Personnes vulnérables: les associations indignées par l’assouplissement des règles du chômage partiel

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le décret de la colère. « Injustice », « stupéfaction », « sidération »… Les responsables d’associations de patients et de malades chroniques n’ont pas de mots assez durs pour qualifier le texte paru au Journal officiel le 11 novembre qui définit à nouveau les règles pour les personnes dites vulnérables au travail, les plus meurtries par l’épidémie de Covid-19.