Des sourds en colère défendent la langue des signes

Par
Pendant trois jours, cinq sourds ont cessé de s'alimenter à Paris. Une grève de la faim inédite pour défendre «leur» langue, la langue des signes, qu'ils estiment menacée. Au lendemain des promesses faites par Nicolas Sarkozy lors de la conférence sur le handicap, ils ont recommencé à s'alimenter, mais ils disent rester en alerte. Avec le photographe Nicolas Guerbe, Mediapart est allé à leur rencontre pour essayer de comprendre leurs réticences par rapport à l'oralisation et leur désir de construire une minorité sourde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.