En Navarre, "Ah, comme elle est belle mon éolienne!"

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Claude-Marie, je suis un "fan": je vous lirais presque les yeux fermés. Un bonheur écologique.
Les éoliènnes ne suppriment pas les pylones à haute tension. Les lignes électriques seront un jour enterrées. Vous conviendrez que cette perspective est peu probable pour nos nouveaux moulins à vent. Vos photos ne plaident pas pour l'intérêt esthétique de la filière mais si tout le monde est content.... Pour ce qui est de l'implantation des éoliènnes en Espagne la province de la Mancha n'est pas en reste. J'ignore si Don Quichotte s'y trouve encore.
Les éoliennes ne suppriment pas les pylônes à haute tension, certes, mais elles en diminuent le nombre. Dans les enjeux liés à l'énergie renouvelable, il faut toujours penser au transport de l'électricité. Les centrales de grosse production (thermique et nucléaire, gros hydraulique) sont reliées au réseau de très haute tension (400 ou 225KV) ou réseau de transport tandis que les petites centrales hydrauliques ou éoliennes sont raccordées au réseau de distribution (63 ou 20 KV). Autrement dit, la production en ENR évite le transport sur de grande distance et les pertes dues aux transformation de la THT vers la MT (tension de distribution). Acondition, bien sûr, qu'il y ait une bonne répartition géographique de la production et de la consommation, ce qui est loin d'être le cas en France. L'électricité perdue dans le transport représente 10% de la consommation. Pour les curieux, regardez votre facture d'électricité, les coûts de transport sont détaillés et représentent près de la moitié de la note. Ce n'est pas tout à fait négligeable. Donc toute production locale d'électricité est une bonne chose... et en plus si cela évite quelques nouveaux pylônes.
C'est enthousiasmant! Dommage qu'on ne parle pas gros sous... Quel est le prix de ces installations, comparé au classique nucléaire?
Tu va le trouver le prix de ton energie lorsque tes enfants aurons des boutons du a la diminution de la couche d ozone,
C'est plutôt consternant! Les champs d'éoliennes se développent aussi en Provence : Depuis les terrasses du château de Grignan,toutes les collines environnantes ont été défigurées! Heureusement, Madame de Sévigné n'est plus là pour voir cela! Pierre Caminade
Du temps des moulins à vent, s'indignait on aussi de la défiguration du paysage par ceux-ci ?
Nous avons passé deux jours à Grignan récemment, sans visiter le château, il est vrai: je n'ai même pas remarqué les éoliennes... Je fais installer bientôt des panneaux solaires sur mon toit: ma commune a l'air embarrassée par ma demande de travaux... Article remarquable: il répond à bien des questions que je m'étais posée, le bruit notamment. Qu'est-ce qu'on attend? Jacques Vermorel
monsieur Caminade roule certainement en 4x4, il va en vacance avec son camping car, souvent plus grand que le hameau qu il visite et defigure par la seule presence de son chateu roulant, aux san Blas j ai un jour visite une ile que je n ai pas vue elle etait cachee par trois paquebots monstrueux, ceux qui pensent que les eoliennes defigurent le paysage, prennent l autoroute tous les jours et c a ne les genent pas, la tour Eifel aussi defigure les beaux nuages audessus de Paris, le viaduc de Milau, et les romains, ils m ont plante un aqueduc sur le gard defigurant le paysage et les pigeons defecant sur ma terrasse, non mais sa suffit......
À Emmanuelle La première fois que j'ai vu le paysage de mon village d'origine à la mi-XIXième siècle, j'ai vu un territoire plein de bois et quasiment aucun champ cultivé. J'ai eu alors l'impression que les champs cultivés actuels avaient un désagréable goût de destruction du paysage (et de productivisme à tout vent). Qu'en aux moulins, je n'ai pas connu leur ère, ni vu les photos de ces moulins plantés sur les points géographiques les plus hauts du Pays de Serre, donc je n'ai pu comparer, les imaginaires des paysages. L'imaginaire du paysage est une chose assez relative, elle doit sa constitution en fonction d'autre imaginaire et d'autres façons d'envisager les pays. Personnellement, je préfère voir une éolienne (qui pourra être démontée rapidement et sans conséquence sur l'environnement) qu'une centrale nucléaire ou un incinérateur, et les inductions financières, et pressions politiques sur la démocratie locale, occitane en Occitanie. Il est vrai que ces éoliennes géantes ne résolvent pas le problème de la distribution et donc de la commercialisation, donc d'un marché de l'énergie. Mais, là il faudrait avoir des citoyens et des citoyennes d'une autre envergure et d'une autre conséquence politique, prêt(e) au sacrifice de leurs urbanismes égoïstes. Les peuples de la péninsule ibérique sont des peuples qui respectent la planète. Les peuples de la péninsule savent défendre leur territoire, avoir des élus citoyens et élues citoyennes (jeunes surtout !), mais aussi leurs langues et leurs cultures, sans avoir besoin de médiateurs, d'intermédiaires multinationalisés, TV, politique, radiophonique, administratif, journaux, etc... Ils savent aussi protester quand les médiateurs prennent le pouvoir contre eux toujours ; les protestations ne sont jamais basées sur des égoïsmes malgré ce que peuvent expliquer les médias français, plutôt parisiens, plutôt bonapartistes. Les peuples des terres ibériques sont des peuples exemplaires, en Occitanie, en Bretagne, en Corse, en Alsace, en Flandres, en Martinique, en Réunion, en Guyane, en Polynésie, en Kanaky, en Savoie, et même pour que l'indépendance parisienne (la grande région de Langue d'Oïl non-colonialiste, cette France réellement une et indivisible par sa langue françoise et sa culture propre et bien différenciée car non impériale) soit réelle et pas un poids pour les régions/provinces de France.
Moi, je n'ai rien dit ! C'est Pierre qui a signé le commentaire. (On ne va quand même pas payer 2 abonnements pour avoir 2 identifiants distincts !)
les problèmes de couple : que dois-je en penser, là ?
Pas de problème, mais les deux individus composant un couple ne sont pas interchangeables ! Personnellement, je ne suis pas opposée aux éoliennes, mais je pense que leurs emplacements devraient être mieux choisis et répondre à des critères transparents. Il est dommage d'implanter des petits parcs d'éoliennes peu producteurs d'électricité dans des paysages vierges ( en Drôme et en Ardèche notamment) qui devraient être préservés, sans autre justification que des retombées financières juteuses pour certaines petites communes rurales... De plus, sachant que la durée de vie des éoliennes est limitée, je me demande si elles seront effectivement démontées, une fois hors d'exploitation.
et les vieux tracteurs rouilles abandonnes, et les carcasses de bagnole rouilles dans toutes, j insiste, dans toutes les fermes de ces paysages vierge?
Moi je trouve ça beau les éoliennes... Lors d'un récent voyage aux Pays-Bas, je les cherchais des yeux avec plaisir. C'est sûr que s'il y en a trop, ça change le paysage, ça fait un champ d'éoliennes, quoi. Mais c'est réversible, une éolienne, ça se démonte, etc. C'est démocratique.
Et nous en France, comme au temps du 1er choc pétrolier, qu'est-ce qu'on va faire ? C'est (re)parti pour le tout nucléaire... Et le nucléaire, c'est du concentré. ça se voit moins que de multiples éoliennes ou champs d'éoliennes, mais les risques qui y sont liés posent de tels autres enjeux... pour des millénaires.
  • Nouveau
  • 13/06/2008 14:15
  • Par
Félicitation à la Navarre et merci à vous Claude-Marie pour nous avoir fait partager cela. En réponse à Pierre Caminade, ce que je trouve consternant, moi, ce sont les personnes qui crient au saccage du paysage lorsqu'on implante une éolienne, mais dont on n'entend pas le moindre murmure lorsqu'il s'agit d'un barrage, d'un réacteur nucléaire ou toute autre saleté. Rien non plus contre le bétonnage et le bitumage à tout va. Alors comme Fernando Puras je vous dis: " si vous voulez moins d'éoliennes, éteignez la lumière plus souvent et oubliez la climatisation! " Isabelle Mirouze
  • Nouveau
  • 13/06/2008 14:46
  • Par
Combien d'éoliennes pour remplacer le parc nucléaire français?
Ce calcul fait abstraction du problème du stockage, c'est simplement pour avoir un ordre de grandeur. Mais si je ne m'abuse, ça donne ceci : Le parc nucléaire français produit 430 000 GWh par an. Une éolienne produit 5 GWh par an. En attendant qu'ITER résolve nos soucis énergétiques, il faudrait donc environ 86 000 éoliennes, soit entre 2 et 3 éoliennes par commune, pour remplacer la totalité du parc nucléaire français par un parc éolien.
Source
Non monsieur, Non, il faut des, je repete des eoliennes, le versant sud de la toiture en panneau solaire, voltaique ou thermique, geothermie pour les villages, pompe a chaleur dans les jardins, c est sous terrain monsieur, des bateau electriques, des recuperateur de gaz dans les decharges, recyclage des dechets et transformation en energie de ceux ci, des petits metro ruraux avec petites gares avec des cafe -bars dedans, des marches enormes , un fric fou a se faire si on commencais a ouvrir ses yeux, a prendre sa calculette a reflechir. alors on a dit combien d eoliennes deja....
Nos grand'mères disaient "Faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier". C'est pareil pour les filières de production d'énergie. Faut pas miser sur une seule filière. Le débat n'est pas "le tout nucléaire" ou "le tout éolien". Je crois que personne ne songe sérieusement à remplacer le parc nucléaire par une forêt d'éoliennes. Mais l'éolien, c'est plutôt bien, comme énergie d'appoint, apte par exemple à éponger les pics de consommation sans qu'on ait à brûler des tonnes de combustibles fossiles. Marc B. peut-il reprendre sa calculette et nous calculer combien de tonnes de charbon ou de fuel le parc éolien actuel évite de brûler, et en déduire combien de tonnes de CO2 on ne rejette pas dans l'atmosphère ? Moi je veux bien qu'on mette une éolienne dans mon jardin. C'est plus joli qu'un énorme panneau publicitaire qui, lui, ne produit pas d'électricité. Une précision avant que quelqu'un ait envie de me traiter d'écolo rêveur et irresponsable (ce qui ne me gênerait d'ailleurs aucunement) : je suis physicien retraité du CEA, je suis pour le nucléaire, mais opposé au tout nucléaire. Pour des questions d'oeufs et de paniers. J'ai profité de la sagesse de ma grand'mère.
A la sante de Joel martin ainsi soit il.
Vous remarquerez que Claude-Marie Vadrot prend soin de préciser dans son excellent article que les autorités locales ont agi avec transparence, prenant soin d'annoncer la couleur, la vraie. C'est peut-être cela qui fait que la population ne s'est pas sentie "couillonnée". Chez nous, soyez certains que vous auriez une éolienne dans toutes les propriétés...sauf dans celles du député et de ses copains politicards. A force de se faire baiser, les gens sont devenus méfiants. Logique.
Constat désabusé, mais hélas pertinent. Je crois me souvenir que le tracé de la A6 a coupé en deux la forêt de Fontainebleau avec toutes les conséquences écologiques néfastes qu'on imagine, pour éviter de couper la propriété de je ne sais plus quel dignitaire gaulliste bien en cour. Cela dit, c'est seulement au cas où "Sortir de Nucléaire" parviendrait à imposer l'arrêt de toutes les centrales que le risque serait grand d'avoir des éoliennes à chaque coin de rue. Mais pas dans la cour de l'Elysée... Bon vent à toutes et à tous !
Claude-Marie, je trouve que votre article passe à côté des problèmes de fond que pose l'éolien. La question du paysage me semble tout à fait secondaire et superficielle. L'éolien est une fausse bonne solution. La problématique est toute simple mais vous ne la soulevez pas : le problème avec l'éolien, c'est qu'il n'y a pas toujours de vent ! Et comme il faut maintenir des tensions constantes sur les lignes, quand le vent faiblit ou s'arrête, on assure la production avec des centrales thermiques (type charbon, ce qui est le plus polluant) qui sont les seules à pouvoir être activées très rapidement (2h environ suffisent). Pour vous convaincre que l'éolien n'est pas écolo du tout, comparez les émissions globales de C02 par habitant dans les différents pays européens. Vous serez surpris de trouver le Danemark et l'Allemagne en tête, les deux pays qui ont le plus d'éoliennes. A l'inverse, la France a des émissions très faibles, notamment grâce au nucléaire. Renseignez-vous auprès d'ingénieurs qui travaillent dans le secteur, ils vous confirmeront ces propos.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.
Disons que l'éolien est une technique rudimentaire qui satisfait les nostalgiques du moulin à vent mais qui ne risque pas de provoquer un saut scientifique ou technologique.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.
Amusant, les lecteurs de Mediapart se sont étranglés à propos des niches fiscales relevées dans de récents articles. L'investissement dans les éoliennes ouvre droit à une superbe niche fiscale...
C'est qui l'étrangleur ? Qu'il se dénonce, et qu'on l'étrangle une fois pour toutes. Plus sérieusement, il me semble que le débat d'abord centré sur l'éolien (c'est beau, non, c'est moche, ça sert a rien quand y a pas de vent, mais si, il suffit que ça souffle un peu etc.) a dérivé en "nucléaire contre éolien" (horreur : il faudrait 86000 éoliennes pour remplacer les centrales nucléaires etc.). Et si on se mettait à discuter sur "nucléaire ET éolien ET solaire ET hydraulique contre centrales à fuel et à charbon cracheuses de CO2" ?
Je faisais remarquer que la dénonciation des niches fiscales qui s'est exprimée avec force dans les réactions de nombreux lecteurs freinerait le développement des éoliennes si elle était poussée jusqu'à son terme..
D'abord, à ceux qui louent mon article comme à ceux qui le contestent, je fais une réponse unique: mon métier est de faire des reportages, pas des éditoriaux. Donc, j'ai raconté la Navarre et les éoliennes et j'ai rappelé qu'en France l'éolien soulève une passion qui n'existe nulle part ailleurs. Ce qui illustre peut-être une fois de plus l'exception culturelle française. Sur le fond et au fil des commentaires: - Pas plus que mes interlocuteurs basques je n'ai écrit que l'éolien peut (ou doit) remplacer le nucléaire. Il fait partie de la solution face (ou à côté du) au nucléaire, il n'est pas "la" solution. Personne n'a jamais pensé, dit ou écrit que le parc nucléaire (français, allemand ou anglais...) serait remplacé par des éoliennes ou des panneaux solaires. - La fabrication des éoliennes entraine certainement des émissions de gaz à effet de serre. Comme, mais en proportion bien moindre, la construction des centrales nucléaires, l'élaboration de leur combustible, le retraitement puis le démantèlement qui se prolonge en moyenne 30 ans. le bilan énergétique du nucléaire n'est jamais fait. - Sur le "dommage" aux paysages, la discussion peut se poursuivre indéfiniment. Comme sur les pylones à haute-tension qui ne seront jamais tous enterrés. Comme les centrales et les surfaces commerciales hideuses. Mais, pour reprendre l'expression de Thomas, je dirais qu'elle est effectivement tout au fait secondaire - Les"retombées financières juteuses des communes rurale" ne sont que de bien faibles appoints par rapport à leurs problémes et, à terme, elles disparaitront. En Navarre, elles n'ont pas été une incitation. - Nul ne semble prétendre que l'éolien soit une technique révolutionnaire mais il est clair qu'il donne trés simplement de l'électricité. - La technique éolienne et la technique solaire étaient au point en France dés le début des années 80. Mais EDF, qui s'y intéresse aujourd'hui, fit alors tout ce qui était en son pouvoir politique pour gêner son développement. - Pour le prix des éoliennes, il n'y a pas photo avec le nucléaire. - Madame de Sévigné était à la fois intelligente et de son temps: elle aurait aimé les éoliennes avec son talent de poête. - Il n'y a pas du vent tout le temps, effectivement, mais le pari éolien tient compte de la météo lors du choix des sites. Et enfin j'ajoute, sortant du reportage, que ce qui m'intéresse dans l'éolien, le solaire ou la biomasse, c'est l'économie de gaz à effet de serre. Il y a une urgence qui peut être (en partie) réglée sans prendre trop de risques avec le nucléaire comme me l'ont enseigné huit séjours à Tchernobyl depuis 1986.
Je n'ai jamais réussi à trouver un bilan détaillé de l'investissement dans les éoliennes, en terme de Kw.h produits par an pour 1000€ d'investissement par exemple. En comparaison d'une centrale au gaz? En comparaison du solaire? Du nucléaire (en prenant en compte deconstruction des centrales...). En gros, si on a 1 million d'Euros, vaut il mieux investir dans du solaire ou de l'éolien? Les calculs économiques sont aujourd'hui perturbés par le prix de rachat des Kw.h produits garanti par EDF, bien au dessus du prix de revente par EDF (C'est en cela j'imagine que Aborigène parle de niche fiscale, dans le sens ou on finance la construction par un prix d'achat au dessus du marché) Quelqu'a t-il vu ce genre d'étude quelquepart? Olivier, 38 ans, vivant à Francfort
J'imagine un verger d'éoliennes à hauteur humaine, dans les 3 à 5 mètres. Je les peindrais en vert comme les oliviers. Et l'été ça servirait aussi de ventilateur lors des déjeuners sur l'herbe!
Pour avoir parcouru le chemin de Santiago, j'ai longuement vu les éoliennes telles des vigies animées sur les crêtes. A la différence des autres constructions industrielles elles n'altèrent pas ou peu le modelé du sol et donc s'intègrent bien au paysage ou du moins s'y ajoute sans y avoir fait de grosses soustractions comme les autoroutes, qui en Espagne sont de rudes saignées ou ne sont comparables aux rudes gestes architecturaux des ponts de béton superposés (leurs ingénieurs n'ont rien à envier aux nôtres !) Je ne sais les revenus que tirent les communes des éoliennes mais j'ai constaté, en revanche, que les communes espagnoles accueillent plutôt mieux les pèlerins que leur homologues françaises . Les marcheurs ont permis de faire renaître des villages, de dynamiser le marché immobilier rural... Un marcheur c'est vieux comme monde et encore utile sans le secours d'un "saut scientifique ou technologique".
Pour avoir parcouru le chemin de Santiago, j'ai longuement vu les éoliennes telles des vigies animées sur les crêtes. A la différence des autres constructions industrielles elles n'altèrent pas ou peu le modelé du sol et donc s'intègrent bien au paysage ou du moins s'y ajoute sans y avoir fait de grosses soustractions comme les autoroutes, qui en Espagne sont de rudes saignées ou ne sont comparables aux rudes gestes architecturaux des ponts de béton superposés (leurs ingénieurs n'ont rien à envier aux nôtres !) Je ne sais les revenus que tirent les communes des éoliennes mais j'ai constaté, en revanche, que les communes espagnoles accueillent plutôt mieux les pèlerins que leur homologues françaises . Les marcheurs ont permis de faire renaître des villages, de dynamiser le marché immobilier rural... Un marcheur c'est vieux comme monde et encore utile sans le secours d'un "saut scientifique ou technologique".
Au fait combien de tonnes de béton pour fixer une éolienne au sol ?
Dans l'état actuel de la recherche sur les matériaux mieux vaut investir dans l'éolien que dans le solaire, mais cela peut changer. Pour ce qui concerne le béton, la différence première et essentielle avec le nucléaire c'est qu'il est possible de démanteler en quelques heures les quelques tonnes de béton du socle d'une éolienne alors qu'il faut en moyenne trente ans pour démanteler une centrale nucléaire. Et une dernière génération d'éoliennes (Vergnet) grâce à son systéme de haubans n'exige plus qu'un tout petit socle de béton. Les Allemands ont effectué des études précises sur la réalité du coût des éoliennes. Mais EDF se garde bien d'expliquer quel est le côut du retraitement du combustible usée et du démantèlement à venir des vieilles centrales: cela ne figure pas dans le prix de l'électricité actuellement facturé. Quand à la "prime" de revente, ce n'est pas une "niche fiscale" mais une assurance pour l'avenir qui facilite la diversification des sources d'énergie.
  • Nouveau
  • 05/07/2008 01:45
  • Par
Je vois que Mediaparta initié en douce une campagne pro-éolienne sans que soit faite une étude documentée sur les donnée factuelles : chiffres des suventions du courant-éolieene ,notamment chiffre d'achat du couranr par Edf comparé aux prix de vente du courant par Edf, rendement effectif de ce système de production du courant ; il y à la base une préférence idéologique et les éoliennes vont faire partie des "vaches sacrées" qu'il n'est pas poltiquement corect de critiquer
  • Nouveau
  • 05/07/2008 01:45
  • Par
Je vois que Mediaparta initié en douce une campagne pro-éolienne sans que soit faite une étude documentée sur les donnée factuelles : chiffres des suventions du courant-éolieene ,notamment chiffre d'achat du couranr par Edf comparé aux prix de vente du courant par Edf, rendement effectif de ce système de production du courant ; il y à la base une préférence idéologique et les éoliennes vont faire partie des "vaches sacrées" qu'il n'est pas poltiquement corect de critiquer
  • Nouveau
  • 05/07/2008 01:46
  • Par
Je vois que Mediaparta initié en douce une campagne pro-éolienne sans que soit faite une étude documentée sur les donnée factuelles : chiffres des suventions du courant-éolieene ,notamment chiffre d'achat du couranr par Edf comparé aux prix de vente du courant par Edf, rendement effectif de ce système de production du courant ; il y à la base une préférence idéologique et les éoliennes vont faire partie des "vaches sacrées" qu'il n'est pas poltiquement corect de critiquer
  • Nouveau
  • 08/07/2008 05:24
  • Par
(Oliv92, 18/06/2008 à 13h23) “En gros, si on a 1 million d'Euros, vaut il mieux l'investir dans du solaire ou de l'éolien?
Je n'ai pas fait d'étude, mais je dirais, dans du solaire si la région est ensoleillée, et dans de l'éolien si la région est venteuse. Je dirais aussi, comme Joël Martin, que quelle que soit la région, ensoleillée ou venteuse, le million d'euro il vaut probablement mieux le scinder pour faire deux investissements: un éolien et un solaire, pourcentage à voir selon la géographie et le climat local.
Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous