France Brève

Plainte sur les comptes de campagnes de Macron, Mélenchon et Le Pen

Les comptes de campagne d'Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon sont visés par une plainte déposée mercredi par l'association de lutte contre la corruption Anticor.

Agence Reuters

13 juin 2018 à 07h32

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

PARIS (Reuters) - Les comptes de campagne d'Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon sont visés par une plainte déposée mercredi par l'association de lutte contre la corruption Anticor.

Dans cette plainte contre X pour tentatives de détournements de fonds publics, abus de confiance et de biens sociaux, violation du code électoral et délit de marchandage, Anticor met aussi en cause la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

L'association demande au demeurant que soit recherchée "la responsabilité de tout complice ou receleur" et déclare dans un communiqué attendre que "la justice dise clairement si les surfacturations ou sous-facturations" notamment constatées sont légales ou non.

Interrogée par France Inter, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a fait valoir que ces comptes de campagne avaient déjà été vérifiés et estimé qu'il n'y avait "pas de raison de penser" que la CNCCFP ait "mal fait son travail".

Selon des informations publiées par la presse, Emmanuel Macron a bénéficié pour sa campagne présidentielle de 2017 de rabais importants pouvant être assimilés à des dons déguisés et normalement proscrits par la loi, allégations rejetées par le porte-parole du gouvernement.

Anticor estime notamment que l'équipe de campagne du chef de l'Etat a ainsi pu minorer ses dépenses "en violation du principe d'égalité entre les candidats".

Concernant la présidente du Rassemblement national (ex-Front national), Marine Le Pen, battue par Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle de 2017, Anticor met notamment en avant le fait que des sociétés appartenant à des cadres du FN ou à leur famille figurent parmi les plus gros prestataires auxquels elle a eu recours pendant sa campagne.

L'association cite le cas de l'entreprise du fils du trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, et fait aussi valoir que la commission des comptes de campagne a jugé injustifiées ou excessive certaines dépenses de campagne de Marine Le Pen.

Les comptes du leader et candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon font déjà l'objet d'une enquête ouverte par le parquet de Paris pour vérifier leur conformité à la loi, à la suite d'un signalement par la CNCCFP.

Celle-ci s'interroge notamment sur les liens entre des prestataires de service et l'équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon (). Des interrogations sur lesquelles Anticor s'appuie dans sa plainte.

Pour l'association, Jean-Luc Mélenchon et Marine le Pen peuvent se voir reprocher d'avoir "tenté de détourner de l'argent public au moyen de remboursements par l'Etat de frais de campagne qui n'avaient d'autre but que de servir leur intérêt ou l'intérêt de leurs proches"

Concernant les comptes de campagne de l'ancien candidat socialiste Benoît Hamon, Anticor s'appuie sur le constat qu'il a également bénéficié d'importantes remises.

Agence Reuters


19 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne