Après l’immolation de leur ami, des étudiants manifestent contre la précarité étudiante

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lyon (Rhône), envoyée spéciale.- Il y avait du monde pour soutenir A.*, l’étudiant qui s’est immolé par le feu vendredi 8 novembre pour dénoncer la précarité dans laquelle il était plongé. Les policiers ont dû dresser un cordon de sécurité, car plusieurs centaines de manifestants débordaient sur la route. Quelques yeux sont un peu rouges, mais les proches d’A. encaissent le coup, dans un mélange d’état de choc, de sidération mais aussi d’énergie pour transformer ce cri de désespoir en sursaut pour la jeunesse la plus fragilisée.