Dossier : Le mariage pour tous Reportage

Mariage pour tous: la galaxie des “anti” dans la rue

Élus locaux, figures du FN et de l’UMP, intégristes, Français venus de toute la France en bus ou en train… Les différentes familles anti-mariage pour tous ont défilé ce dimanche. Mais le gouvernement ne compte pas revenir sur cette promesse de campagne. Récit (vidéo dans l'article).

340 000 selon la police. 800 000 selon les organisateurs. Plus que jamais, la guerre des chiffres a fait rage ce dimanche après la « Manif pour tous » organisée par les opposants au mariage pour tous. Les organisateurs, à pied d’œuvre depuis des semaines, comptaient rééditer les grandes manifestations de 1984, quand 850 000 personnes (selon la police) étaient descendues dans la rue en faveur de l’école privée. Ce dimanche, ils ont réuni davantage que lors de la manifestation anti-Pacs de 1999 (100 000 personnes). Mais ce défilé, retransmis en quasi-continu sur les chaînes d’infos en direct, ne ressemble pas pour autant au raz-de-marée attendu.
Les ministres se sont en tout cas employés à minimiser l’événement. « Il y a sans doute moins de manifestants dans la rue que ne l'espéraient les organisateurs », a expliqué Marisol Touraine (Santé) sur Canal Plus. « Ils expriment une opinion. Libre à eux. Mais ça ne changera pas le cours des choses. (…) Dans trois mois, dans six mois, plus personne ne parlera de cet événement », a martelé Michel Sapin (Travail) sur BFM. « La manifestation (…) est consistante, elle exprime une sensibilité qui doit être respectée, mais elle ne modifie pas la volonté du gouvernement d'avoir un débat au Parlement pour permettre le vote de la loi », a résumé l’Élysée, cité par lemonde.fr. « Le débat a eu lieu », a insisté sur TF1 la ministre de la justice, Christiane Taubira, excluant tout « référendum ». Le premier secrétaire du PS Harlem Désir a assuré que le PS « ira jusqu'au bout de la grande réforme de progrès voulue par les Français ».
Avec une police sur les dents, qui avait augmenté son dispositif pour l’occasion, mais aussi en raison du renforcement du plan Vigipirate pour cause de guerre au Mali, les contre-manifestations se sont faites rares. Un brunch LGBT était prévu aux Buttes-Chaumont. L'association anti-sida Act Up a déployé une banderole « Homophobie = Mort » pont des Invalides.
Dimanche, la manifestation comptait trois cortèges estampillés « Manif pour tous » (place d’Italie, place Denfert-Rochereau, porte Maillot), ainsi que le cortège des intégristes de Civitas, parti de la place Pinel. Mediapart y était.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

Énergies — Parti pris
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
À l’air libre
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Police
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Libertés publiques
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux