 = 2,6 fois le PIB de la France)."

Ça commence mal...

La première phrase est un gros conditionnel qui part encore sur la confusion entre démantèlement et cout total d'arrêt d'un réacteur incluant les externalités.

La deuxième phrase fait un amalgame entre un cout total (stock) et le PIB (flux annuel). Économiquement, cela revient à comparer une dette totale par rapport au PIB. C'est mathématiquement possible mais ça sert surtout à effrayer le citoyen...

Bref... Vous défendez vraiment très mal votre cause. À se demander si c'est pas volontaire ;-)

Etonnant ! pourquoi le nucléaire militaire est passé sous silence ? il me semble qu'un danger mortel existe ? souvenons nous de sept 1983 et de Stanislas Petrov !!

le 21 septembre Journée Internationale de la paix ONU : triste réalité avec 5 % des dépenses militaires mondiales pendant 10 ans, on pourrait résoudre, selon le PNUD, les principaux problèmes problèmes de l'humanité : alimentation en eau, faim, analphabétisme, principales maladies...le Gouvernement Français à décidé de doubler les dépenses annuelles consacrées à la production de nouvelles armes nucléaires de 3,3 à 7 milliards d'€ par an !!

76% des Français en faveur de l’engagement de la France dans un processus d’élimination des armes nucléaires

Loi de programmation militaire 2019-2025 : lettre ouverte aux parlementaires

Autour de ces enjeux des choix politiques et financiers majeurs ont été faits puisque sur la période 2019-2025 la loi de programmation militaire a programmé des besoins à hauteur de 295 milliards d’euros, soit le deuxième budget de la nation si on excepte le règlement de la dette.

Un seul des 86 Missiles nucléaires M 51 composant la FOST (force océanique stratégique) coûte selon l’Usine Nouvelle 150 millions d’Euros soit le coût de 150 scanners corps entiers achetés chez Siemens ou à GE aux USA puisque la priorité donnée à l’électronique militaire a rendu notre pays dépendant au plan industriel malgré nos ressources intellectuelles et technologiques mal exploitées.

(source)

Au-delà de la somme considérable, eu égard aux besoins des populations, des services publics et des collectivités locales, cette loi de programmation engage le pays dans des choix stratégiques à long terme qui aurait dû entraîner un large débat dans le pays, débat auquel auraient pu être associés les services publics d’information à travers des débats contradictoires.

DES CHOIX CONTRADICTOIRES AVEC LES ENGAGEMENTS INTERNATIONAUX
DE LA FRANCE AU TITRE DE L’ARTICLE 6 DU TNP...

Il existe des scénarios de transition énergétique dans ce sens, qui prévoient de sortir du nucléaire d'ici 2050 élaborés par l'Ademe, qui dépend du Ministère de l'Environnement (Hulot, au boulot !) et par l'association Negawatt (à faire mieux connaître et à discuter).

Mais bien sûr, vos connaissances sont supérieures à tous nos spécialistes - ONG etc wink

Réussir la transition énergétique en France avec le scénario négaWatt © Association négaWatt

"Je ne comprends pas à quoi sert votre réflexion sur A.."

En général ce commentateur ne commente jamais l'article mais mes commentaires, certains abonnés ont une phobie Mélenchon, BACK TO URSS lui a une phobie Alberteins 

A ma connaissance, (sinon pouvez-vous démentir) aucune compagnie mondiale d'assurance ne couvre le risque nucléaire pour les opérateurs ou, si ils le font, c'est pour des montants ridicules.

Quand on sait que l'on est capable de couvrir le coût des catastrophes naturelles, et que le risque nucléaire, lui, ne l'est pas car illimité dans le temps et l'espace.   Ça interroge, non?

Ma connaissance, à défaut de se proclamer supérieure, ne vise que le factuel et la mise en perspectives. 

Le travail de l'ADEME que vous décrivez n'est pas un scénario mais une étude. Si cette étude a le mérite d'exister et d'être de qualité, elle n'analyse pas les caractéristiques d'une trajectoire d'un état initial (le présent) vers un état final (2050 100% renouvelable) mais présente les caractéristiques d'une photo à un instant donné, en l’occurrence 2050.

Ça n'est pas exactement la même chose.

Et la question de la faisabilité de sortir ou non du nucléaire est une fausse question. Évidemment que c'est possible de sortir du nucléaire. La vraie question est "est-il souhaitable de sortir du nucléaire?".

Une réponse argumentée à cette question se doit de prendre en compte les aspects politiques, sociaux-économiques, énergétiques, etc. Le reste n'est que discussion de comptoir. Ce qui me fait penser que j'irais bien discuter énergie en terrasse avec un demi.

Nico

 

Vous avez raison,

il n'est pas possible pour une assurance de couvrir le risque d'un accident nucléaire majeur.

À ma connaissance, il me semble que le risque associé à une catastrophe naturelle majeure n'est pas couvert non plus. Par exemple, je ne pense pas que les dégâts causés par le tsunami japonais (150 milliards d'Euros direct! Imaginez le cout indirect...) aient été pris en charge par une assurance. Cela retombe sur le contribuable à un moment ou à un autre.

La question de la prise en charge financière d'une catastrophe majeure, naturelle ou non, est effectivement centrale.

Nico

"La vraie question est "est-il souhaitable de sortir du nucléaire?"."

Mais on a pas le choix, les réacteurs en fin de vie il faut bien les démanteler. Et lorsque l'on constate les difficultés ainsi que le coût inutile d'en construire de nouveau.

Sinon pour le demi en terrasse, on peut le prendre le 9 0ctobre à Paris wink

 

Bon et bien dans ce cas là, le problème va se résoudre tout seul :-).

Si je résume... Les gouvernements néo-libéraux à la manœuvre n'entendent que le son de l'argent. Le nucléaire est économiquement inefficient par rapport au renouvelable. La "loi" de l'offre et de la demande va pouvoir faire le ménage à terme.

L'économie de marché au service de l'écologie en somme... ;-)

Et bon courage pour le 9 Octobre... Pour la manif défense des retraites?

Divers pays ont chiffré réellement le coût de démantellement et que çà :

- USA

- Allemagne

- UK

Grosso modo démanteler 30 réacteurs sur quelques centrales (plusieurs réacteurs / centrale) c'est 100 à 200 milliards , entreposage des déchets (inclus (c à dire Bure et son budget inital de 

30 milliards d'euros qui pourraient passer à 60 / 70 car l'ASN a déjà chiffré que Bure ne serait pas assez grand pour tout recevoir)

on a 58 réacteurs en France Hors l'EPR en construction

 

Quel que soit le cout intégré du démantèlement, ne négligez jamais le pouvoir de l'actualisation dans le calcul économique... :-)

Les prix s'écrasent avec le temps car un euros dépensé dans 10 ans a moins de valeur que un euro dépensé aujourd'hui.

Je dis pas que j'adhère hein... Mais c'est ainsi que c'est théorisé et calculé. C'est en partie ce qui fait que les provisions d'EDF pour le démantèlement paraissent si faibles...

Nico

Merci madame Jade LINDGAARD

 

Jade © x Jade © x

 

Je vais en boire une* à votre santé wink

* Première bière biologique française

Merci de ne pas me tutoyer, malotru.

Je présente une phobie pour les atrophiés du ciboulot et des chevilles dans votre genre, totalitaires en herbe.

Après le Grand Albert, le Grand Albersteins....

Jusqu'où ira-t on dans les grimoires ? wink

Oui à la contre-désinformation © x Oui à la contre-désinformation © x

einstein

C'est ici :

GSIEN

"Dans une analyse coûts-avantages, assez courante en économie,  nous avons donc intérêt à démanteler tout de suite les centrales nucléaires en France."

C'est donc là la raison pour laquelle les nucléocrates ont pris le pouvoir
et hissé Edouard Philippe au rang de 1er ministre.

> Jusqu'où ira-t on dans les grimoires ? wink

Enfermons-le dans l'armoire, oui ! laughing

Il parle en expert.

ça fait cher paye pour avoir voulu peter plus haut que son c...imaginez cet argent pourvu aux energies propres a l griculture biologique tant que les grandes surfaces ne lui ont pas casse les reins,bref comme drait le pragmatique faux ecolo tout de meme gouverneur de californie qui veut pretendre encore construire ou assurer ,j extrapole, du nucleaire alors que son cout est prohibitif

on parle Belgique 10 milliards pour 7 réacteurs (et l'Etat belge aimerait s'assurer que Engie en assumera le coût, mais c'est évidemment impossible.) Pour la France  57:7x10= 81 milliards.  Bonne chance, il y a plus de chance de trouver une clé sous le paillasson que de trouver cet argent!

 

exact aucune compagnie d'assurance ne couvre les risques des centrales nucléaires (elles ne sont pas folles), car le risque est trop élevé

non Muck, la vraie question :  est-ce que c'est payable?  Et la réponse est non, donc on continue jusqu'à la catastrophe

pas d'accord, les coûts de la catastrophe naturelle étaient couverts (comme toujours) mais pas ceux de Fukushima

L'au-delà de l'Humain ne peut être que le Bien commun. Les nucléocrates sont des animaux, extrêmement dangereux. Si les Écolos luttent depuis cinquante ans contre le nucléaire et la bestialité des frics-lauvergeons-philippe-proglio-bouygues ce n'est pas par regret de la bougie - injure classique du beauf de base dans ce pays - mais parce que le nucléaire est extrêmement dangereux.

Pour un Être Humain normal, rien, aucun critère ne peut justifier le nucléaire. 

Oui, c'est vrai, cet article est extrêmement réconfortant tongue-out

nuance , Potentiellement TRES dangereux. Dans un contexte extremement controle, de changement proactifs d'equipement en limite de seuils, il peut etre controle. Mais on en est malheureusement loin ce que montre cet article. Et surtout cela coute (rait?) une fortune.

Un point qui n est quasiment plus develope , c est la question des dechets, comme si finalement, le stockage a bure ne posait "qu'un " probleme de place...L'argument des pro nucleaires est que le stockage est sur, soit, sur le papier, les argiles callovo oxfordienne semblent etre un bon candidat...Et, on a deja du mal a comprendre l'ancien, voila que nos geologues semblent etre capable de predire l'avenir

Sans parler de la question purement morale, on accepte de creer sous nos pied, un zone de stockage de nos dechets, une poubelle. Comme si , au lieu de trier et revaloriser nos dechets menager, on obligeait chaque citoyen, de creuse une fosse sous nos maison, pour les enfouir.

On marche sur la tete. le pire, c est que si j en croies certains intervenants, on a meme pas la volonte politique de se donner les moyens de demanteler...

Pour ceux qui sont intéressés, lisez-le scénario NEGAWATT qui argue depuis longtemps que la sortie du nucléaire est possible.

https://negawatt.org/

Reste néanmoins à se soucier du coût du démantèlement qui sera énorme et des déchets nucléaires dont on ne sait déjà que faire. Tous les politiques, responsables et scientifiques qui ont défendu le nucléaire au prétexte qu'il était la forme d'énergie la moins chère sans se soucier qu'on n'y intègre pas le coût du traitement des déchets et du démantèlement sont des menteurs irresponsables qui devraient aujourd'hui rendre des comptes en justice.

Je ne suis pas toujours d'accord avec Alberstein mais je trouve qu'ici on n'essaye pas de comprendre ce qu'il veut dire. Vous concernant vous systématisez vos attaques, non pas en fonction de ce qui est dit mais en fonction de qui le dit.

Vu de la Belgique

Vu de la Belgique;

"Et la question de la faisabilité de sortir ou non du nucléaire est une fausse question. Évidemment que c'est possible de sortir du nucléaire. La vraie question est "est-il souhaitable de sortir du nucléaire?".
Une réponse argumentée à cette question se doit de prendre en compte les aspects politiques, sociaux-économiques, énergétiques, etc. Le reste n'est que discussion de comptoir. Ce qui me fait penser que j'irais bien discuter énergie en terrasse avec un demi."

Donc, vous êtes d'accord qu'on peut sortir du nucléaire mais il est clair pour vous que  souhaitable soit à discuter pour des raisons qui seraient politiques, socio-économiques, énergétiques, etc... En résumé , les gens n'arrivent pas à se décider parce qu'il est complexe de répondre à ces questions. Certes. L'intelligence a tendance à croire que ce qui est complexe est intelligent. Intelligent et complexe ne sont pas synonymes , mais la complexité est souvent la solution que l'intelligence crée pour motiver l'absence de solution. Quand c'est hyper complexe, on a le signe qu'on ne maîtrise pas le sujet mais qu'on cherche dans le brouillard.

Je ne retiens que ceci: le nombre de pannes à diminué par deux. La gravité des pannes augmente dramatiquement donc nous marchons tout droit  vers la centrale nucléaire qui n'aura plus qu'une seule panne, la vraie et pour ma part, je pense que je n'ai pas besoin de penser politique; socio-économique, énergétique, etc comme vous me le proposez sinon il suffit d'attendre que chaque centrale décide quand elle ne fait plus qu'une panne rendant les suivantes impossibles.

La question, n'est pas de savoir si c'est souhaitable mais la rapidité pour la remplacer. Quand je vois un danger important, je ne passe pas mon temps à me demander comment je peux vivre le plus longtemps possible à ses côtés mais comment je le supprime vite. Maintenant il est vrai que l'intelligence aime se promener longtemps dans la réflexion complexe… Ce n'est pas interdit de mourir intelligent, c'est plus classe, je vous l'accorde.

PS: Juste pour détendre l'ambiance intelligente: pour remplacer du béton, des tuyaux, vannes usées etc... vous pensez qu'on puisse le faire sans les démonter? Alors pour le fait de démonter on ne pourrait pas décider de démonter?

J'attends que vous me demandiez par quoi les remplacer.

Vu de Belgique:

Je pense que Engie devra payer. Les centrales appartiennent à Engie qui a voulu les acheter. Je ne vois pas comment l'Etat belge va motiver les belges à payer la fermeture des centrales que les belges avaient payées dans leur factures d'électricité et vendue à Engie?

Finalement je me demande si Engie ne préfère pas une catastrophe que l'Etat belge devrait résoudre à ses frais? Vous croyez que l'Etat français, actionnaire, va payer? Souvenez-vous des milliards que Dexia France a volé à Dexia Belgique lors de la crise de 2008. Donc une petite catastrophe en Belgique, avec état d'urgence et une décision belge de fermer les centrales et Engie conteste de payer les fermetures… Je ne crois pas que la France ait rendu les sous de Dexia.

S'il n'y a pas d'accident  de centrale d'ici  là. la vie des personnes  n'a pas de prix.

Toutes ces discussions sur la transition évitent un sujet crucial: les renouvelables solaires et éolien sont intermittentes, il faut donc à côté une capacité équivalente et modulable d'autre chose pour les nuits sans vent et les ciels trop nuageux. Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique il serait catastrophique de faire comme les allemands qui ont construit des centrales à charbon ou à lignite et n'ont pas réduit leur émission de CO2. L'hydroélectrique offre en France peu de possibilités nouvelles. Donc il faut du stockage pour tendre vers le 100% renouvelable. Je ne connais pas de STEP en cours de réalisation ni en projet, l'hydrogène ça n'avance pas vite, donc tant que le stockage d énergie ne se développe pas il faut garder les centrales nucléaires! Ou les remplacer par d'autres si elles sont trop vieilles! Les objectifs de réduction du nucléaire sont pipeau tant qu'on ne dit pas comment on fait. Les gouvernants ont tellement peur de parler nucléaire qu'ils n'osent pas faire avancer le projet Astrid dit de "4 ème génération" qui pourrait déboucher sur du nucléaire beaucoup plus sûr et éliminer les déchets les plus problématiques, s'il tient ses promesses....

 

   Non, c'est plus grave que ça  :  Ces menteurs irresponsables sont des clones de tous les fascistes, qui imposent leur religion par la force et la déraison. Vous connaissez la liste... et vous connaissez aussi les résultats 

 

  

Le nucléaire est on ne peut plus transparent. L'ASN communique en particulier sur tous les incidents, leurs gravités et les mesures prises. Mais cela n'est accessible qu'à ceux qui voudraient passer beaucoup de temps à s'informer. De plus l'accumulation des incidents sans réelles gravités pourra effrayer ceux qui sont à-priori opposés au nucléaire.    

https://www.asn.fr/ 

En réalité il est impossible de comprendre le détails de leurs documents pour ceux qui ne connaissent pas le fonctionnement des installations nucléaires. 

Ce qui fait aussi qu'ils ne peuvent pas juger de la fiabilité des informations. L'ASN pourra accusée d'être à la solde du gouvernement. Ils doivent faire confiance, ce qui est difficile. D'autant que les anti-nucléaires ne sont pas sur le même registre de la vérité scientifique, ils sont sur celui de la peur en exploitant le manque de connaissance du public pour faire croire à un complot du "lobby" nucléaire. 

Il est difficile de prévoir à l'avance comment vieillira un composant exposé à une certaine fatigue. La solution rigoureuse n'est pas de comptabiliser les chocs thermiques en disant jusqu'à 100 ça va et au delà on le change mais d'effectuer des contrôles bien avant 100 et poursuivre au delà. 

Le vrai problème de la tenue au vieillissement, qui a nécessité des études supplémentaires avant d'autoriser la poursuite du chantier du nouvel EPR, est que le procédé de fabrication des cuves du coeur du réacteur fait qu'elles n'ont pas l'homogénéité qui avait été prise en compte dans les calculs. 

Le nucléaire est on ne peut plus transparent. L'ASN communique en particulier sur tous les incidents, leurs gravités et les mesures prises. Mais cela n'est accessible qu'à ceux qui voudraient passer beaucoup de temps à s'informer. De plus l'accumulation des incidents sans réelles gravités pourra effrayer ceux qui sont à-priori opposés au nucléaire.    

https://www.asn.fr/ 

En réalité il est impossible de comprendre le détails de leurs documents pour ceux qui ne connaissent pas le fonctionnement des installations nucléaires. 

Ce qui fait aussi qu'ils ne peuvent pas juger de la fiabilité des informations. L'ASN pourra accusée d'être à la solde du gouvernement. Ils doivent faire confiance, ce qui est difficile. D'autant que les anti-nucléaires ne sont pas sur le même registre de la vérité scientifique, ils sont sur celui de la peur en exploitant le manque de connaissance du public pour faire croire à un complot du "lobby" nucléaire. 

Il est difficile de prévoir à l'avance comment vieillira un composant exposé à une certaine fatigue. La solution rigoureuse n'est pas de comptabiliser les chocs thermiques en disant jusqu'à 100 ça va et au delà on le change mais d'effectuer des contrôles bien avant 100 et poursuivre au delà. 

Le vrai problème de la tenue au vieillissement, qui a nécessité des études supplémentaires avant d'autoriser la poursuite du chantier du nouvel EPR, est que le procédé de fabrication des cuves du coeur du réacteur fait qu'elles n'ont pas l'homogénéité qui avait été prise en compte dans les calculs. 

Le coût du démantèlement me parait un faux problème parce que l'on peut l'étaler dans le temps sur plusieurs dizaines d'années et que la technologie évolue à grand pas. Un des problèmes majeurs est l'exposition des travailleurs aux radiations. Un robot ne craint pas les radiations. 

Je suis néanmoins favorable à ce que l'on mène une opération pilote anticipée sur un premier réacteur pour se donner une réelle compétence dans ce domaine.  

Le problème très grave, c'est qu'outre qu'on ne sait toujours pas comment faire, il a été oublié d'amortir ce coût du démantèlement en l'intégrant dans les factures des clients. Oubli volontaire bien sûr.

En tant qu'ingénieur mécanicien (un vieux, déjà, depuis 1969!), ayant participé aux calculs en fatigue de certains de ce matériel nucléaire construit pendant la période 1975-1990, je vous approuve totalement. Surtout que les calculs de cette époque étaient moins bien argumentés qu'actuellement (l'informatique était dans ses premières couches-culottes avec IBM), actuellement, la "fatigue" des matériaux est mieux connue, le suivi des fissurations atteint de hautes performances, les logiciels d'occurrences et de prévisions de durées de vie ont fait des progrès énormes depuis 2000 (en nucléaire, comme en industrie pétrochimique ou aéronautique). L'important est d'avoir un système fiable de suivi des installations, et c'est là où le bas blesse : Qui est habilité et a réellement la compétence pour certifier ces documents de contrôle? Là est le problème de l'Etat français, tout comme celui de la Belgique.

Beaucoup d'entre nous prennent l'avion chaque année, mais ces engins fonctionnent aux limites de vitesse d'accroissement des fissures d'origine d'organes aussi importants que les ailes! Mais la maintenance est assurée (au moins pour les compagnies fiables !!), car en cas d'accident, c'est la faillite de la compagnie.

Bref, concernant ma confiance, je crois que les anciennes centrales bien suivies et avec une maintenance adéquate me semblent plus fiables que les actuels EPR qui ont des problèmes graves de fissurations d'origine dus aux dépassements des limites de fabrication des fonds de cuves dans les fonderies qui ont réalisé les cuves 1500MW des années 1975 à 1985.

Quant aux déchets nucléaires et au démantèlement des anciennes centrales nucléaires, il faut avouer que ni EDF ni les états ne sont préparés aux frais qui adviendront, et nous seront de toute façon de notre poche, quoique vous fassiez!  Nous avons vécus avec une énergie "bon marché", nous l'avons dilapidée, ce seront nos enfants qui en paieront le prix !

Profitez du soleil, du vent et de l'eau tant qu'il y en a encore. Peut-être, un jour prochain, les politiciens que vous élirez prendront les bonnes décisions, car tout le monde est responsable de la situation actuelle.

Bonjour Guy

Je vous trouve excessif, mais j'ai peut-être tort. Je pense qu'à la base il y a une volonté d'indépendance énergétique de la France et qu'ensuite tout n'est plus que question de gros sous.  Quand on voit cet âne pourtant instruit et intelligent de Proglio plaider contre l'avis de Lauvergeon pour qu'on vende du nucléaire discount peu sécurisé parce que c'est ce qui se vend le mieux, on hallucine. Le mec est un des PDG les mieux payés du pays, est riche à ne pas pouvoir tout dépenser avant de claquer, et il veut encore faire plus de fric sans se soucier de l'avenir de la planète et des gosses. A ce niveau, le fric ça devient pathologique...et ils sont un paquet de grands malades dans les allées du pouvoir, élevés au biberon du profit et avec l'accaparement pour leur clique comme unique ligne de mire... 

"Bref, concernant ma confiance, je crois que les anciennes centrales bien suivies et avec une maintenance adéquate me semblent plus fiables que les actuels EPR qui ont des problèmes graves de fissurations d'origine dus aux dépassements des limites de fabrication des fonds de cuves dans les fonderies qui ont réalisé les cuves 1500MW des années 1975 à 1985."

Malheureusement les malfaçons de fabrication dans les usines d’Areva rendues publiques en 2015 concernent l’EPR, mais aussi d’autres centrales plus anciennes. Dans la liste on trouve le générateur de vapeur du réacteur 2 de Fessenheim,  Bugey, Gravelines, Le Blayais, … 400 dossiers de fabrications sont "incohérents" dont 200 concernent des pièces nucléaires qui sont en service.

http://www.sortirdunucleaire.org/Scandale-des-malfacons-et-des-falsifications-dans

https://www.nouvelobs.com/societe/20160525.OBS1185/deux-centrales-nucleaires-epinglees-pour-des-malfacons.html

https://www.lesechos.fr/02/05/2016/lesechos.fr/021897303768_nucleaire---l-inquietant-soupcon-qui-pese-sur-areva.htm

Disons que EDF semble en voie d'amélioration, au moins par ses pratiques d'exploitant, plus que par ses déclarations lénifiantes .

Nous sommes sur la même longueur d'onde . Dans le cas de l'EPR je pense que sa cuve a été conçue comme une extrapolation des cuves réussies des séries précédentes et que le savoir calculer des concepteurs n'étant pas soutenu par le savoir faire des réalisateurs ils ont modélisé le forgeage des fonds en utilisant des logiciels de forgeage qui n'existaient pas auparavant . Cependant cette fine équipe, ne maitrisant pas le phénomène bien connu de ségrégation majeure, a obtenu, après forgeage, des pièces hétérogènes, ayant des teneurs en carbone localement trop fortes, ce qui pour les propriétés mécaniques et en particulier la résilience n'est pas recommandé .

D'accord mais que suggérez vous comme moyen de désigner les membres de ces innombrables comité théodule peu efficaces dans l'ensemble; le suffrage "démocratique" peut être ?

Il y a toujours des intérêts, même chez les godillots qui tapinent auprès de leurs électeurs pour obtenir leurs voix en leur refilant des subventions et autres avantages.....

Traiter l'ASN de "comité théodule" déconsidére l'auteur autant que "peu efficaces dans l'ensemble"; sans argument et sans preuve, que vaut le propos?

En tout cas, c'est bizarre que sur une carte de l'ASN il ne manque pas moins de 4 réacteurs !

Vu le pouvoir de décision que détient l'ASN au bout du compte, les discussions de marchand de tapis sur des questions primordiales, les tempêtes dans les verres d'eau et les résultats qu'elle obtient pour finir sur des sujets d'une telle gravité et d'une dangerosité extrême pour une population entière, j'appelle cela un comité théodule.

Mais tout au moins, ça amuse le bon peuple et toute cette mise en scène aide à faire avaler les couleuvres après les deux dernières catastrophes.

 

Je vous trouve encore bien généreux en le nommant théodule car le préfixe Théo, laisserait encore quelqu' espoir mais je comprends que vous le nommiez ainsi sans vous justifier car ce n'est vraiment pas utile tant nous sommes conscients, dans ce cas et bien d'autres, de ce que valent ces hommes de pouvoir qui nous "crachent dessus" de toute leur fausse hauteur !

Seth évident qu'il faudrait inclure dans l'ASN des professionnels indépendants connaissant la question, voire un représentant des diverses grosses structures associatives écolo.

On nous actuellement menti dans l'intérêt supérieur de l'état (qui ne mérite pas du tout sa majuscule yell) et de cet insensé PIB

 

Notamment des experts allemands, suisses, italiens, espagnols et hollandais (faut pas trop compter sur les belges et les british), pays directement concernés par nos conneries !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

le manque de courage et de clarté dont ils ont fait preuve durant leur "carrière" sera-t-il alors surmonté ?

Vous parlez des grands patrons nommés par l'Elysée, pas des ouvriers/ingénieurs, n'est-ce pas?

et bien, apparemment, il y a quand même quelque lanceur d'alerte ? un ? deux ?

Les autres sont aveugles ou muets ?

Un autre  problème d'EDF, c'est la plomberie, la formation est très insuffisante en ce domaine, et c'est vital pour les centrales.

l'habitude est aussi de réserver les emplois "à risque" à des gens qui ne sont pas "EDF"... un genre surprenant d'élitisme...

J'aimerais aussi connaître le taux de gens employés "statut-EDF" dont les parents l'étaient aussi.

Quand les privilèges deviennent héréditaires, ou réservés à une caste, on peut s'attendre à toutes les dérives.

idem dans la santé et j'en passe. Un diplômé devient imbus de lui-même et n'a plus à se justifier, à nos yeux comme aux siens. IL SAIT ! (il doit y avoir quelques exceptions).

l'habitude est aussi de réserver les emplois "à risque" à des gens qui ne sont pas "EDF"... un genre surprenant d'élitisme...

C'est ce qu'on appelle "la viande à REM" dans le jargon du nucléaire !

Ces intérimaires qui vont de centrale en centrale pour faire les réparations que les employés EDF ne font pas ?! Trop dangereux ... Eux et leurs familles se contentent de profiter de l'électricité à tout petit prix pour leur résidence et celle secondaire éventuellement ...

L'article Article D. 4154-1 du code du travail interdit l'utilisation d'intérimaires et de travailleurs en CDD en zone orange et encore moins en zone rouge.

 

C'est pourtant bien l'un d'entre eux qui a une fois laisser un balai  dans un "gros tuyau" important dans je ne sais plus quelle centrale

et qui fait respecter cet article?  EDF?

Lisez le travail d'Annie Thébaud-Mony sur les intérimaires des centrales…

  • Nouveau
  • 12/09/2018 08:42
  • Par

les français n'ont pas la culture de la maintenance, ils ne savent pas faire et ne veulent pas mettre l'argent nécessaire. Par contre nous savons bien installer et réparer

et ça peut servir d'excuse ?

N'oublions pas qu'EDF "exploitant" est une entreprise dont le but est de survivre et que pour survivre elle doit gagner de l'argent, les centrales étant ses vaches à lait ou poules aux oeufs d'or, elle n'est pas pressée de les tuer.

C'est là que l'affirmation de l'article "EDF se trouve dans une situation inextricable qui impose qu’aucun réacteur ne soit prolongé au-delà de 40 ans" déraille: EDF pour simplement continuer à exister est financièrement OBLIGÉE de prolonger ses réacteurs au-delà des 40 ans, sinon l'entreprise n'a plus de capacités de production, plus de chiffre d'affaires et plus de rentabilité.
Les centrales nucléaires amorties sont les seules capables de produire en quantité en dessous du prix du marché.

Arrêter les centrales ne pourrait se faire qu'en réduisant drastiquement la consommation des français, et pour cela il faut changer le mode de chauffage des bâtiments; c'est au gouvernement de le suggérer, pas à EDF qui a tout faire pour pousser le chauffage électrique lors de la construction de ses centrales.
C'est une des batailles perdues par Nicolas Hulot: sans chute de la consommation, EDF n'a pas d'autre choix que de continuer à exploiter (terme qui rime assez peu avec ménagement ou prudence) ses centrales vieillissantes.

Et on ne parlera pas de l' EPR de Flamanville qui coûte déjà une fortune et dont la mise en service est sans cesse repoussée,  dont on a vendu des projets à l'étranger !

EDF se met en faillite et vogue la galère...  C'est simple, non?

 

vous avez un stock de bougie?

  • Nouveau
  • 12/09/2018 08:53
  • Par

FESSEFUKEN

 

fess

Chaque composant d'un système possède une durée de vie. C'est vrai pour un avion, une voiture,  ou une centrale nucléaire. En fin de vie la pièce doit être remplacée par une neuve, quel que soit son état apparent.

J'ai comme l'impression que cette culture n'existe pas pour les centrales. Trop chère paraît il.

> Raisonnement simpliste qui ignore la notion de marge, de conception (on savait bien peu de choses sur le vieillissement à 40 ans dans les années 70 sachant que la technologie nucléaire en avait 15), d'usage (les modes d'exploitation peuvent changer ou s'adapter), de risque aussi.

Absolument. Ouf, un peu de raisonnement dans ce fil plombé.

l'attentisme est raisonnable ? ça me rassure !

Mais bien sûr... Et la marmotte met le papier d'aluminium aussi?

La consommation d'électricité en France sur 40 ans? => En forte hausse

Usure des pièces des centrales prévues initialement pour durer 30 ans? => En hausse

Sollicitations des centrales? => En hausse

Tranches de centrales arrêtées pour maintenance? => En hausse

Pression économique sur EDF? => En hausse

Et magiquement, les centrales seraient de plus en plus neuves parce qu'on a augmenté les normes acceptables, le tout en le cachant à l'ASN, autorité censée surveiller que le nucléaire français aille bien? Et dans le même temps on solliciterait moins les pièces pour avoir une durabilité plus importante ?

Est-ce que le remplacement ou la rénovation de ces pièces coute cher? Certainement, mais moins cher qu'un circuit primaire qui explose, 150 bar et des tonnes d'eau hautement radioactive déversées dans la centrale, ce n'est pas une mince affaire! Et à ce moment là, plus possible de simplement cacher l'accident, ou bien de déverser la flotte dans les fleuves comme ça c'est déjà fait...

A un moment il faut arrêter de ce bercer d'illusions. Je crois bien plus en une étude mécanique des pièces faite au moment de leur conception par des gens hautement qualifiés et qui savent parfaitement de quoi ils parlent plutôt qu'à des arrivistes qui lisent des plans (quand ils sont encore là!) à l'envers et qui font des calculs à la louche pour dire que "il faut que ça passe" parce que la centrale doit tourner encore pour rapporter au maximum...

Vos propos ne tiennent pas on se fout d’ EDF ,que on connaît tous ,le Nuc c’est fukushima ,ça vous dit ,alors en France les centrales fuient, rejettent eau irradiée ds le Rhône Loire and c0 ,laisse des fûts toxiques et rouillés sans protection ,nous sommes au bord des pires accidents ,etc donc le NUCLÉAIRE c’est fini il y a lurette que les Mines en ont fait l’apanage en France et longtemps que nous sommes des actionnaires et abonnés chez ENercoop = zéro nucléaire et production indépendante des industriels ,personne ne peux plus défendre cette énergie qui engendre des pollutions pour des millions d’annees et polluent les nappes les fleuves et les terres et a engendré une société policière !!

Et les risques climatiques, ils n'existent pas pour vous ? Fukushima c'est un leurre ? sans parler des risques de guerre... (c'est vrai que là je divague, évidemment ça n'existe pas ou pas comme ça). Merci pour votre dose de somnifère, ce soir, comme vous, nous dormirons tranquilles.

J'ajoute : c'est très dommage que les hommes de sciences n'aient pas la science de la sagesse.


"" (on savait bien peu de choses sur le vieillissement à 40 ans dans les années 70 sachant que la technologie nucléaire en avait 15) "" 

et oui c'est bien ce quon reproche à cette filière  ! d'avoir faire tous ces trucs dangereux en sachant bien peu de choses !!!
 

vos lumieres sont resolument nucleaucrates faites nous signe au cas ou vous changez d avis ou etablissiez un post constat apres le probable accident majeur dont on va tout droit avec les multi consequences

Il y a tout de même une contradiction à dire qu'il y aurait plus de risque à changer une pièce du fait de son temps de fonctionnement que de la conserver tant qu'elle est en état et par ailleurs reconnaitre que c'est la pratique appliquée dans l'aviation, avec des résultats très positifs au regard de la fiabilité obtenue dans ce domaine.

La maintenance basée sur la surveillance de l'évolution de l'état des composants (maintenance prédictive si ne me trompe pas) est essentiellement intéressante sur le plan économique.

Dans le cadre d'une activité aussi risquée que le nucléaire, cela me semble peu approprié au niveau sécurité (désolé, j'utilise le terme usuel, et non celui de sureté comme les pros du nucléaire).

D'autre part, vu la quasi absence de centrales stoppées, nous ne sommes pas prés d'avoir des informations fiables sur l'état réel des cuves et autres composants du circuit primaire d'une centrale vieillissante, en l'absence de la possibilité de mener des tests destructifs sur ces pièces. Le seul moyen de prévoir la résistance résiduelle de celles-ci est donc, je suppose, de faire des calculs dont les données sont probablement assez adaptables pour tenir compte des aspects économiques..

Oui et non. Peut etre est ce l'énergie la plus propre pour le moment mais on ne sait pas ce que nous réserve l'avenir et la gestion des déchets est une catastrophe.

Oui  vous  faites là  une  remarque pas  dénuée d’intérêt quant à  aborder le  problème  des  fissures ...

Ben, c'est aussi le tout nucléaire, notre glorieuse "avance", qui bloque depuis 20-30 ans tout investissement sérieux dans les autres sources d'énergies, et finit par nous mettre très en retard sur le renouvelable par rapport à nos voisins... Donc non, même si le bilan CO2 est bon, ce n'est pas la panacée. Et franchement, je n'aurais rien contre des petits réacteurs type sous-marin, mais l'EPR, ça fait vraiment peur. Certes, c'est sûr, ils l'ont promis, mais en cas d'accident, on fait quoi ? On déménage au Japon ?

ps : quittez EDF, il y a plein d'autres opérateurs dénucléarisés, à commencer par Enercoop

Tout à fait d'accord, je consomme Enercoop, et favorise les énergies renouvelables; c'est vrai quoi, un peu de bon sens, il y a du vent, des courants des régions inondées de soleil et on en profite pas, Messieurs les décideurs, c'est gratos!!

Il faut sortir du nucléaire ET du carbone...

Même pas du charbon : du lignite......

Je fus dans une autre vie, inspecteur de travaux et notamment en procédés soudage et contrôles des soudures pour le compte d'une société classée "seveso".

Les moyens de contrôle "non destructifs" des soudures sont au point (radiographie et ultrasons notamment), et il existe des logiciels de calculs par éléments finis applicables à l'évolution des fissures: pour les curieux un exemple; http://theses.insa-lyon.fr/publication/2006ISAL0022/these.pdf.

Donc, les procédures et les contrôles sont très performants et en constante évolution.

Il existe des périodes de contrôle, quinquennales et décennales, ces contrôles sont effectués, et en particulier pour les fissures les contrôles sont permanents, le problème c'est la prise en compte de ceux-ci et des décisions en fonction des résultats.

C'est toute l'intégrité et la politique de l'entreprise concernée qui est impliquée.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Pas facile sur un circuit primaire très chargé en radioactivité, et le calcul aux éléments finis se heurte à l'évolution des connaissances: le comportement des aciers sur 40 ans à ces pressions et températures en présence de rayonnement, c'est maintenant qu'on le découvre.

Vous avez raison, et pour alimenter le logiciel en données on mets en place au cours d'un arrêt réglementaire sur un défaut de type fissure, des jauges de contraintes.

Avec la robotisation actuelle, tous les contrôles sont possibles.

> Personnellement ce qui me fait le plus peur ce n’est pas le nucléaire mais les milliards de tonnes de CO2 que l’on rejette dans l’atmosphère en brûlant du charbon comme le font les écologistes allemands dans leurs centrale thermiques avec les conséquences plus que dramatiques sur le climat....et qui sera peut être la fin de notre espèce.

Ouf, encore un commentaire lucide !

> peur et ignorance

Excellent résumé. L'ignorance est mère de peurs irraisonnées, de bêtise. Et vous avez toujours un esprit totalitaire qui profite de cette situation.

Certains ici auraient valablement figuré au Mandarom de Burdin.

vous oubliez surtout le béton qui vieillit très mal ...

Vous oubliez le béton qui ne prévient pas ...

l'énergie la plus propre est celle qu'on n'utiliserait pas (par exemple en pouvant se loger près de son travail, dans un logement possédé actuellement par des spéculateurs stupides et avides).

pour remédier à notre ignorance, je propose une transparence totale (c'est pas encore au point ?). comment expliquez vous les mentions "secret" si tout est accessible ?

Propre,le Nuc,voir les relevés d’eau dans les fleuves francais autour des centrales et animaux et humains,terrible les déchets et eau rejetée sont bourrés de toxiques cancérigènes ...des déchets en fûts qui fuient tranquilles sans aucunes protection,réchauffement de l’eau des riviere, etc...

Et  bien vous mentez les fissures dans les cuves ,qui datent de leur fabrication  pour Flamanville,à l’usine du  Creusot, c’est du vent , les associations anti nucléaire qui ont  aussi des ingénieurs du Nuc ,des qui y travaillent et donnent des infos aux associés qui l’ont quitté par éthique sont donc tous des debiles , ce discours date des années 70 et il est mensonger.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Ouf ,enfin un commentaire réaliste.

Je ne suis pas un spécialiste du béton, mais agrègé de mécanique et ayant enseigné la résistance des matériaux en école d’ingenieurs , il me reste encore quelques vieux souvenirs de calculs de structures, les logiciels utilisant le calcul par éléments finis ont depuis fait  d’enormes Progrès, n’oublions pas que concorde a été fait à la règle à calculs....en 1970 on se tapait tous les calculs de portiques à la main....mais il me semble qu’on s’est aperçu que les structures de concorde vieillissaient mieux que prévu, la résistance de l’aluminium augmentant avec le temps , due à des phénomènes d’ecrouissages...bref un calcul de vieillissement peut comporter de bonnes nou velles....ce que je dis c’est qu’une structure calculée pour durer 40 ans avec une très forte probalite De  bons services peut très bien résister 60 ans et même 100 ans mais sous surveillance sévère.....il est donc intéressant de prolonger au maximum notre parc.

Je pense que le risque nucléaire existe....mais le risque du carbone lui est certain...en 2100 la population mondiale atteindra 11 milliards d’individus et ce n’est pas avec quelques éoliennes et panneaux solaires (eux aussi très polluants) que l’on fabriquera l’energie Nécessaire à la planète....si on brûle tout le pétrole et le charbon on aura plus d’oxygene Pour respirer et la temperature de la planète montera de 4 à 6 degrés , le problème des déchets nucléaires ne se posera plus car ce sera la fin de l’homme sur cette planète...

 

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

On crée un "groupe" des pro et un groupe des anti ?

comment osez vous parlez d ecologie pour une energie au minimum a dechets a vie tres longue et dont lans dangerosiote est sans commune mesure avec tout ce qui existe des projets mecaniques de parce monde,votre raisonnement ne tient pas une microseconde;c est l eternel debat entre pro et anti nucleaires

LA lignite

 

                                                Fine  mouche !

 

+10

Secrets  de fabrication que l'on peut partager, par contre, avec les ingénieurs de la belle démocratie chinoise?

Ingénieurs chinois dont je ne suis pas sûrs, pour reprendre un argumentaire de Lebichon plus haut, qu'ils soient foncièrement meilleurs que les français en matière de grands travaux de génie civil, mais il est probable que leurs organismes de surveillance soient moins sourcilleux que les nôtres (bien que je demeure très dubitatif quand à la parfaite indépendance de l'ASN).

l’energie Nucléaire reste à ce jour la plus écologique des énergies.

"A ce jour", c'est bien le problème! Ca n'est pas la chute qui est douloureuse, c'est l'arrivée! Quand toutes les centrales françaises seront définitivement obsolètes et dangereuses, que ferons nous? Et les tonnes de déchets radioactifs, on en fait quoi?
Alors oui, pour l'instant, tout va bien...

"Un politicien qui ne soit pas néolibéral" ? Mélenchon par exemple, il y en a d'autres....

Le Nucléaire ,c’est Les Mines et ses ingénieurs ,un état dans l’état !

 

   Les Mines et ses ingénieurs, c'est pas un état dans l'état, Buée... c'est l'étau dans l'Etat.

 

 

Bonjour , je ne suis pas du tout spécialiste en cette matière, il me semble simplement que l'énergie nucléaire est une ressource économique très importante pour la France ,nous "l'exportons " également ,je crois savoir, le problème dans son ensemble me paraît particulièrement délicat on ne peut plus se passer d'électricité.Comment vivrais je sans venir vous dire bonjour de temps à autre, ou passer de folles nuits sur MDP !

l'énergie nucléaire est une ressource économique, économique dans le sens où ce n'est pas l'entreprise qui paye ses coûts mais l'État : que ce soit les énormes investissements technologiques de productions ou de dé-productions, les déchets et vieilles centrales, c'est l'État, c'est à dire nos impôts qui payons. Il est ainsi très facile de faire économique quand c'est les autres, qui en ont la charge.

Rassurez-vous, 97.5 pour cent de l'énergie consommée dans le monde est absolument indépendante du nucléaire. Supprimer le nucléaire ne changerait quasiment rien à la lutte contre l'effet de serre.

Il serait beaucoup plus efficace de limiter nos consommations énergétiques par tous les moyens possibles, à commencer par la sobriété, l'évolution de nos mode de vie, la remise en question de la soit-disant nécessité de parcourir le monde en avion pour un oui ou un non.

Sans parler des autres émissions de gaz à effet de serre (méthane lié au développement absolument déraisonnable de l'élevage en raison de mauvaises habitudes alimentaires, pertes de gaz frigorifique des installations d'air conditionné etc..).

On passe de l'opacité des mots " situations"??? à l'opacité des actes!

A écouter aussi un très bon reportage sur France Culture émission LSD du 16 juillet 2018

Linky et Tchernobyl !!

Tss, tss, tss ...

https://www.voie-militante.com/politique/economie-et-social/les-membres-de-la-commission-attali/

Quant au premier ministre ...

https://reporterre.net/Le-Premier-ministre-Edouard-Philippe-vient-d-Areva-et-n-a-pas-la-fibre-ecolo

Allons bon, j'habitais Rouen quand monsieur Philippe y est né (1970) ... mais pas quand monsieur Hollande y naquit (1954) !

innocent

N.B. MDP ne parle plus de l'affaire B ? Pourtant ... surprised

Si on appliquait, juste pour rire, les procédures d'EDF à l'aviation civile, aucun avion ne volerait actuellement. Trop facile de dire n'importe quoi.

Ô je ne suis pas toutafé d'accord. 

Certes les avions atomiques resteraient au sol mais ceux au CO2 continuaient de voler.

Utiliser des composants au delà de leur certification par le fabricant, comme semble le montrer l'article, dans un environnement de centrale nucléaire. ... ne faut il pas être complètement @$%£⊙ ?

Reponse : oui 

 

Ça tombe bien l'article raconte n'importe quoi sur le sujet. Et accessoirement comparer une cuve de réacteur irremplaçable avec un turboreacteur (par ex) remplaçable, n'a pas vraiment de sens.

Bonjour Mediapart,
Merci pour cette enquête !
Tant que vous êtes dans le nucléaire, vous ne pourriez pas faire un papier sur le cas des centrales de nos voisins belges ? il paraît que chez eux c'est encore pire (d'ailleurs c'est exploité par EDF et ex GDF...), et ce n'est pas très loin...
Merci d'avance !

Merci pour l'info sur la Belgique: ke ne savais même pas que nos voisins étaient nucléarisés... Flippant!

L'ignorance, encore et toujours.

«nos voisins belges ? il paraît que chez eux c'est encore pire »

Il paraitrait même que chez eux, tout est pire (sauf peut-être les frites) innocent

Le manque de bon sens et d'humilité ENCORE ET TOUJOURS.

J'ose espérer que vous engagez votre propre responsabilité (pas seulement verbale) au cas ou... 

puisque vous êtes tellement sur que rien n'est mieux et que la vie ne peut pas exister sans.

Notre monde actuel est l'unique possible d'après vous ?

Surtout quand c'est à peu de distance de la France du Nord yell

Mai avec  Chooz l'inverse est vrai aussi 

et Fukushima, c'est pas grave ?

et Tchernobyl, c'est pas grave ?

enfin, nous sommes pleins d'espoir : jamais deux sans trois ? innocent

Un accident en France malheureusement cry

Fasse le diable que ce soit le moins grave possible

imaginez un seul instant si je suis bien informe que l accident nucleaire du japon ai touche son voisin chinois ou coreen qu en aurait il ete des relation geopoliques entre ces pays post catastrophe?dans l hexagone pour de nombreuse centrale la proximite depays voisins en serait touchee de maniere considerable;pour certains cette perspect finirait d achever l europe brinquebalante que nous avons aujourdh ui

Oui, j'ai appelé ça la démonstration par l'absurde... EDF semble beaucoup y tenir !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Avec 17 centrales pourries à l’arret Sans cesse pour cause de accident , fissures cuves , cœur qui chauffe,dont certaines en zone sismique notoire tout baigne!!!

Punku parlait d'un accident grave en France.

La bêtise du nationalisme va jusque là: les accidents nucléaires, comme les problèmes de climat, ne sont pas pris en compte par nos politiques s'ils n'adviennent pas sur le territoire national. Comme si ces catastrophes tenaient compte de nos misérables petites frontières, qui ne disent que notre étroitesse d'esprit devant la nature. Nous mourrons accrochés à notre joli drapeau en chantant la Marseillaise, pendant que nos voisins du monde cracherons leurs poumons par notre faute.

EDF et sa clique de polytechniciens et d'énarques dictent sa conduite à l'état

Vous sous-estimez le pouvoir de l'économie et des clients; ce qui conduit à fermer la centrale de Three Mile Island, ce n'est pas l'accident grave de 1979 (remarquons que les Etats-Unis en ont tiré la conséquence de ne plus autoriser aucune construction de centrale nucléaire avant 2012 alors que la France a continué à construire des centrales sur le même principe en n'adaptant que les procédures de sécurité), c'est le prix du marché.

Les citoyens ont le moyen de faire fermer les centrales: il suffit de réduire la consommation, alors le prix de production de Flamanville sera d'autant plus exorbitant, EDF conclura que Fessenheim coûte trop cher à entretenir, et les autres sources d'énergie pourront concurrencer le nucléaire même sur le terrain du coût de production.
Même si les appels d'offre qui sont perdus par TMI n'existent pas en France, chacun peut faire son appel d'offres personnel en réduisant sa consommation (vraiment, en changeant de chauffage, pas en éteignant la télé en veille ou les décos de Noël à LED) et en choisissant son fournisseur vertueux.

Les français sont drogués au chauffage électrique comme les acteurs des années 60 aux Marlboro, c'est an arrêtant de fumer qu'on peut fermer l'industrie du tabac, pas en râlant après les ingénieurs qui les fabriquent.

et savoir qu'on vit très bien avec 18° chez soi l'hiver le jour et 13° la nuit avec une couverture chaude, que l'été on supporte jusqu'à 32° à l'intérieur et qu'il y a mille inventions pour rafraîchir son lieu sans intervention électrique etc.. bien sur nous avons notre part de responsabilité en tout, il suffit d'y réfléchir. Le principe est plutôt amusant, une espèce de deal puisque de toutes façons en est sous la contrainte. Je préfère choisir les miennes, c'est le prix de ma liberté... relative !

 

   ."... pas en râlant après les ingénieurs qui les fabriquent."

    Peut-être que les 2 sont nécessaires :  reconversion des apprentis-sorciers et modification de nos comportements ?  Mais aussi embauche d'ouvriers, de techniciens, d'ingénieurs et de responsables super futés pour nous assister dans l'alunissage sécurisé de toutes ces bombes.

 

C est du détail technique. le problème est comportemental. Pas d argent pour reparer, trop de depenses ailleurs. Trop de cadeaux fiscaux, de subventions , d allocs... Pourqoui consommer tant d énergie,  en a t on besoin ?  Arretez les TGV et les deplacements inutiles, éclairages et deco de Noël à la con,  arrêtez les radiateurs, arrêtez d avoir des enfants qui créent de nouvelles consommations et pollutions,  qui ne trouveront pas de travail, éteignez vos télévisions et vos ordinateurs et ouvrez les yeux. Aussi longtemps que la demographie explose,  la planète est condamnée. .. mourrir asphyxié  ou irradie peu importe.

+++

comme titre général, j'aurais préféré : nucléaire : les dangers dramatiques du vieillissement !

  • Nouveau
  • 12/09/2018 10:36
  • Par

La culture du secret fait froid dans le dos, et ne répond pas à la question des déchets fabriqués .

C'est hors du temps de continuer le nucléaire ! c'est une dramatique fuite en avant !

Pink Floyd Atom Heart Mother Suite (Full Song) © Pink Floyd Is Awesome

Merci pour cet excellent article et cette enquête de grande qualité.

La durée de vie est un peu comme la période de garantie d'un produit. 

Un lave linge est garanti deux ans. Il a donc été dimensionné pour dépasser cette durée de vie sans réparations. 

Mais l'acheteur espère qu'il durera beaucoup plus longtemps et en général ce sera le cas. 

La conception des centrales nucléaires a été faite avec des marges de sécurité supérieures à celle des machines à laver. Ce qui fait que leur disponibilité et leur durée de vie est supérieure aux prévisions les plus pessimistes. 

Les spécifications, le suivi et le contrôle des centrales nucléaires sont très rigoureux et très sévère. Ainsi les alertes foisonnent, elles montrent le sérieux des organismes de sécurité mais elles donnent des arguments aux anti-nucléaires. 

La marge ultime de sécurité est le confinement des installations. Les fusions des cœurs nucléaires à Saint Laurent des Eaux et à Three Miles Islande n'ont pas entraîné de conséquences significatives sur l'environnement. 

Fukushima a été confrontée à un séisme de magnitude 9 et surtout à un tsunami qui ont fait 18.000 morts et détruits les infrastructures routières et autres. La centrale a eu une panne générale, y compris des générateurs de secours 20.000 personnes ont été évacuées mais très peu ont eu des atteintes dues aux radiations.  

Si un tel séisme se produisait en Alsace, il y aurait beaucoup, beaucoup, de morts, mais aucun ne le serait à cause des rayonnements.    

Un tsunami en Alsace est peu probable....!!! ..on ne compare pas une machine à laver avec une centrale nucléaire mais les principes de calculs sur la durée de vie des composants mécaniques ou de calculs de fatique  des structures sont les mêmes, et c’est dans l’aviation que l’on a les calculs les plus sévères... par contre le vieillissement des bétons....on peut avoir de bonnes surprises...à savoir nos centrales calculées  pour quarante ans pourraient tenir le coup soixante...c’est fort possible ...tant on est pessimiste dans ce genre de calculs (que j’ai pratiqué dans ma jeunesse)

Maintenant c’est 5 ans la garantie et pièce détachées ,pas pour le nucléaire ,et c’est nous ,et en plus qui n’en n’avons jamais voulu ,qui le payons, et l’etat et les Mines et le chaos en Afrique , Lauvergeon,Areva and co , le nucléaire est un puits sans fond,le nucléaire pollue pour des millions d’annee !!!!!’

L'Alsace est sur une faille géologique

C'est un rêve.  Comme celui qu'a fait le gouvernement (français) de l'époque qui a osé affirmer que le nuage radioactif de Tchernobyl avait contourné la France

possible mais pas impossible CQFD

Ou alors il font des mesures complémentaires pour savoir où en est réellement l'équipement dans son vieillissement et pas basé sur des critères imaginés il y a 40 ans avec des connaissances moindres…

Les actionnaires privés sont nombreux  ds le nucléaire , sous traitance de mecs pas compétents,béton ,acier ,métaux ,mox,uranium africain,etc, nous payons une filière moribonde qui rapportera aux boites privées qui ne savent même pas couler du béton spécial et se fissure voir Suède et Angleterre centrales en arrêt  de construction,à cause  du béton nase et de l’incompetence de ces boites non spécialisées !!

Oui, EDF s'est aperçu qu'elle pouvait retarder le vieillissement du matériel grâce à quelques formules magiques nouveaux critères imaginés récemment par des ingénieurs ingénieux spécialisés dans la divination et la lecture de Nostradamus.

Le mythe du nucléaire propre, peu coûteux et permettant une "indépendance énergétique" a été savamment entretenu pendant des décennies...

Le nucléaire (tant civil que militaire) a représenté pendant des années le summum du savoir faire Français, une de ses principales vitrines technologique au niveau mondial...C'était à l'époque un des "bras armé" de l'état et EDF un service public national assurant l'approvisionnement en électricité au travers des centrales, mais aussi des barrages hydroélectriques, le tout fonctionnant en réseau...

La logique de l'époque entendait couvrir l'ensemble du territoire, tout comme au niveau agricole l'agriculture intensive visait à l'autosuffisance alimentaire...Système critiquable, mais qui avait sa cohérence au niveau national comme géopolitiquement...

Qu'en est-il aujourd'hui? EDF (ou Areva-on ne sait ce qui est "privé/public") vend des centrales dans le monde et/ou va céder des barrages en France...La logique mercantile s'est substituée à celle d'un service public, l'état en étant toujours à la manœuvre (ou du moins les gouvernements en place)...

En parallèle, la société civile a de plus en plus pris conscience du danger du nucléaire (pas seulement du point de vue des accidents graves, mais aussi au niveau géopolitique, l'uranium devant être extrait ailleurs qu'en France, notamment en Afrique, la prétendue indépendance énergétique ne tient pas et c'est un des aspects de la Francafric) tout en ayant accès à d'autres sources d'énergie...

Il est évident que les milliards dépensés pour le nucléaire (aujourd'hui) permettraient de poursuivre la recherche nucléaire (pour traiter les déchets, démonter les centrales, etc) ET mettre en place les énergies alternatives "propres" (en émission de CO2, dans les process de fabrication, etc) et qu'il s'agit d'une volonté politique peu compatible avec l'idéologie capitaliste"dominante", qu'elle soit mondiale ou au niveau de l'UE...

Il serait temps de traduire cette volonté citoyenne (si tant est qu'elle existe massivement) par des votes (en plus des mobilisations sociales) lors des élections afin d'envoyer un signal fort et ne plus laisser les intérêts particuliers dominer l'intérêt général...

Résistances et banzaï

 

 

   Hé, seraient-ils prêts à réduire leurs salaires et leurs primes pour changer la pièce ?

 

Sans baisser les salaires, il aurait suffit de faire payer aux consommateurs, dont beaucoup d'industriels, le véritable coût du KW/h nucléaire en y intégrant les coûts d'entretiens, de stockage des déchets, de démantèlement, et d'accidents. 

Il y a actuellement une très grande urgence à prendre conscience de tout ce qui concerne l'environnement.

Ne restons pas seulement à ne faire que constater et nous indigner.

Nous sommes chacun d'entre nous et tous ensemble collectivement responsables de maintenant agir.

Voir mon billet sur un appel à la mobilisation pour l'environnement :

Appel de Fabrice Nicolino à une immense mobilisation populaire pour l'environnement !

 

En première page de l'article, une carte sans légende !
Cela donne une idée du professionnalisme de l'auteure du papier.

> Dans certains cas, EDF demande à ses agents de modifier le mode d’exploitation des centrales afin de répondre aux problèmes rencontrés.

Quels cas ? Quelles modifications ? Ce n'est pas sérieux.

> Ceci conduit à recalculer notamment un facteur d’usage pour certaines zones de l’appareil. Les calculs servant à évaluer les marges sont réalisés par des méthodes codifiées

Ce n'est en effet pas parce que les seuils sont modifiés au fil du temps qu'il s'agit forcément d'une opération coupable.

En résumé, p'êt ben qu'oui, p'têt ben qu'non. Encore un article loin des exigences scientifiques qui ne fait qu'agiter un chiffon rouge.

la peur du nucléaire en FR - et en Allemagne qui pollue à mort avec ses centrales à charbon (pour construire un réseau d'ENR qui ne pourra pas durer très longtemps du fait des matériaux rares qui sont nécessaires à la construction d'éoliennes et autres panneaux solaires qui ont une durée de vie d'environ 30 ans max quant une centrale nucléaire peut tenir 60 ans si correctement entretenue - est juste surréaliste!

Combien de morts par an dans le monde du fait du nucléaire ? combien du fait de la cigarette, des rejets polluants des voitures/camions/bateaux/avions ? combien du fait de l'alcool ? de la sur consommation de sucres, sel, graisses ?

Si nous voulons conserver dans un monde en transition un niveau de confort correct alors la FR a un vrai savoir faire en matière nucléaire.

Nos trains n'avanceront pas avec les ENR, ni les ascenceurs ni les métros.

Je vous invite à visionner sur youtube les excellentes interventions de Jean Marc Jancovici sur les questions énergétiques par ex. celle ci https://www.youtube.com/watch?v=2JH6TwaDYW4&t=220s

il faut sortir des émotions et revenir sur le terrain de la science.

 

"matériaux rares qui sont nécessaires à la construction d'éoliennes et autres panneaux solaires"

Il n'y a pas de matériaux rares dans les technologies standards de panneaux solaires et il existe des techno d'éolienne sans matériaux rares. CQFD

Quand à vos "trains", "ascenseurs" et autres "métros", un watt-heure est un watt-heure et le calcul des surfaces nécessaires à la production montre que ce n'est pas un problème... J'aime bien Jancovici mais sur les ENR il a un biais pro-nucléaire qui lui fait dire des bêtises!

la FR a un vrai savoir faire 

Elle sait même organiser des pots dans la salle de commandes wink

La CGT reste outrageusement pro-nucléaire

Mais il y a eu des salariés CFDT qui ont parfois en douce tuyauter des opposantsrié

J'aime beaucoup le tweet de la première page de l'article. Il y a les mots "innovation", "compétitivité" et "projet" dans la même phrase, ce qui est le symptôme caractéristique d'une bonne grosse com' en novlangue.

Encore un article de Jade Lindgaard où l'on n'apprend rien si ce n'est que l'on dépasse des seuils. Est-ce grave ou non ? On préfère jouer sur la peur des lecteurs liée au flou entretenu par l'article plutôt que de rentrer dans les détails techniques pour savoir si le fait de relever les seuils est grave ou non…

De quel seuils parle t-on? Sur quels composants ? Bref article vraiment incomplet et orienté. Comme d'habitude.

  • Nouveau
  • 12/09/2018 12:24
  • Par

Un grand merci au lanceur d'alerte, Mediapart et tout ceux qui ont travaillés sur ces informations.

Qu'on le veuille ou non les réacteurs nucléaires seront encore la un moment et la moindre des choses est qu'EDF fasse sont boulot sans mettre en danger la vie des populations.

 

Toujours la même litanie idéologique et militante avec l’écriture inclusive en moins. Le lecteur mérite mieux que ces analyses toujours biaisées qui ne font pas beaucoup avancer le sujet.

La décision d’abandonner le thermique est une très bonne chose pour l’environnement, mais une des conséquences sera le maintien d’une part très importante du nucléaire en France pour les 50 prochaines années tant qu’un moyen de substitution crédible n’aura pas été trouvé.

 

" tant qu’un moyen de substitution crédible n’aura pas été trouvé." - ou plutôt, tant qu'on n'aura pas un Fukushima en France.

Les moyens de substitutions existent déjà mais le lobby du nucléaire les sabote.

Avec le budget consacré à prolonger des centrales agonisantes, combien de logements pourraient être isolés pour réduire leur consommation énergétique ? La moitié de l'électricité produite sert au chauffage, une aberration promue par EDF qui voulait vendre son courant.

L'arrêt de la publicité lumineuse, de l'éclairage nocturne à haute intensité qui perturbe la faune, de tous ces gadgets inutiles comme les enceintes connectées, les automatisations, qui nous font perdre notre liberté de choix, tout ça ferait baisser la consommation.

Car la solution passe par là.

J'ai entendu : La question n'est pas de savoir si une centrale va sauter, la question est de savoir quand.

 On a dit aussi " la question n'est pas de savoir si Hulot quittera le gouvernement, la question est de savoir quand.

 

Et il a démissionné...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Ne pas oublier,Hulot est parti en signant pour 5 nouvelles centrales en France!!!!!!!!oupsss

Cet article me rappelle furieusement une vieille blague sur les téléphériques:

Le câble porteur vous le changez souvent ? - A chaque fois qu'il casse....

Comme quoi, comme disait André Breton... Passé les bornes, il n'y à plus de limites. Vive le surréalisme!

 

edf est quasi en faillite!!

Il n y a pas que le privé qui ment l Etat les politiques sont de veritables professionnels de l escroquerie intellectuelle..seul un controle citoyen pugnace brisera cette omerta ...il faut des sanctions et des lourdes...

Quelle science va nous réparer des problèmes éthiques dont nous souffrons de toutes parts et qui tuent des milliers de personnes ? 

Personne ne nous oblige à vivre dans un frigidaire ou un four ; au milieu il y a conscience et bon sens et ainsi pour tout.

  • Nouveau
  • 12/09/2018 15:05
  • Par

Comme la grande muette et beaucoup des grands corps d'état et leurs cercles de pouvoir = chut!!! ne rien dire mentir et cacher avec les pseudos expert , c'est commel a France en Françafrique qui ne dit pas la vérité depuis des décennies  qui ne dit pas la vérité sur la haine de la France dans ses ex colonies d'Afrique noire francophone et l'envie de voir ce pays et son armée quitter ces pays comme ses entreprises et leur marché de moins en moins captifs !

Mentir cacher est l'a

 

Les centrales avaient été calculées pour fonctionner plein pot tout le temps donc de rester en température excepté pour les arrêts prévus. Vu l’excedent de production il a fallu inventer le mode gris c’est à dire faire varier la puissance au jour le jour donc générer des variations de température et pression qui fatiguent beaucoup plus les équipements.

on ferait mieux de les faire tourner plein pot, faire de l’hydrogéne pour les transports, et faire une transition en douceur vers une production hydrogène sans nucléaire. Trop simple ?

On parle toujours des centrales, mais les usines de traitement de l'uranium c'est aussi quelque chose à voir dans le genre sécurité, croyez moi...

L’enquête sur la révision des centrales nucléaires n'est pas encore ouverte. Si vous voulez être au courant et y participer, inscrivez-vous sur https://concertation.suretenucleaire.fr/

Il faut y participer, les gouvernants ne cédent que si la population les presse puissamment. Toutefois, si la récente enquête sur l'EPR a réuni un nombre très élevé de contributions – plus de 13000, ce qui est beacoup plus que la moyenne lors de ce genre d'enquêtes. La plupart étaient hostiles à l'EPR. Mais le Gouvernement s'est assis dessus sans la moindre hésitation.

  • Nouveau
  • 12/09/2018 17:11
  • Par

 Bonjour à tous,

Éclairez-moi s'il vous plait ;

Quels seuils sont dépassés ?

Quels matériels ne sont pas remplacés ?

Quelles marges sont rognées ?

L'extrait du document inséré dans l'article concerne quel matériel ?

Merci.

Eh oui, encore et toujours de l'enfumage chez cette militante déguisée en journaliste.

Backtoussr: et vous vous militez pour qui ? 

Le dépassement des seuils d’occurrence peut être plus ou moins dommageable en fonction du composant concerné. Quelles sont ses conséquences pour le niveau de sûreté en général des centrales nucléaires françaises ? Après plusieurs semaines d’enquête, cela reste difficile à dire.

C'est dommage de ne pas avoir compris grand chose au sujet, mais s'agissait il d'informer ou de faire de la propagande anti-nucléaire ? 

Parce qu'alors que Mediapart accuse EDF d'opacité, comme d'habitude, si l'enquête précise tout de même que Greenpeace est une organisation anti-nucléaire, il n'est nullement précisé en revanche -et ce n'est pas la première fois que je relève cette omission- que Wise Paris (branche française du réseau Wise) est également une organisation anti-nucléaire, fondée par Mycle Schneider, déjà interviewé par Mediapart. Wise travaille d'ailleurs pour Greenpeace ce qui n'est pas précisé non plus.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wise-Paris

Il en va de même du Groupement des scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire (GSIEN) ou sous cette appellation qui se veut quasi officielle (1) également des anti-nucléaires, ce que Mediapart occulte délibérément (2).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupement_des_scientifiques_pour_l%27information_sur_l%27%C3%A9nergie_nucl%C3%A9aire

Autrement dit, toutes les personnes supposées éclairer la boussole de Mediapart et de Corectiv! citées dans ces article sont des militants anti-nucléaires...Sans que Mediapart ne juge bon en faire état...

Dans cet article caffouilleux ou il n'y a en réalité rien de significatif à dire en termes de sûreté nucléaire puisque le principe même du processus de contrôle des anomalies n'a pas été compris à moins qu'il ne s'agisse d'un enfumage délibéré, puisque comme le dit l'ASN, Il revient à EDF pour chaque situation qui se trouverait en dépassement d’apporter une justification sur la base d’une étude dûment argumentée, ce qui est le cas en l'espèce, sauf à prouver le contraire, ce qui n'est pas fait.

Il convient de rappeler à l'attention de ceux qui portent un intérêt au sujet qu'en 2017, selon le rapport d'activité de l'ASN, 1 165 "événements significatifs" concernant une installation nucléaire de base (INB) ont été déclaré à l'ASN, c'est à dire environ 3 par jour. 949 ont été classés 0 sur l'échelle internationale INES, 87 au niveau 1 et 4 au niveau 2. 

L'ASN sait parfaitement que chaque réacteur nucléaire enregistre chaque année des dizaines d"anomalies" puisque ceci est écrit dans son rapport, que certaines sont classées en "situations" et que les situations non justifiées deviennent des "événements significatifs". Pour s'assurer du respect des normes de sûreté, l'ASN a procédé à 359 inspections pour contrôler les centrales nucléaires et 94 de plus pour contrôler spécifiquement leurs équipements sous pression en 2017, dont 25% de façon inopinée.  

Il n'y a absolument rien de nouveau sous le soleil...

Sauf que Mediapart a décidé de faire sa Une sur le nucléaire avec trois articles à la clé... 

-------------------------

(1) Les anti-nucléaires sont coutumiers de la pratique consistant à donner à leur organisations des dénominations neutres afin de tromper le public : ainsi, "l' Observatoire du nucléaire"..  

(2) La boite noire précise : Cette coopération avec une ONG antinucléaire s’est organisée sur des bases claires de partage du travail et dans le respect de l’autonomie de chacun : ils nous ont aidés à produire une analyse des documents transmis par le lanceur d’alerte. De notre côté, nous avons écrit notre article en toute indépendance. Le recours aux savoirs et aux ressources de WISE Paris et Greenpeace était à nos yeux nécessaire pour traiter les documents dans un temps raisonnable et aussi pour comprendre et interpréter au mieux les données techniques des fichiers fuités.

Défense de rire...

Affligeant effectivement, on reste dans le très très médiocre alors qu’il s’agit d’un sujet important. Désolant de voir Medipart contribuer ainsi depuis si longtemps à désinformer par omission flagrante.

 

Une centrale nucléaire , comment ça marche ?  Utile rappel très didactique dans C'est pas sorcier 

Dans une centrale , on trouve 10.000 vannes, une centaine de pompes et des kilomètres de tuyaux. C'est dire l'importance d'une sécurité qui ne peut être garantie à 100% !

 

Quand aux termes de la "consultation" citoyenne, compte tenu du cadre de poursuite imposé et de l'opacité , j'imagine les questions:

1. voulez vous que les parois de la centrale  dont vous êtes voisins soient végétalisées?
2. En cas " d'incident" , voulez-vous être prévenus par SMS? ou par Courriel? par courrier postal?
3. En cas "d'indisponibilité", préférez vous recevoir l'eau en bouteilles plastique ou en verre ?

Merci pour cet article !!!

il y a les moyens aujourdh ui d achever proprement le nucleaire c est de se tourner resolument vers les fournissurs d electricite renouvelable certains fournissent des prix entre 8% a 15% moins chers que le tarif reglemente qui augmentera inectuablement lui

Merci pour votre article, et merci au lanceur d'alerte qui, je l'espère ne sera pas inquiété, sauf évidemment par notre avenir. Irradiés. 

Après avoir entendu Yves Marignac sur Médiapart, l'envie de vomir m'a pris !!!

''Mediapart et Correctiv publient des enquêtes sur l'enjeu de la sûreté nucléaire, qui dépasse les frontières nationales. Pour en parler avec les journalistes, la députée insoumise Mathilde Panot et l'expert Yves Marignac.''

 

Ce monsieur, siégeant à l'autorité de sécurité nationale n'a eu de cesse de défendre le nucléaire (avec je le reconnais certain brio et moult consensus étudiés) en mettant en avant l'idée d'une nouvelle autorité plus ''indépendante'' du monopole nucléaire (encore une), mais sans jamais remettre en question le nucléaire et une transition à mener de front !!!!

Bref ! un bon gendarme œuvrant pour que perdure le tout nucléaire !!!!

J'aime à espérer que Médiapart, suite à cette interview nous donnera son sentiment sur le fond, la forme et la qualité des propos tenus par les invités !!!!!! 

Yves Marignac ne siège pas à l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) mais est le directeur de Wise-Paris (réseau Wise) qui est une organisation anti nucléaire, pas suffisamment à votre goût, visiblement...

Vous pouvez cliquer sur le premier lien de mon commentaire un peu plus haut pour le vérifier.

  • Nouveau
  • 13/09/2018 03:15
  • Par

nouveau

On reste pantois devant  L'INCONSCIENCE  dont font preuve ici les tenants du nucléaire. 

A fortiori, avec l'inoxydable sûreté de soi habituelle que s'arroge la caste "ingénieuriale". 

Tout peut tuer ... Le nucléaire a tué ... et tuera

La question à leur poser courtoisement est alors simple :  l'arrogance sera-t-elle toujours de mise ce jour-là ? 

???

 

Et oui cher Arrue, le nucléaire a tué et tuera encore...

Mais beaucoup moins que n’importe quel autre moyen de produire de produire de l’électricité en masse à ce jour. Vous avez une idée du nombre de morts du charbon ? Bien à vous. S.

Et l'amiante? Ce qui a été considéré un temps comme le summum, le must de l'isolation et qui a vu lui aussi ses promoteurs/défenseurs acharnés, n'a-t-il pas été abandonné et proscrit?

Là aussi à l'époque certain(e)s pouvaient comparer le nombre de morts dû à l'amiante et dans une comptabilité sordide évaluaient le solde capital/risque...

Continuons donc à foncer vers notre perte, l'obscurantisme productiviste et ses déclinaisons diverses (nucléaire, pesticides, alimentaire, etc) nous clame haut et fort qu'il n'y a pas d'alternative...

TINA, TINA, TINA

La différence entre l’amiante et le nucléaire cher jean Philippe est que l’on ne savait pas que l’amiante était dangereux quand on a commencé à l’utiliser alors que l’on sait depuis la découverte de la radioactivité et le décès de Marie Curie que c’est dangereux. Et c’est pour cette raison que l’on prend des précautions particulières qui n’existent dans aucune autre industrie, hormis l’aéronautique.

Pour info : La dangerosité de l’amiante était connue depuis des études faites en 1945 et elle fut interdite en 1997.

Il y a d’autres activité industrielles extrêmement dangereuses, chimie (engrais, pesticides, pétrole, gaz, pharmacie), explosifs (fusée, munitions, feux d’artifices), … tout ce qui est classé Seveso.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Le charbon a tué et tuera encore, mais dans un siècle ce sera fini. Le nucléaire tuera encore dans cent mille ans.

nouveau           Cher Syco, 

Pensez-vous que l'argument consistant à dire que  ceci tue moins que cela  tienne vraiment la route ? 

Cet indéfectible soutien au nucléaire me semble être une faille de votre si aigu esprit critique par ailleurs. M'en voulez-vous de le supposer ? 

Oserai-je demander  que l'on médite un peu plus  la remarque de mon petit post  (voire de quelques autres) ?  

Bien à vous. 

 

NB - """on sait depuis la découverte de la radioactivité et le décès de Marie Curie que c’est dangereux."""   Ceci me semble être un assez intéressant contre-argument, non ? 

 

Il y a manifestement un problème grave de dissonance cognitive, et de mépris total pour notre descendance.

punku, 

"""un problème ... de dissonance cognitive"""  ?   On peut le dire comme ça !

Quant au """mépris total pour notre descendance""",   c'est une lamentable et révoltante évidence ... Qu'ils occultent tous ! 

CDT. 

 Merci au lanceur d'alerte  et aux journalistes pour ce long et excellent  travail

Je ne vais pas blablater longtemps : les réacteurs nucléaires ne dérogent pas aux lois mathématiques/physiques qui régissent le vieillissement/dégradation, bien au contraire :

TOUT VIEILLISSEMENT, TOUTE DÉGRADATION, est UNE FONCTION EXPONENTIELLE.

Donc tôt ou tard, et compte tenu du nombre et de l'âge des réacteurs anciens en service, il y en a au moins un qui va nous péter à la figure.

Je conseille à tous les décideurs de bien réfléchir avant de nous prédire un avenir radieux (radiant ?) pour nos réacteurs nucléaires qui étaient en réalité destinés à produire du Plutonium (PU239) pour fabriquer la BOMBE ATOMIQUE.

Autre procédé à creuser par ces mêmes décideurs-religieux : le procédé au THORIUM
Pour s'informer un peu plus

Vidéo : https://www.dailymotion.com/video/x1b8dxv
Livre : ISBN : 978-2-8289-1244-4
Livre pdf : http://www.histoireebook.com/public/ebook/De_Mestral_Jean-Christophe_-_L_Atome_vert.zip

Tout à fait d'accord avec vous. J'ai travaillé dans l'industrie et on étudiait la fiabilité des produits. on savait qu'il y avait deux sortes de défauts : ceux qui apparaissaient dans un délai très court, dus à un élément défectueux, et ceux qui apparaissaient en fin de vie.

La courbe correspondante sur les défauts décroissait très vite et restait proche de zéro pendant la durée de vie normale du produit, puis elle remontait brutalement vers la fin de vie.

En ce qui concerne les centrales nucléaires, on est entré dans la partie ascendante.

  • Nouveau
  • 13/09/2018 12:00
  • Par

Mais c'est quoi ces abrutis ?

Des déchets mortellement dangereux à confiner pour protéger la population pendant cent mille ans ?????

C'est quoi ces débiles ! Non mais, vous imaginez, rien que les frais de fonctionnement, les salaires des employés et la maintenance des locaux pendant cent mille ans ???

Déja, cent ans ca n'a pas de sens de prévoir quoique ce soit alors cent mille ans !!!

Ca n'a pas de sens !!!

Mais il faut les enfermer ces insensés

 

  • Nouveau
  • 13/09/2018 15:57
  • Par

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/lombre-des-centrales-nucleaires

à écouter, vraiment

on nous abreuve de terrorisme à tout va, et bien voila ce qui me terrorise vraiment :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire#/media/File:Elektrownie_atomowe_na_%C5%9Bwiecie.png

c'est la carte des 441 cellules dormantes du mouvement nucléaire fondamentaliste.

 

Et si les ingénieurs, techniciens et politiques étaient devant une catastrophe à venir, et ne savaient absolument pas comment l'empêcher, croyez vous qu'ils en avertiraient les populations?

Sommes nous sûrs de tout savoir sur les catastrophes passées, et sur leurs répercussions actuelles? Combien d'air contaminé pour Chernobyl, et d'eau de mer contaminée pour Fukushima?

Quelle impasse va nous péter la première à la gueule, le réchauffement climatique ou le nucléaire?

Quelle impasse va nous péter la première à la gueule, le réchauffement climatique ou le nucléaire?

Les deux ensemble, avec un peu de chance, l'élévation de température entraînant une impossibilité  de refroidir la marmite nucléaire.

Les deux ensemble

J'allais le dire...wink

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Mediapart s’est associé au site d’information Correctiv en Allemagne pour cette enquête en plusieurs volets sur le vieillissement des centrales nucléaires.

Nous avons obtenu et partagé entre nous des milliers de pages de documentation interne d’EDF concernant la sûreté de ses centrales nucléaires. Elles nous ont été transmises par un lanceur d’alerte qui souhaite rester anonyme. Nous l’avons rencontré et avons travaillé ensemble sur les informations contenues dans ces fichiers.

Pour les analyser, Mediapart a sollicité l’aide de l’agence d’information sur le nucléaire WISE Paris. Greenpeace nous a également accompagnés dans le travail d’interprétation de cette documentation pléthorique.

Cette coopération avec une ONG antinucléaire s’est organisée sur des bases claires de partage du travail et dans le respect de l’autonomie de chacun : ils nous ont aidés à produire une analyse des documents transmis par le lanceur d’alerte. De notre côté, nous avons écrit notre article en toute indépendance. Le recours aux savoirs et aux ressources de WISE Paris et Greenpeace était à nos yeux nécessaire pour traiter les documents dans un temps raisonnable et aussi pour comprendre et interpréter au mieux les données techniques des fichiers fuités.

Ce travail s’inscrit dans la même logique que l’expérience menée en 2017 avec l’ONG 350.org lors de nos enquêtes sur les dépenses publiques françaises dans les énergies fossiles.