Monsanto «responsable» de l'intoxication d'un agriculteur

Par

Le géant américain Monsanto a été reconnu coupable de l'intoxication d'un agriculteur, une première qui pourrait ouvrir la voie aux demandes de dommages et intérêts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le tribunal de grande instance de Lyon a jugé le géant américain Monsanto « responsable du préjudice de Paul François suite à l'inhalation du produit Lasso ». En avril 2004, l'agriculteur avait reçu des vapeurs de désherbant au visage en ouvrant la cuve d'un pulvérisateur. Il avait été pris de nausées et d'évanouissements, puis des bégaiements, vertiges, maux de tête et troubles musculaires l'avait obligé à arrêter son activité pendant un an. Il est désormais invalide à 50 %.
Son avocat a reproché à Monsanto d'avoir « tout fait pour laisser le Lasso sur le marché » alors que la dangerosité du produit avait été établie dès les années 1980, d'où son interdiction au Canada en Angleterre et en Belgique, bien avant qu'il ne soit retiré du marché français en 2007.
Le jugement est une première qui pourrait ouvrir la voie à des demandes de dommages et intérêts. « La reconnaissance de la responsabilité de Monsanto dans cette affaire est essentielle : les firmes phytosanitaires savent dorénavant qu'elles ne pourront plus se défausser de leurs responsabilités sur les pouvoirs publics ou l'utilisateur et que des comptes leurs sont demandés », a déclaré François Veillerette, porte-parole de Générations futures, une ONG qui se bat contre l'utilisation massive de pesticides dans l'agriculture.