Nucléaire: ouvrez les frontières!

Par et Annika Joeres

Les accidents nucléaires n’ont pas de frontières : un accident grave en France pourrait bouleverser la vie d’Européen·ne·s qui n’ont pas choisi ce mode de production d’électricité. La maîtrise de la technologie atomique a joué un rôle déterminant dans la construction de l’identité française de l’après-1945. Il est temps en 2018 de sortir de cette vision nationaliste du rayonnement de la France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En France, plus de deux millions de personnes vivent à moins de 20 kilomètres d’une centrale nucléaire. Lyon et ses trois millions d’habitant·e·s se trouvent à une quarantaine de kilomètres des réacteurs de Saint-Alban. À une centaine de kilomètres de Paris, tournent les deux réacteurs de Nogent-sur-Seine. En cas d’accident et de nécessité d’évacuation, ce sont 211 000 personnes, celles demeurant à mois de cinq kilomètres d’une installation nucléaire, qui seraient potentiellement concernées.