En appel, Jérôme Cahuzac tente d’attendrir ses juges

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur la forme, l'homme ne porte plus de cravate, et le ton de sa voix se veut plus doux. L'arrogance semble avoir cédé la place à l'humilité. Mais sur le fond du discours, rien n'a changé ou presque depuis son procès en première instance, en septembre 2016. Face aux juges de la cour d'appel de Paris, Jérôme Cahuzac dit assumer ses fautes personnelles, tout en se posant en bouc émissaire de la classe politique.