Strauss-Kahn: faut-il y croire?

Par
DSK, combien de divisions? Orchestré médiatiquement, le retour sur la scène nationale et socialiste du directeur du FMI en vue de la prochaine présidentielle se heurte à de nombreux obstacles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont plus de 250, réunis dans l'hémicycle du conseil régional d'Île-de-France ce mardi 11 mai. Dans l'assistance, des héritiers du courant Strauss-Kahn, jeunes technos et quadras en costard. A la tribune, le député Pierre Moscovici, l'économiste Daniel Cohen ou le banquier Mathieu Pigasse (qui a récemment racheté l'hebdomadaire Les Inrockuptibles, avant de devenir le nouveau banquier-conseil du gouvernement grec). Au premier rang, la vice-présidente du conseil régional Michèle Sabban se félicite d'être «à chaque fois plus nombreux», et échange des textos avec «Mosco»: «Et si on assistait ce soir à la première réunion de primaires victorieuses.»