En Tunisie, deux finalistes à la présidentielle aux antipodes

Par et

Le peuple tunisien va élire ce dimanche 13 octobre son nouveau président de la République dans un contexte électoral tendu et ponctué de rebondissements politiques. Deux finalistes, aux antipodes l’un de l’autre, sont en lice : le juriste Kaïs Saïed et le magnat Nabil Karoui incarcéré durant la majeure partie de la campagne. Zoom sur ces deux ovnis politiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Officiellement, ils auront eu seulement quarante-huit heures pour faire campagne. Nabil Karoui, l’homme d’affaires, volubile et populiste emprisonné le 23 août pour évasion fiscale et blanchiment d’argent, a été libéré mercredi 9 octobre, quatre jours avant le scrutin et deux jours avant la fin de la campagne officielle. Son rival, Kaïs Saïed, l’enseignant en droit constitutionnel, austère et mystérieux, n’avait pas fait campagne pour ne pas enfreindre le principe d’égalité des chances.