PS et UMP se disputent «l'autonomie» des établissements scolaires

Par
Lors de leurs récentes conventions en vue de l'élection présidentielle, PS et UMP ont appelé à plus d'autonomie pour les écoles, collèges et lycées. Un consensus à la finlandaise? Pas vraiment au vu de ce que chacun met derrière ce mot piège.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plus d'autonomie pour les établissements scolaires : la proposition fait florès aussi bien dans le projet éducatif du PS (Convention égalité réelle lancée le 9 novembre) que dans celui de l'UMP (Convention du 3 novembre consacrée à l'école). «Aujourd'hui tout le monde a abandonné l'idée que ce serait en prescrivant, au niveau ministériel et dans le détail, les modalités de prise en charge des élèves qu'on résoudra le problème de nos résultats scolaires, peu reluisants, et d'un manque d'égalité des chances, qui nous placent en queue de peloton y compris par rapport aux pays anglo-saxons», remarque Philippe Tournier, secrétaire général du principal syndicat de chef d'établissements, le SNPDEN.