Mariage pour tous: la galaxie des “anti” dans la rue

Par et

Élus locaux, figures du FN et de l’UMP, intégristes, Français venus de toute la France en bus ou en train… Les différentes familles anti-mariage pour tous ont défilé ce dimanche. Mais le gouvernement ne compte pas revenir sur cette promesse de campagne. Récit (vidéo dans l'article).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

340 000 selon la police. 800 000 selon les organisateurs. Plus que jamais, la guerre des chiffres a fait rage ce dimanche après la « Manif pour tous » organisée par les opposants au mariage pour tous. Les organisateurs, à pied d’œuvre depuis des semaines, comptaient rééditer les grandes manifestations de 1984, quand 850 000 personnes (selon la police) étaient descendues dans la rue en faveur de l’école privée. Ce dimanche, ils ont réuni davantage que lors de la manifestation anti-Pacs de 1999 (100 000 personnes). Mais ce défilé, retransmis en quasi-continu sur les chaînes d’infos en direct, ne ressemble pas pour autant au raz-de-marée attendu.

Les ministres se sont en tout cas employés à minimiser l’événement. « Il y a sans doute moins de manifestants dans la rue que ne l'espéraient les organisateurs », a expliqué Marisol Touraine (Santé) sur Canal Plus. « Ils expriment une opinion. Libre à eux. Mais ça ne changera pas le cours des choses. (…) Dans trois mois, dans six mois, plus personne ne parlera de cet événement », a martelé Michel Sapin (Travail) sur BFM. « La manifestation (…) est consistante, elle exprime une sensibilité qui doit être respectée, mais elle ne modifie pas la volonté du gouvernement d'avoir un débat au Parlement pour permettre le vote de la loi », a résumé l’Élysée, cité par lemonde.fr. « Le débat a eu lieu », a insisté sur TF1 la ministre de la justice, Christiane Taubira, excluant tout « référendum ». Le premier secrétaire du PS Harlem Désir a assuré que le PS « ira jusqu'au bout de la grande réforme de progrès voulue par les Français ».

Avec une police sur les dents, qui avait augmenté son dispositif pour l’occasion, mais aussi en raison du renforcement du plan Vigipirate pour cause de guerre au Mali, les contre-manifestations se sont faites rares. Un brunch LGBT était prévu aux Buttes-Chaumont. L'association anti-sida Act Up a déployé une banderole « Homophobie = Mort » pont des Invalides.

Dimanche, la manifestation comptait trois cortèges estampillés « Manif pour tous » (place d’Italie, place Denfert-Rochereau, porte Maillot), ainsi que le cortège des intégristes de Civitas, parti de la place Pinel. Mediapart y était.